Le diocèse de Tolagnaro

      Accueil > Actualités

Actualités

Le Pape François, semeur de paix et d  espérance

Voilà la devise proposée par la Conférence épiscopale pour cette visite du Pape François.

L  espérance du monde est le Christ, et son Evangile est le plus puissant levain de fraternité, de liberté, de justice et de paix pour tous les peuples.

Le Pape a développé ce thème, sous différents angles, lors de ses rencontres pendant cette visite du 6 au 8 septembre .

Arrivé le vendredi 6 à 16h à l  aéroport d  Ivato, il a été accueilli par le Président de la République, des membres du gouvernement et des évê ques, et acheminé directement à la Nonciature au milieu de deux haies de foule tout le long de la route.

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

Nous laisserons les photos exprimer ici la joie de ces différentes rencontres du samedi 7 et dimanche 8 septembre.

La première rencontre a eu lieu au Palais présidentiel d  Iavoloha, le matin du samedi, avec les autorités, le corps diplomatique, plusieurs représentants de la société civile. Le Président de la République , dans son discours de bienvenue, a exprimé sa volonté et sa détermination de servir le pays pour le sortir de la pauvreté. Le Pape a évoqué la politique, la protection de l  environnement, la lutte contre la corruption et l  exclusion dans l  esprit de la sagesse malgache du fihavanana .

   

   

   

   

   

A la sortie il a salué les chefs des différentes Eglises

La rencontre s  est terminée par la plantation d  un petit baobab par lui et le Président de la République.

   

Aussitô t après, il est allé au Carmel d  Ampasanimalo rencontrer les religieuses clotrées. A cette occasion il a béni l  autel de la nouvelle cathédrale de Morondava.

L  après-midi, il a rencontré les évê ques à la Cathédrale d  Andohalo. Il les a comparés au semeur, répandre les semences de foi, d  espérance, surtout parmi les plus pauvres ; ê tre proches de Dieu, de leurs prê tres, de leur peuple ; et pour cela ê tre attentifs à la vie sociale et nationale.

A la sortie il a salué Madame le maire de la ville et son épouse, puis il est allé prier à la chapelle de Victoire Rasoamanarivo.

   

   

   

Le soir, rencontre avec les jeunes à Soamandrakizay. Ni le vent, la poussière, le froid, ne les a empê chés d  ê tre en liesse. Après son exhortation où il a invité les jeunes à faire de leur vue une mission, le Pape s  est laissé prendre par un bain de foule qui a désorienté le service de sécurité.

   

   

Le dimanche matin, le jour J de la visite, l  ampleur de l  assemblée qu  on évaluait à plus d  un million était impressionnante. Le Pape a rappelé les exigences de l  engagement à la suite de Jésus.

   

   

   

L  après-midi le Pape est allé à Akamasoa du Père Pedro. Cela va sans dire, la joie était immense. Le message de l  uvre est clair : l  Evangile en acte .

   

   

   

   

   

La visite du Pape s  est terminée par la rencontre des prê tres, des religieux-ses , séminaristes, novices au Collège Saint Michel. Rester dans le cur du Seigneur et dans le cur du peuple.

   

Le souvenir de cette visite restera longtemps dans la mémoire, mais surtout le message qu  on n  arrê tera pas de méditer afin de l  incarner .

   

   

   

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

10 septembre 2019

Ordination sacerdotale et ordination épiscopale

C est une joie pour moi d avoir ordonné prêtres le 9 août Hermann Zakasoa et Bienvenue Mahareta Randrianasolo, en notre cathédrale, et de repartir aussitô t après à Tananarive pour l ordination épiscopale de Mgr Jean Pascal Andriantsoavina, le 11 août.

Devant une assemblée d un millier de personnes, entouré de tous les prêtres du diocèse, j ai imposé les mains sur les deux diacres, suivi de tous les prêtres, pour les accueillir dans le presbytérium. Je les ai oints pour le service de toute l Eglise. La foule n a pas retenu leur joie devant cette grâce de Dieu. Et cela continuait jusqu au festin après la cérémonie. Quatre gâteaux préparés avec générosité par toutes les paroisses marquaient cette fête.

On peut dire que c est la collaboration des paroisses et la quote-part de tous les districts qui ont fait la réussite de cette fête. Merci à tous.

   

   

   

A Tananarive, au stade municipal de Mahamasina, le Cardinal Désiré Tsarahazana , entouré de Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona, Archevêque d Antananarivo, et de Mgr Philippe Ranaivomanana, Evêque d Antsirabe , premiers consécrateurs, et de tous les évêques de Madagascar présents, a ordonné Evêque Mgr Jean Pascal Andriantsoavina.

Le Président de la République et son épouse et d autres autorités, les parents de l ordinand, avec une assemblée de quelques dizaines de milliers de fidèles, suivaient cette cérémonie grandiose. On peut dire que ce n était pas seulement la joie d Antananarivo, mais de toute l Eglise de Madagascar, et cela à peine un mois avant la visite du Pape.

Le Pape qui a écrit pour les prêtres du monde, le 4 août dernier : « Sans nier ni rejeter le dommage causé par quelques-uns de nos frères, par différents abus, il serait injuste de ne pas être reconnaissant pour tant de prêtres qui, de manière constante et honnête, donnent tout ce qu ils sont et ce qu ils possèdent, pour le bien des autres. Ils sont innombrables les prêtres qui font de leur vie une uvre de miséricorde même au risque de leur vie » Prions pour nos prêtres et nos évêques.

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

12 août 2019

Tournées dans la joie et le calme

Malgré tout ce que je relate plus haut, mes tournées se passent dans la joie et dans le calme. De Manambaro-Ranopiso, je suis passé à Tsivory, et de là à Amboasary. La joie était réciproque : D abord les chrétiens, parce que leur " Dadabe " est arrivé leur rendre visite, les réconforter ; et surtout moi de voir leur foi au milieu de tout ce qu  ils vivent. Jésus a bien demandé à son Père : « Je ne te prie pas de les retirer du monde, mais de les garder du Mauvais ».

