Le diocèse de Tolagnaro

 

Accueil Evangiles et Homlies

Evangile du 10 decembre 2017|Evangile du 03 decembre 2017|Evangile du 26 novembre 2017|Evangile du 19 novembre 2017|Evangile du 12 novembre 2017|Evangile du 05 novembre 2017|Evangile du 29 octobre 2017|Evangile du 22 octobre 2017|Evangile du 15 octobre 2017|Evangile du 08 octobre 2017|Evangile du 01 octobre 2017|Evangile du 24 septembre 2017|Evangile du 17 septembre 2017|Evangile du 10 septembre 2017|Evangile du 03 septembre 2017|Evangile du 27 aout 2017|Evangile du 20 aout 2017|Evangile du 13 aout 2017|Evangile du 06 aout 2017|Evangile du 30 juillet 2017|Evangile du 23 juillet 2017|Evangile du 16 juillet 2017|Evangile du 09 juillet 2017|Evangile du 02 juillet 2017|Evangile du 25 juin 2017|Evangile du 18 juin 2017|Evangile du 11 juin 2017|Evangile du 04 juin 2017|Evangile du 28 mai 2017|Evangile du 25 mai 2017|Evangile du 21 mai 2017|Evangile du 14 mai 2017|Evangile du 07 mai 2017|Evangile du 30 avril 2017|Evangile du 23 avril 2017|Evangile du 16 avril 2017|Evangile du 09 avril 2017|Evangile du 02 avril 2017|Evangile du 26 mars 2017|Evangile du 19 mars 2017|Evangile du 12 mars 2017|Evangile du 05 mars 2017|Evangile du 26 fevrier 2017|Evangile du 19 fevrier 2017|Evangile du 12 fevrier 2017|Evangile du 05 fevrier 2017|Evangile du 29 janvier 2017|Evangile du 22 janvier 2017|Evangile du 15 janvier 2017|Evangile du 08 janvier 2017|Evangile du 01 janvier 2017

 

Dimanche 24 septembre 2017

Vingt-cinquime dimanche du temps ordinaire

vangile de Jsus-Christ selon saint Matthieu 20,1-16a.

En ce temps-l, Jsus disait ses disciples cette parabole : En effet, le royaume des Cieux est comparable au matre dun domaine qui sortit ds le matin afin dembaucher des ouvriers pour sa vigne. Il se mit daccord avec eux sur le salaire de la journe : un denier, cest--dire une pice dargent, et il les envoya sa vigne. Sorti vers neuf heures, il en vit dautres qui taient l, sur la place, sans rien faire. Et ceux-l, il dit : Allez ma vigne, vous aussi, et je vous donnerai ce qui est juste.

Ils y allrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de mme. Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva dautres qui taient l et leur dit : Pourquoi tes-vous rests l, toute la journe, sans rien faire ? Ils lui rpondirent : Parce que personne ne nous a embauchs. Il leur dit : Allez ma vigne, vous aussi. Le soir venu, le matre de la vigne dit son intendant : Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commenant par les derniers pour finir par les premiers.

Ceux qui avaient commenc cinq heures savancrent et reurent chacun une pice dun denier. Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage, mais ils reurent, eux aussi, chacun une pice dun denier. En la recevant, ils rcriminaient contre le matre du domaine : Ceux-l, les derniers venus, nont fait quune heure, et tu les traites lgal de nous, qui avons endur le poids du jour et la chaleur ! Mais le matre rpondit lun dentre eux : Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi. Nas-tu pas t daccord avec moi pour un denier ? Prends ce qui te revient, et va-ten. Je veux donner au dernier venu autant qu toi : nai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ? Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ? Cest ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers.

 

 

 

 

Homlie

 

Entendons-nous bien, il ne sagit pas ici dune entreprise o lon embauche des ouvriers. Sil y a un patron qui emploie des mthodes pareilles ce que nous venons dentendre dans l vangile, une grande partie des ouvriers serait en grve. Jsus a bien dit quil ne parlait pas dune entreprise comme les autres, il est question du Royaume des cieux : Le Royaume des cieux est comparable au matre dun domaine , et l les penses de Dieu ne sont pas nos penses

Dans ce domaine trs particulier donc, il y a des ouvriers embauchs toute heure du jour, le travail ne manque pas, et le patron est bon . Le message de la parabole est cette bont . Moi, je suis bon dit Dieu ; Vas-tu regarder avec un il mauvais parce que moi, je suis bon ? Dieu est bon, et dune bont qui ne fait pas de comptes. Cela veut dire que sa bont surpasse tout, y compris le fait que nous ne la mritons pas ; cela veut dire quil faut que nous abandonnions une fois pour toutes notre logique de comptables : dans le Royaume des cieux, il ny a pas de machine calculer les mrites: nos efforts, nos sacrifices, nos souffrances, nous voudrions toujours les comptabiliser pour nous rassurer ; cela nous donne, pensons-nous, des droits sur le Royaume, sur lamour de Dieu Jsus nous dit que dans le Royaume des cieux il n y a pas cette logique de comptables .

Pour nous, il nous paratrait juste que Dieu ne traite quand mme pas tout le monde de la mme manire : Tu les traites comme nous ! , reprochent les ouvriers de la premire heure, sous-entendu nous mritons mieux. Et justement, Jsus veut nous faire sortir de cette logique du mrite : lamour ne compte pas. Lamour ne sachte pas, il est donn. La justice de Dieu, cest daimer, sans distinction, tous ses enfants galement, cest--dire infiniment, sans mesure. Et nous connaissons bien lexemple de louvrier de la dernire heure qui est devenu premier , cest le bon larron sur la croix.

Cest la dernire minute seulement que le bon larron crucifi en mme temps que Jsus, enfin, se tourne vers lui ; et l, il a suffi dune parole de vrit dans sa bouche et il sest entendu dire le sens, le but de cette vie dici-bas : Aujourdhui mme tu seras avec moi dans le Paradis

Qui dentre nous peut se vanter dtre un ouvrier de la premire heure ? Qui que nous soyons, nous ne sommes tous que des ouvriers de la onzime heure ! Cest lorsque nous loublions que notre regard devient mauvais. Vas-tu regarder avec un il mauvais parce que moi, je suis bon ? Les ouvriers de la premire heure rcriminent contre le matre de maison dont ils ne comprennent pas la logique ; et les exemples ne manquent pas, aussi bien dans l Ancien que le Nouveau Testament. Jonas rcriminait contre Dieu qui pardonnait trop facilement ces pcheurs de Ninivites ;les Pharisiens rcriminaient contre Jsus, trop accueillant aux gens de mauvaise vie ; le fils an murmurait contre le pre trop accueillant pour le fils prodigue Quand la logique de Dieu est trop diffrente de la ntre, la tentation qui nous prend est de contester. Rappelons-nous toujours ce qui est dit en Isae 55, 8 : Mes penses ne sont pas vos penses, dit Dieu Autant le ciel est lev au-dessus de la terre, autant mes chemins sont levs au-dessus des vtres, et mes penses au-dessus de vos penses.

Remercions-le d avoir patience envers nous.