Le diocèse de Tolagnaro

 

Accueil Evangiles et Homélies

Evangile du 30 juin 2019|Evangile du 09 juin 2019|Evangile du 02 juin 2019|Evangile du 26 mai 2019|Evangile du 19 mai 2019|Evangile du 12 mai 2019|Evangile du 05 mai 2019|Evangile du 28 avril 2019|Evangile du 21 avril 2019|Evangile du 14 avril 2019|Evangile du 07 avril 2019|Evangile du 31 mars 2019|Evangile du 24 mars 2019|Evangile du 17 mars 2019|Evangile du 10 mars 2019|Evangile du 03 mars 2019|Evangile du 24 février 2019|Evangile du 17 février 2019|Evangile du 10 février 2019|Evangile du 03 février 2019|Evangile du 27 janvier 2019|Evangile du 16 décembre 2018|Evangile du 09 décembre 2018|Evangile du 02 décembre 2018|Evangile du 25 novembre 2018|Evangile du 27 mai 2018|Evangile du 20 mai 2018|Evangile du 13 mai 2018|Evangile du 06 mai 2018|Evangile du 29 avril 2018|Evangile du 22 avril 2018|Evangile du 15 avril 2018|Evangile du 08 avril 2018|Evangile du 01 avril 2018|Evangile du 25 mars 2018|Evangile du 18 mars 2018|Evangile du 11 mars 2018|Evangile du 04 mars 2018|Evangile du 25 février 2018|Evangile du 18 février 2018|Evangile du 04 février 2018|Evangile du 28 janvier 2018|Evangile du 21 janvier 2018|Evangile du 14 janvier 2018|Evangile du 07 janvier 2018|Evangile du 31 decembre 2017|Evangile du 25 decembre 2017|Evangile du 24 decembre 2017|Evangile du 17 decembre 2017|Evangile du 10 decembre 2017|Evangile du 03 decembre 2017|Evangile du 26 novembre 2017|Evangile du 19 novembre 2017|Evangile du 12 novembre 2017|Evangile du 05 novembre 2017|Evangile du 29 octobre 2017|Evangile du 22 octobre 2017|Evangile du 15 octobre 2017|Evangile du 08 octobre 2017|Evangile du 01 octobre 2017|Evangile du 24 septembre 2017|Evangile du 17 septembre 2017|Evangile du 10 septembre 2017|Evangile du 03 septembre 2017|Evangile du 27 aout 2017|Evangile du 20 aout 2017|Evangile du 13 aout 2017|Evangile du 06 aout 2017|Evangile du 30 juillet 2017|Evangile du 23 juillet 2017|Evangile du 16 juillet 2017|Evangile du 09 juillet 2017|Evangile du 02 juillet 2017|Evangile du 25 juin 2017|Evangile du 18 juin 2017|Evangile du 11 juin 2017|Evangile du 04 juin 2017|Evangile du 28 mai 2017|Evangile du 25 mai 2017|Evangile du 21 mai 2017|Evangile du 14 mai 2017|Evangile du 07 mai 2017|Evangile du 30 avril 2017|Evangile du 23 avril 2017|Evangile du 16 avril 2017|Evangile du 09 avril 2017|Evangile du 02 avril 2017|Evangile du 26 mars 2017|Evangile du 19 mars 2017|Evangile du 12 mars 2017|Evangile du 05 mars 2017|Evangile du 26 fevrier 2017|Evangile du 19 fevrier 2017|Evangile du 12 fevrier 2017|Evangile du 05 fevrier 2017|Evangile du 29 janvier 2017|Evangile du 22 janvier 2017|Evangile du 15 janvier 2017|Evangile du 08 janvier 2017|Evangile du 01 janvier 2017

 

Dimanche 31 mars 2019

Quatrième dimanche de Car ê me

évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 15,1-3.11-32.

 

En ce temps-l à , les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l  écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » Alors Jésus leur dit cette parabole : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : " Père, donne-moi la part de fortune qui me revient." Et le père leur partagea ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu  il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin.

Il alla s  engager auprès d  un habitant de ce pays, qui l  envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il rentra en lui-mê me et se dit : " Combien d  ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j  irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j  ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d  ê tre appelé ton fils. Traite-moi comme l  un de tes ouvriers."

Il se leva et s  en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l  aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : " Père, j  ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d  ê tre appelé ton fils." Mais le père dit à ses serviteurs : " Vite, apportez le plus beau vê tement pour l  habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voil à était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé." Et ils commencèrent à festoyer. Or le fils aî né était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses.

Appelant un des serviteurs, il s  informa de ce qui se passait. Celui-ci répondit : " Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu  il a retrouvé ton frère en bonne santé." Alors le fils aî né se mit en colère, et il refusait d  entrer. Son père sortit le supplier. Mais il répliqua à son père : " Il y a tant d  années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m  as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis.

Mais, quand ton fils que voil à est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !" Le père répondit : " Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voil à était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !" »

 

 

 

Homélie

 

On peut dire que nous connaissons par cur ce passage d  Evangile, et nous restons seulement au cadet que nous appelons l  enfant prodigue Mais Jésus raconte cette parabole pour faire découvrir le vrai visage du Père, et c  est lui le personnage principal dans cette histoire. Ce Père a deux fils : le cadet représente les publicains et les pécheurs qui écoutaient Jésus ; l  aî né représente les juifs croyants et pratiquants qui ne comprennent comment Jésus pouvait venir de Dieu et cô toyer ces pécheurs. En écoutant la parabole nous constatons que ces deux fils ont un point commun : leur manière de considérer leur relation avec leur père. Ils se sont conduits de manière différente, mais leurs manières d  envisager leur relation avec leur père se ressemblent. Il est vrai que le fils cadet a gravement offensé son père, et on l  appelle le fils prodigue ; l  aî né non en apparence, mais en fait l  un et l  autre font des calculs. Celui qui a péché dit « je ne mérite plus » ; celui qui est resté fidèle dit « je mériterais bien quand mê me quelque chose » , ne fû t-ce qu  un chevreau. L  un et l  autre envisagent leur attitude filiale en termes de comptabilité. Le Père, lui, ne veut pas entendre parler de mérites, ni dans un sens, ni dans l  autre ! Il aime ses fils, c  est tout. Il n  y a rien à comptabiliser. Le cadet disait « donne-moi ma part, ce qui me revient... » Le Père va beaucoup plus loin, il dit à chacun « tout ce qui est à moi est à toi » . Il ne laisse mê me pas le temps au fautif d  exprimer un quelconque repentir, il ne demande aucune explication ; il se précipite pour faire la fê te « car mon fils que voil à était mort, et il est revenu ; il était perdu et il est retrouvé .

Elle est bien l à la leçon de cette parabole : avec Dieu, il n  est pas question de calcul, de mérites : or, avec notre esprit de donnant-donnant, c  est une logique que nous abandonnons très difficilement. Jésus nous fait connaî tre Dieu tel qu  il est et non pas tel que nous l  imaginons. Avec lui il n  est question que d  amour gratuit. Il n  a pas de balance pour peser le poids de nos péchés. Il ne sait qu  aimer, et quand on aime, on ne compte pas.

Notre première conversion est de changer notre regard de Dieu, tel que Jésus nous le présente. Sachons que Dieu nous offre un amour gratuit au-del à de nos chutes ou de nos mérites. En ce temps de carê me, tournons-nous vers lui avec confiance.