Tout a été occasion de rappeler : « Nous sommes le sel de la terre, la lumière du monde ». Vivons de l évangile.

Ces photos pour marquer cette joie et ce calme, non seulement à l  église mais en route avec les environnements.

   

   

   

   

   

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

03 août 2019

La sécurité est-elle assurée ?

La nuit du 29 juin, comme si les bandits ont défié tout ce qu a dit le Président le 26 juin, sur les militaires, les engins, les hélicoptères envoyés dans le sud, une trentaine de ces malfaiteurs ont attaqué le parc à boeufs de notre Centre Catéchétique de Beraketa. Le Père Directeur a alerté la Gendarmerie, mais personne n est venue, alors que les bandits ont mis deux heures pour fracasser la clôture. Ils ont pu sortir la centaine de boeufs mis en sécurité là par des paysans. Au bruit de leurs coups de feu, de sifflets, de cris de victoire, les gendarmes sont venus les intercepter sans pouvoir les arrêter. Des militaires en camion sont venus les seconder, mais arrivés au pied de la montagne, derrière laquelle sont disparus les bandits, ils ont rebroussé chemin ! Il est encore nuit, c est difficile d attaquer, ont-ils dit !! Déception totale des propriétaires qui les ont accompagnés.

Est-ce une suite à tout cela ? dans la même semaine plus de trois-cents bestiaux ont été volés aux environs de Beraketa.

Toujours à Beraketa : le vendredi 5 juillet, deux bandits ont tué deux personnes ; le lundi 8 juillet, 3 personnes d une même famille qui sont abattues par balle, l une par un militaire dans son empressement incontrôlé, et les 2 autres par les bandits.

Les 2 Groupements de l Androy et de l Anosy ont organisé une opération commune pour faire face à cette situation. Le résultat ne se fera pas attendre, m a confirmé le Commandant de Groupement de l Anosy.

Toujours dans le cadre de la sécurité, lors de mes tournées à Ranopiso , Tsivory , Amboasary je m informe toujours auprès des gens. A Ranopiso, pour aller à Ambatoabo, à 25 km de la RN 13, le Chef de Poste a envoyé 2 gendarmes pour m escorter.

   

A Tsivory, le Dokotera ( Infirmier d  Etat ) de Tomboarivo a été tué par 2 bandits qui sont, à leur tour, abattus par le Fokonolona, le jeudi 18 juillet. A Amboasary on me rapportait le forfait des bandits qui ont attaqué les gens à une veillée funèbre : la veuve et les femmes qui l ont entourées ont été blessées. Le défunt a été à Ilakaka. Tombé malade en rentrant, il est décédé en route. Ces voyous ont réclamé l argent du saphir qu il a ramené d Ilakaka, puis ils ont disparu. Mais les hommes ont pu suivre leur trace et arrêté le chef de bande.

A Fort-Dauphin, des bandits ont attaqué un magasin à 18h le mercredi 31 juillet. Le patron a été blessé, et le gardien atteint à la poitrine par la balle est mort sur le coup.

Assurer la sécurité est un effort de longue haleine .

Mgr Vincent Rakotozafy

03 août 2019

Visite pastorale à Ranomafana : 2 au 7 juillet

La première recommandation du curé est de ne pas amener ma voiture là-bas. Je me suis fait conduire et la voiture des Soeurs est venue à ma rencontre à l  endroit impossible pour les petites voitures. Seuls les camions à double pont passent et encore !

   

Le curé a organisé deux rencontres à Masiakena le mercredi 3, et Anonobe le jeudi 4, avec les communautés des alentours pour prier avec l évêque. Le rassemblement de tout le district est réservé pour la fin à Ranomafana le dimanche 7. Il y a eu 12 confirmations et 2 mariages.

   

   

J ai attiré l attention sur trois points à cette visite : le mariage consanguin , la scolarisation, l environnement.

Le mariage consanguin entraine au mariage précoce, à l âge de puberté ! C est une coutume ancestrale qu on ne supprimera pas du jour au lendemain, même si on échange déjà beaucoup sur la question lors de l  Année internationale de la famille, par exemple. La scolarisation a un rô le important pour cette évolution. Mais là aussi, un grand problème mortel s  infiltre : achat de diplô me !! La Soeur Directrice s  est plainte qu  à une moindre exigence, des parents retirent leurs enfants pour changer d  école et sauter de classe. Beaucoup préfèrent acheter 2 , 3 boeufs avec le prix du riz que payer l  écolage. La valeur est encore le prestige social que le meilleur avenir de la descendance. Mê me si je ne suis pas venu pour le tourisme, cela ne m  a pas empê ché d  admirer le beau paysage de cette région, où tout est vert, sans feu de brousse. Avec la bonne récolte de riz aussi, presque chaque village a une décortiqueuse. Fini le mortier et le pilon ancestral.

   

   

   

   

Cela va de soi de parler de la sauvegarde de la nature devant ces beaux paysages. J  en ai profité pour parler de l Encyclique Laudato si du Pape François, et confirmer les différents projets qui travaillent sur la question. Nous devons prendre soin de notre maison commune, nous dit le Pape François. Nous reviendrons sur la question, l  année prochaine, pour échanger sur les efforts accomplis.

Mgr Vincent Rakotozafy

08 juillet 2019

Visite de Mandena : site d exploitation d ilménite de QMM

C était une joie pour moi d avoir pu effectuer cette visite avec 6 autres personnes : le Révérend Anglican, 4 personnes de la société civile et un journaliste, le vendredi 28 juin après-midi. Arrivé en 2001, j ai suivi les différentes approches de QMM avant l exploitation. Nous-mêmes, avec notre Projet TARATRA, nous avons organisé des rencontres d échange et avons constaté que la Société s est efforcée à respecter le cahier de charge.

Cela fait 10 ans que l exploitation a commencé, et c est la deuxième fois que je visite le site. La première était tout au début avec tous les prêtres du diocèse. Il y a trop de rumeurs et mê me des manifestations contre QMM par moment. Cette visite m a aidé à constater la réalité : vérifier le fonctionnement de la radiation avec un dosimètre et qui a chassé de mon esprit cette peur du cancer à tout bout de champ ou de la malformation génitale. Nous avons vu des hectares de marécages restaurés , des hectares de plantation d eucalyptus et d acacias suivant les années. Le guide nous a même parlé d un crocodile qui a pondu 17 ufs dont 12 ont éclos et sont remis à la rivière. Nous étions au champ d extraction devant la drague qui pousse 2000 tonnes de sable par heure à l usine flottante qui rejette déjà le sable léger et laisse 100 tonnes repoussé par conduite forcée pour le criblage. Rien n est donc à l air libre. Finies les rumeurs pour moi.

Nous avons terminé notre visite à la pépinière pour la restauration et la réhabilitation, au milieu des arbres de réserve naturelle.

   

   

   

   

   

   

   

Pour moi qui sillonne cette région et déplore le ravage des feux de brousse, la déforestation due aux charbons, ces milliers d hectares plantés d arbres par QMM sont de vrais développements pour notre région.

Mgr Vincent Rakotozafy

30 juin 2019

Ordination presbytérale de Pascal RAKOTONIAINARIVO Nomenjanahary

Lors de sa visite du diocèse de Tolagnaro en mars 2017 , Le Nonce Apostolique, Son Excellence Mgr Paolo Rocco GUALTIERI m  a proposé d  inviter la Congrégation de Saint Jean Baptiste le Précurseur à venir dans le diocèse. Comme je ne connais pas du tout cette Congrégation, je lui ai demandé de prendre lui-même le contact. Dès 2017 même, ils ont envoyé un séminariste qui vient de terminer ses études en théologie, me contacter à Fort-Dauphin. Je l  ai envoyé avec l  équipe de Beloha . Le mois d  août 2018 il a été ordonné diacre avec ceux du diocèse. Le Général de la Congrégation m  a demandé de l  ordonner prêtre le 24 juin 2019, fête de Saint Jean Baptiste. Comme cette date est déjà retenue, chaque année, par le Grand Séminaire Interdiocésain de Fianarantsoa, on a avancé l  ordination le 16 juin.

Quelle joie immense pour Beloha qui a accueilli cette fête : préparation prise à coeur , exécution impeccable. Merci à tous et à toutes.

   

   

   

   

Le Père Général de la Congrégation, Paolo ORLANDI est venu exprès d  Italie pour cet évènement. Pascal est le quatrième Malgache. Les trois autres ont été ordonnés en Italie, l  un travaille au Brésil, les 2 autres ont ouvert leur maison de formation à Tananarive.

Tous les prêtres diocésains étaient là avec 4 Lazaristes.

Depuis mon arrivée dans le diocèse, vu son immensité et le besoin d  ouvrir de nouveaux postes, j  ai fait appel à d  autres Congrégations sans réussir. Espérons que cette arrivée de la Congrégation de Saint Jean Baptiste le Précurseur va être suivie par d  autres.

Avec l  arrivée de Mgr CROUZET en 1896, le sud de l île détaché du nord a formé le nouveau Vicariat Apostolique, et qui a donné quatre diocèses depuis. Lors de l  érection de Fort-Dauphin en diocèse en septembre 1955 sont arrivés les Frères du Sacré-Coeur . Les Soeurs de Notre-Dame du Cénacle sont arrivées en 1995, cadeau pour le centenaire du Vicariat, appelé faussement centenaire du diocèse.

Actuellement le Diocèse a 28 prêtres diocésains et 2 diacres qui vont être ordonnés le 9 aoû t prochain. Mais depuis la fondation de la Mission, seulement 3 Congrégations sont venues rejoindre à la famille vincentienne.

Mgr Vincent Rakotozafy

23 juin 2019

Début des visites pastorales

Après Pâques je commence mes visites pastorales. Ainsi le 1er et 2 juin j étais à la paroisse Sainte Louise de Marillac de Tanambao. Comme d habitude il y a la confirmation où j  ai imposé les mains et oint 89 jeunes, signe de la vitalité de la paroisse malgré les différents problèmes relatés par le comité. Entre autres le coû t de la vie qui fait courir des paroissiens vers les sectes qui promettent monts et merveilles. Beaucoup reviennent. J ai signalé surtout deux choses : que l  approfondissement de la foi ne reste pas à apprendre des questions-réponses apprises par coeur, mais soit vraiment une histoire du salut qui engage la vie. Deuxièmement, l extension de la ville demande une attention. Si on a déjà détaché Marillac de la paroisse, peut-ê tre faudra-t-il encore penser à un éventuel démembrement.

La cathédrale, toujours dans le cadre du cinquantenaire de l église, a présenté 40 jeunes à la confirmation le jour de la Pentecô te. Un geste très louable : tous les confirmands étaient en aube.

   

   

A cette occasion de la visite pastorale, le curé a présenté les 5 membres qui vont présider collégialement le comité paroissial jusqu  à la fin de l  année. Après quoi la paroisse procèdera à l  élection d un nouveau président pour remplacer l ancien qui a démissionné lors de sa candidature aux législatives.

Trois programmes urgents attendent l équipe : remplacement des équipements de la sonorisation volés le mois de mai, ordinations sacerdotales du 9 aoû t, la fête de Saint Vincent de Paul, patron de la paroisse, qui va clôturer la célébration du cinquantenaire. Tous ces mouvements de foi à la base ne font que confirmer la communion avec l Eglise universelle en cette attente de la visite du Pape au mois de septembre. Tous les chrétiens prient avec ferveur pour cet heureux avènement.

Mgr Vincent Rakotozafy

18 juin 2019

EXHORTATION DE LA CONFERENCE EPISCOPALE CONCERNANT LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS A MADAGASCAR

« Je mettrai mon esprit en vous. Vous habiterez le pays que j'ai donné à vos pères. Vous serez mon peuple et moi je serai votre Dieu » (Ez 36, 27-28)

Que la Paix du Christ soit avec nous

  • Ensemble rendons grâ ce à Dieu car notre souhait et celui du Pape vont pouvoir se réaliser. En effet, le Pape François, viendra visiter Madagascar du 6 au 10 septembre prochain et, comme dit l  adage malagasy : "c  est par amour réciproque que les relations s  améliorent.
  • Ce sera une visite pastorale exceptionnelle car c  est en tant que Chef de l  église Universelle qu  il viendra à Madagascar "Semer l  Espérance et la Paix.
  • Il accomplit ainsi le défi qu  il s  est fixé : sortir dans le monde s  approcher du peuple, rencontrer les pauvres et annoncer la Joie de l  évangile.

Nous exhortons chacun de nous à prier et à bien profiter des directives, surtout celles proposées par la commission catéchétique et de l  approfondissement de la foi pour une bonne préparation spirituelle à cette venue du Pape François..

LE PAPE VIENT SEMER L  ESPERANCE ET LA PAIX

Profitons de cette grâ ce que le Seigneur nous offre pour corriger les défaillances de notre vie nationale.

  • Car mê me si les églises sont remplies de fidèles, il est certain que la foi n  est pas encore bien enracinée. La réception des sacrements connait une baisse sensible. L  approfondissement de la foi est insuffisant.
  • La vie en société est désorganisée. C  est le chacun pour soi qui règne. La vie est chère. La corruption est la norme. La justice est devenue anarchique. Les meurtres se multiplient un peu partout. Malgré les efforts considérables communs des forces de l  ordre et du peuple, l  insecurité n  est pas encore maî trisée. Les familles sont divisées.
  • Les jeunes n  ont plus de modèle à imiter et sont tentés par les différentes cupidités du monde. Ils s  enfoncent dans la drogue ne respectant plus les valeurs, n  arrivant plus à se discipliner pour travailler mais cédant souvent à la facilité.
  • Les promesses non tenues sont devenues monnaie courante et la politique hypocrite ne fait que diviser la nation. Beaucoup ne voient pas chez les responsables accomplissant leur mission de vrais patriotes ..par contre les mauvaises habitudes continuent : pas de soucis du bien commun mais plutô t , recherche des intérê ts personnels.
  • On constate un peu partout la dégradation des valeurs traditionnelles malagasy et de la dignité de la personne humaine et plus particulièrement de la "Maison Commune de Madagascar.

Le Pape vient pour semer l  espérance

  • Il rencontrera plusieurs catégories de personnes : le Chef de l  état, le corps constitué et la société civile; les évê ques, les prê tres, les religieux, les séminaristes, les scholastiques et les novices... les Chefs des églises au sein du FFKM (Conféderation des églises Chrétiennes à Madagascar), les leaders religieux et tous les hommes de bonne volonté.
  • Il réconfortera les jeunes de Madagascar et les familles d  Akamasoa (Père Pedro).
  • Et surtout à Soamandrakizay-Androhibe, il célébrera l  Eucharistie entouré de tous les Malagasy.

Le Pape vient pour semer la Paix

  • Le Pape François a ses spécificités : il est Pasteur qui inspire confiance visitant plusieurs nations dans le monde, sans cesse il écrit et enseigne pour faire fructifier la foi des gens et bien organiser la vie de l  église selon l  exhortation de Jésus : "La Paix soit avec vous (Jn 20,19).
  • Pour nous à Madagascar : il va venir semer la paix à travers les prières et les exhortations qui, nous le croyons nous rassembleront tous, catholiques ou non catholiques, croyants ou non croyants, citadins ou de la campagne.
  • Il va nous conforter à faire grandir le "fihavanana (la bonne relation) et nous encourager à "vivre ensemble à abattre les murs de séparation entre les différentes catégories sociales.
  • Enfin il proclamera que l  église est Lumière du monde et que le Christ récapitule toutes les valeurs (Cf. Eph 1, 10) :

"Je vous exhorte à la solidarité désintéressée et à un retour de l  économie et de la finance à une éthique en faveur de l  ê tre humain. (Evangelii Gaudium n58)

Accompagnons de nos prières le Pape François pour qu  il soit en bonne santé pour faire ce voyage qui le ménera chez nous. Confions cette visite apostolique exceptionnelle à la Sainte Vierge et aux Saints et Bienheureux de Madagascar. Puisse elle ê tre très fructueuse pour nous.

Nous vous bénissons

La Conférence épiscopale de Madagascar

Le Président, Son éminence le Cardinal TSARAHAZANA Désiré

Antananarivo le 14 Mai 2019

Fê te de Saint Mathias, Apô tre

La cathédrale

Toujours dans le cadre du cinquantenaire de la cathédrale, la paroisse a organisé une kermesse du 27 avril au 1er mai. Voulant toujours regarder ce temple dans sa splendeur tout le monde se donnait la main. Les autorités de la ville étaient là à l  ouverture : le Chef de Région, le Maire, le Président du Fokontany et les notables .

   

   

   

   

   

Les MDMK/CVX du diocèse, réunis un peu avant avec le bureau national, s  adjoignaient à tout le monde.

L  ambiance y était, surtout le soir.

Je suis monté à Tananarive avant la fin, pour la réunion des évêques.

J  ai attendu le rapport. Mais quelle fut ma consternation quand le curé m  a annoncé le matin du lundi 7 mai, qu  il y a eu cambriolage à la cathédrale la nuit du dimanche ! Tous les matériels de sonorisation sont partis ! Les voleurs étaient certainement à la messe ce dimanche là. Quelle autre kermesse !! Puisse la police retrouver leur trace .

Mgr Vincent Rakotozafy

08 mai 2019

Joyeuses Pâques

Le temps a été assez maussade du Dimanche des Rameaux au Samedi Saint ; mais ça n empêchait pas les gens de venir nombreux aux prières de la Semaine Sainte. Mais quelle merveille : après la cérémonie de la nuit du samedi, la lune bien pleine brillait dans toute sa splendeur .

   

Le Dimanche de Pâques et le lundi, le temps était splendide. On fê tait la joie de Pâques, non seulement à l église mais au milieu de la nature. Ce n est pas les jolis sites qui manquent à Fort-Dauphin. Au Centre catéchétique de Saint-Jacques on estime à plus de 2000 personnes qui sont venues pique-niquer.

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

25 avril 2019

Visite du Pape

On a tant parlé de la possibilité de la visite du Pape. On l  a encore souhaitée lors de la visite du Secrétaire d  Etat du Vatican, le Cardinal Pietro PAROLINI, en janvier 2017. Visite promise par le Pape lui-même au bureau permanent des évêques qui l  a rencontré en 2018. Elle est officialisée ce mercredi 27 mars : Le Pape viendra en septembre, du 6 au 10. Les programmes du 7 et 8 seront concentrés à Tananarive. Le 9, il ira à l  î le Maurice, et reviendra le 10 pour les adieux à Tananarive. Le programme sera encore détaillé, mais le thème de la visite : " Semeur de paix et d  espérance " , me rappelle le discours d  accueil du Président Ratsiraka qui appelait le Pape Jean Paul II : "Pèlerin de la paix", lors de sa visite en 1989.

Je cite : « Nous accueillons en vous l  ardent défenseur de la paix, la " Paix pour tous, la paix pour tous les coeurs" ; cette paix dont vous dites si bien qu  " elle est une valeur éthique universelle sans frontières, du Nord au Sud, de l  Est à l  Ouest, une seule paix". Nous accueillons en vous, tant pis pour votre modestie, le grand avocat des pauvres, des déshérités »

Les Archevêques de ce temps-là ont eu leur discours , lors de l  accueil dans leur Province ecclésiastique respective. Celui du Président de la République a résumé la soif de tout le peuple. N  est-ce pas encore notre soif actuellement ?

Bienvenue au semeur de paix et d  espérance.

Quelques photos souvenirs de la visite de Jean Paul II en 1989

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

31 mars 2019

" Voyez ! Qu il est bon, qu il est doux d habiter en frères ensemble" ( Ps 133, 1 )

A Farafangana, après la retraite spirituelle animée par le Père Jacques Manantö jésuite, originaire du diocèse, nous avons pris une journée de détente avant de reprendre la route du retour.

Le beau temps, le joli cadre de l hô tel-restaurant Les Cocotiers, se prê taient à une bonne ambiance. Un grand merci au propriétaire.

   

   

   

Après ce bon délassement on était prê t à l aventure du retour, le lundi 18 : les 10 bacs, le mauvais état de la route Manambondro-Manantenina, et pire Mahatalaky- Fort-Dauphin . Mais avec le psalmiste on s est écrié : « Qu il est bon, qu il est doux d habiter en frères ensemble ».

Mgr Vincent Rakotozafy

23 mars 2019

Soeur Marie Thomas NASTA nous a quittés

Née en 1925 à Androka, Tuléar, elle s  est éteinte le matin du samedi 2 mars 2019 à Fort-Dauphin: 94 ans tout donnés au Seigneur. Fille de chrétiens, elle était baptisée enfant et éduquée chrétiennement. A 18 ans, le 6 mars 1943 elle était reçue chez les Petites Soeurs de Marie Immaculée. Cela fait 76 ans, presque date pour date, ce mois où elle a quitté ce monde.

Le 17 septembre 1963, les Petites Soeurs de Marie Immaculée et les Filles de la Charité sont fondues dans une mê me Congrégation. Je ne vais pas relater ici tous les postes qu  elle a tenus durant ces longues dates ; à part les 9 ans où elle était Visitatrice : 1983 à 1991, elle a travaillé dans les diocèses de Farafangana et Tolagnaro.

Nommé évê que de Tolagnaro en 2001, c  est à Manantenina que je l  ai connue encore en pleine activité. En 2003 elle est ramenée à la Maison Provinciale pour une retraite bien méritée . Mais elle cherchait toujours à rendre des petits services que sa force lui permettait encore . Elle souffrait beaucoup de l  arthrose, mais restait toujours souriante, à l  admiration de l  infirmière et de tout le monde . Mais voilà que le jeudi 28 février, son cur lui causait du problème . Fatiguée elle s  est expirée le samedi.

   

   

Si son coeur physique n  a plus tenu, son cur d  or restait dans la mémoire de tous ceux qu  elle a rencontrés ou servis. Une Soeur â gée s  est écrié : oh, quelle fê te ! tellement il y a eu du monde aux veillées mortuaires et à son enterrement du lundi 4 . R.I.P.

Mgr Vincent Rakotozafy

07 mars 2019

Nous aimons partager aussi nos joies de vivre et non seulement les situations macabres qui nous entourent.

Le dimanche 27 janvier nous avons fê té avec les malades de la léproserie la journée consacrée à eux. Le centre est tenu par les Filles de la Charité depuis 80 ans. Si avant on y entre presque pour toute sa vie, actuellement grâ ce au grand progrès du soin, beaucoup rentrent guéris chez-eux et encouragent ceux qui ont honte de se faire soigner. Ce dimanche, après la messe, un repas festif a été préparé par le Centre, où malades, médecins, amis, se sont réjouis ensemble. Six malades guéris ont annoncé leur joie de rentrer chez eux le lendemain.

   

Le 29 janvier, le Président de la République a fait une visite éclair à Beloha . Après une séance de travail à la salle paroissiale, il a rencontré la population avec cette volonté d approvisionner en eau la région avec 225 km de pipeline. Nous sommes là, non pour contrô ler la réalisation, mais pour espérer l aboutissement de ce projet déjà commencé par l Unicef, lors de l ancien gouvernement.

   

   

   

Encore une autre joie : à la fin de la première réunion de l année, les prê tres diocésains en ont profité pour pique-niquer ensemble avant de rejoindre les postes respectifs. Comme il est beau de vivre en frère. Ils se sont bien délassés à la jolie plage de Lokaro toute la journée du vendredi 8 février.

   

Oui, malgré tout ce qu on peut dire de sombre, la vie continue.

   

Mgr Vincent Rakotozafy

19 février 2019

Le bazar d  Amboasary en feu !

Quelle mauvaise surprise pour Amboasary ce matin du 30 janvier : le feu ! Averti par le curé à 5h 30 du matin, j  y suis allé. Arrivé à 10 h, j  ai vu tout le quartier du " bazar " en cendres , 203 maisons : hô tels, magasins, case. Il fume encore un peu partout !

Ne sachant pas trop l  origine du feu, on n  a eu que des suppositions. Mais pour que le feu gagne si vite, deux raisons sont indiscutables : les cases sont trop serrées, en plus de ça beaucoup ont de l  essence chez eux pour le marché noir !

A pareilles occasions, il y a toujours les mauvais profiteurs ; mais la solidarité a prévalu pour sauver ce qu on peut. Madame le maire a prévu une réunion à 15 h pour étudier la situation, mais elle a dit qu il n  y a pas beaucoup de sans-abris. Les familles s entraident pour accueillir les sinistrés.

   

   

   

   

   

   

   

   

   

Je suis rentré à Fort-Dauphin avant ça, mais avec cette réflexion : Amboasary exige déjà un plan d  urbanisme pour éviter ces cases qui ne laissent pas de ruelles entre elles ! Et ce marché de référence qui n  a pas fonctionné une minute mais déjà décoiffé, et les portes volatilisées ! N y aurait-il pas de déplacements à faire par là ?

Mgr Vincent Rakotozafy

31 janvier 2019

Betroka : quelle sinistre situation !

Comme nous le disons plus haut, nous avons passé la nuit à Betroka le 22 janvier. A 2h du matin on entendait des coups de feu en ville . Cela arrive souvent, nous disaient les Soeurs.

Justement la Radio Nationale faisait écho de ce qui s  y est passé le matin du 25 janvier. Des bandits encerclés par les gendarmes ont préféré mourir que de se livrer. D après le Commandant de la Compagnie de Gendarmerie, ces bandits ont déjà essayé un kidnapping la nuit du 24, mais ils ont raté ! Le 25, vers minuit on appelait les gendarmes au secours à un magasin. Comme il y a eu l opération commune des forces : gendarmes, policiers, militaires se sont unis pour maî triser ces malfaiteurs. Des sommations ont été lancées d  abord, a dit le Commandant de la Compagnie, mais les bandits ne faisaient que les narguer ! A 6h, les forces entraient en acte, résultat : 8 sont abattus !

Joie indicible de la population. Au nom de tous, le maire a remercié les forces de l  ordre.

   

   

   

   

   

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

31 janvier 2019

Quelques photos du dimanche 20 au mardi 22 sur la RN 13

Quittant Ihosy le matin du dimanche 20, nous avons pensé dormir à l entrée du diocèse, à Beraketa. Mais à la borne kilomètre 27, enlisement! Comme d autres voitures d ailleurs. On était là jusqu  à 14h.

Arrivés avant le village de Kelivaho vers 17h, beaucoup de voitures attendaient déjà que l eau baisse. A 21h 30, j étais le premier à traverser sous le hourra de tout le monde.

A minuit, à l entrée de Betroka, l eau est montée, mais on ne sait à quel niveau. On est descendu pour vérifier jusqu  au radier. Elle arrive au-dessus du genou on a traversé. Merci aux Filles de la Charité qui, réveillées par notre téléphone, ont ouvert leur portail et nous ont accueillis avec joie. On s est bien reposé pour repartir à 8h. Mais on a demandé aux Surs pourquoi ces coups de fusils qu on a entendus vers 2h du matin. Il arrive souvent qu il y a des attaques comme ça, nous ont-elles dit!

On a repris la route on s est arrêté à la rivière Hazofotsy, près du village Bemelo, où le jeudi 17 une voiture a été emportée par l eau: 4 morts!! La carcasse de la voiture est toujours bien attachée à un tronc d arbre.

A midi on s est arrêté à Isoanala pour manger, et là on a décidé de voyager la nuit, puisqu on entre déjà dans le diocèse, pour arriver le matin du mardi 22 à Fort-Dauphin, mais encore un embourbement nous a obligés d appeler au secours les Surs d Antanimora. Elles nous ont retenus fermement parce que le passage de Manavy est pire encore, nous ont-elles dit. Chaque saison a sa spécificité, et c est heureux de voir la verdure tout le long de la route; mais cette route, elle a besoin d un entretien sérieux. Des trous de rien peuvent provoquer le ballotage, la terre imbibée d eau s affaisse facilement.

Quelques photos de tout cela.

   

   

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

23 janvier 2019

Célébration du cinquantenaire de la cathédrale

   

La célébration du cinquantenaire de la cathédrale, ce 13 janvier, a concidé avec la fête liturgique du Baptême du Seigneur. Cela ne faisait que rehausser le thème « Nous sommes le temple de l Esprit Saint » Au bapt ême, nous sommes entrés dans la grande famille Eglise. En célébrant le cinquantenaire de l édifice, ne pas oublier que c est nous qui sommes le temple de l Esprit. La construction de cette cathédrale a duré un peu plus d  1 an (de la pose de la première pierre le 19 juillet 1967 jusqu à son inauguration le 13 janvier 1969.

   

Instaurer le règne du Christ dure toute notre vie. Nous nous réunissons dans l église pour prier ensemble, après nous sommes tous envoyés pour construire dans nos différents milieux un règne de justice, de vérité et d amour. Demandons toujours la force de l Esprit.

   

La célébration durera toute l année sous différentes formes au niveau de la paroisse, le diocèse se rassemblera dans cette église-mère le 9 aoû t pour l ordination presbytérale de 2 diacres.

Mgr Vincent Rakotozafy

13 janvier 2019

MESSAGE DU SAINT-PèRE FRANçOIS POUR LA CéLéBRATION DE LA LIIe JOURNéE MONDIALE DE LA PAIX

1er JANVIER 2019

La bonne politique est au service de la paix

1. Paix à cette maison !   En envoyant ses disciples en mission, Jésus leur dit : « Dans toute maison où vous entrerez, dites d abord : Paix à cette maison  . S il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra vers vous » (Lc 10, 5-6). Offrir la paix est au cur de la mission des disciples du Christ. Et cette offre est adressée à tous ceux qui, hommes et femmes, aspirent à la paix au milieu des drames et des violences de l histoire humaine[1]. La maison   dont parle Jésus, c est chaque famille, chaque communauté, chaque pays, chaque continent, dans sa particularité et dans son histoire ; c est avant tout chaque personne, sans distinctions ni discriminations. C est aussi notre maison commune   : la planète où Dieu nous a mis pour y vivre et dont nous sommes appelés à prendre soin avec sollicitude. C est donc également mon vu au début de l année nouvelle : Paix à cette maison !  .

2. Le défi de la bonne politique La paix est comme l espérance dont parle le poète Charles Péguy [2]; elle est comme une fleur fragile qui cherche à s épanouir au milieu des pierres de la violence. Nous le savons : la recherche du pouvoir à tout prix porte à des abus et à des injustices. La politique est un moyen fondamental pour promouvoir la citoyenneté et les projets de l homme, mais quand elle n est pas vécue comme un service à la collectivité humaine par ceux qui l exercent, elle peut devenir un instrument d oppression, de marginalisation, voire de destruction. « Si quelqu un veut être le premier, dit Jésus, qu il soit le dernier de tous et le serviteur de tous » (Mc 9, 35). Comme le soulignait saint Paul VI : « Prendre au sérieux la politique à ses divers niveaux local, régional et mondial , c est affirmer le devoir de l homme, de tout homme, de reconnaî tre la réalité concrète et la valeur de la liberté de choix qui lui est offerte pour chercher à réaliser ensemble le bien de la cité, de la nation, de l humanité »[3]. En effet, la fonction et la responsabilité politique constituent un défi permanent pour tous ceux qui reçoivent le mandat de servir leur pays, de protéger les habitants et de travailler pour asseoir les conditions d un avenir digne et juste. Accomplie dans le respect fondamental de la vie, de la liberté et de la dignité des personnes, la politique peut devenir vraiment une forme éminente de charité.

3. Charité et vertus humaines pour une politique au service des droits humains et de la paix. Le Pape Benoî t XVI rappelait que « tout chrétien est appelé à vivre cette charité, selon sa vocation et selon ses possibilités d influence au service de la plis. [] L engagement pour le bien commun, quand la charité l anime, a une valeur supérieure à celle de l engagement purement séculier et politique [] Quand elle est inspirée et animée par la charité, l action de l homme contribue à l édification de cette cité de Dieu universelle vers laquelle avance l histoire de la famille humaine ». C est un programme dans lequel peuvent se retrouver tous les politiciens, de n importe quelle appartenance culturelle ou religieuse, qui souhaitent uvrer ensemble pour le bien de la famille humaine, en pratiquant ces vertus humaines qui sous-tendent le bon agir politique : la justice, l équité, le respect réciproque, la sincérité, l honn êteté, la fidélité. à ce sujet, méritent d  être rappelées les béatitudes du politique  , proposées par le Cardinal vietnamien François-Xavier Nguy?n Van Thu?n, mort en 2002, qui a été un témoin fidèle de l évangile : Heureux le politicien qui a une haute idée et une profonde conscience de son rô le. Heureux le politicien dont la personne reflète la crédibilité. Heureux le politicien qui travaille pour le bien commun et non pour son propre intér êt. Heureux le politicien qui reste fidèlement cohérent. Heureux le politicien qui réalise l unité. Heureux le politicien qui s engage dans la réalisation d un changement radical. Heureux le politicien qui sait écouter. Heureux le politicien qui n a pas peur.[5] Chaque renouvellement des fonctions électives, chaque échéance électorale, chaque étape de la vie publique constitue une occasion pour retourner à la source et aux repères qui inspirent la justice et le droit. Nous en sommes certains : la bonne politique est au service de la paix ; elle respecte et promeut les droits humains fondamentaux, qui sont aussi des devoirs réciproques, afin qu entre les générations présentes et celles à venir se tisse un lien de confiance et de reconnaissance

4. Les vices de la politique à cô té des vertus, malheureusement, ne manquent pas non plus dans la politique les vices, dus soit à une inaptitude personnelle soit à des déformations dans l entourage et dans les institutions. Il est clair pour tous que les vices de la vie politique ô tent de la crédibilité aux systèmes dans lesquels elle s exerce, ainsi qu à l autorité, aux décisions et à l action des personnes qui s y consacrent. Ces vices, qui affaiblissent l idéal d une authentique démocratie, sont la honte de la vie publique et mettent en danger la paix sociale : la corruption sous ses multiples formes d appropriation indue des biens publics ou d instrumentalisation des personnes , la négation du droit, le non-respect des règles communautaires, l enrichissement illégal, la justification du pouvoir par la force ou par le prétexte arbitraire de la raison d état  , la tendance à s accrocher au pouvoir, la xénophobie et le racisme, le refus de prendre soin de la Terre, l exploitation illimitée des ressources naturelles en raison du profit immédiat, le mépris de ceux qui ont été contraints à l exil.

5. La bonne politique promeut la participation des jeunes et la confiance dans l autre Quand l exercice du pouvoir politique vise uniquement à sauvegarder les intér êts de certains individus privilégiés, l avenir est compromis et les jeunes peuvent être tentés par la méfiance, parce que condamnés à rester en marge de la société, sans possibilité de participer à un projet pour l avenir. Quand, au contraire, la politique se traduit, concrètement, dans l encouragement des jeunes talents et des vocations qui demandent à se réaliser, la paix se diffuse dans les consciences et sur les visages. Elle devient une confiance dynamique, qui veut dire j ai confiance en toi et je crois en toi  , dans la possibilité de travailler ensemble pour le bien commun. La politique est pour la paix si elle se manifeste donc, dans la reconnaissance des charismes et des capacités de chaque personne. « Quoi de plus beau qu une main tendue ? Elle a été voulue par Dieu pour offrir et recevoir. Dieu n a pas voulu qu elle tue (cf. Gn 4, 1sv) ou qu elle fasse souffrir, mais qu elle soigne et qu elle aide à vivre. à cô té du cur et de l intelligence, la main peut devenir, elle aussi, un instrument du dialogue »[6]. Chacun peut apporter sa pierre à la construction de la maison commune. La vie politique authentique, qui se fonde sur le droit et sur un dialogue loyal entre les personnes, se renouvelle avec la conviction que chaque femme, chaque homme et chaque génération portent en eux une promesse qui peut libérer de nouvelles énergies relationnelles, intellectuelles, culturelles et spirituelles. Une telle confiance n est jamais facile à vivre, car les relations humaines sont complexes. En particulier, nous vivons ces temps-ci dans un climat de méfiance qui s enracine 3 dans la peur de l autre ou de l étranger, dans l angoisse de perdre ses propres avantages, et qui se manifeste malheureusement aussi, au niveau politique, par des attitudes de fermeture ou des nationalismes qui remettent en cause cette fraternité dont notre monde globalisé a tant besoin. Aujourd hui plus que jamais, nos sociétés ont besoin d artisans de paix   qui puissent être des messagers et des témoins authentiques du Dieu Père, qui veut le bien et le bonheur de la famille humaine.

6. Non à la guerre et à la stratégie de la peur Cent ans après la fin de la Première Guerre Mondiale, alors que nous nous souvenons des jeunes tombés durant ces combats et des populations civiles lacérées, aujourd hui plus qu hier nous connaissons la terrible leçon des guerres fratricides, à savoir que la paix ne peut jamais être réduite au seul équilibre des forces et de la peur. Maintenir l autre sous la menace veut dire le réduire à l état d objet et en nier la dignité. C est pourquoi nous réaffirmons que l escalade en termes d intimidation et la prolifération incontrô lée des armes sont contraires à la morale ainsi qu à la recherche d une vraie concorde. La terreur exercée sur les personnes les plus vulnérables contribue à l exil d entières populations en qu ête d une terre de paix. Les discours politiques qui tendent à accuser les migrants de tous les maux et à priver les pauvres de l espérance ne sont pas justifiables. Au contraire, il faut réaffirmer que la paix se fonde sur le respect de chaque personne, quelle que soit son histoire, sur le respect du droit et du bien commun, de la création qui nous a été confiée et de la richesse morale transmise par les générations passées. Notre pensée va aussi, à titre particulier, aux enfants qui vivent dans les zones actuelles de conflit, et à tous ceux qui s engagent afin que leurs vies et leurs droits soient protégés. Dans le monde, un enfant sur six est touché par la violence de la guerre ou par ses conséquences, quand il n est pas enrô lé pour devenir lui-m ême soldat ou otage de groupes armés. Le témoignage de ceux qui uvrent pour défendre la dignité et le respect des enfants n en est que plus précieux pour l avenir de l humanité.

7. Un grand projet de paix Nous célébrons ces jours-ci le soixante-dixième anniversaire de la Déclaration Universelle des droits de l homme, adoptée au lendemain du deuxième conflit mondial. Souvenons-nous, à ce propos, de l observation de saint Jean XXIII : « Maintenant, à mesure que l homme devient conscient de ses droits, germe comme nécessairement en lui la conscience d obligations correspondantes : ses propres droits, c est avant tout comme autant d expressions de sa dignité qu il devra les faire valoir, et à tous les autres incombera l obligation de reconnaî tre ces droits et de les respecter »[7]. La paix, en effet, est le fruit d un grand projet politique qui se fonde sur la responsabilité réciproque et sur l interdépendance des êtres humains. Mais elle est aussi un défi qui demande à 4 être accueilli jour après jour. La paix est une conversion du cur et de l â me ; et il est facile de reconnaî tre trois dimensions indissociables de cette paix intérieure et communautaire : - la paix avec soi-m ême, en refusant l intransigeance, la colère et l impatience et, comme le conseillait saint François de Sales, en exerçant un peu de douceur avec soi-m ême  , afin d offrir un peu de douceur aux autres   ; - la paix avec l autre : le proche, l ami, l étranger, le pauvre, le souffrant ; en osant la rencontre et en écoutant le message qu elle porte avec elle ; - la paix avec la création, en redécouvrant la grandeur du don de Dieu et la part de responsabilité qui revient à chacun d entre nous, en tant qu habitant du monde, citoyen et acteur de l avenir. La politique de la paix, qui connaî t bien les fragilités humaines et les assume, peut toujours se ressourcer dans l esprit du Magnificat que Marie, Mère du Christ Sauveur et Reine de la Paix, chante au nom de tous les hommes : « Sa miséricorde s étend d en â ge en â ge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leur trô ne, il élève les humbles [] ; il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d Abraham et sa descendance à jamais » (Lc 1, 50-55).

Mgr Vincent Rakotozafy

01 janvier 2019

Le cinquantenaire de la cathédrale

Erigé en diocèse le 14 septembre 1955, Mgr FRESNEL a trouvé sa cathédrale où il a été intronisé, ravagée par le cyclone en 1961.Il en a construit provisoirement une petite et ramassé du fonds pour en construire une vraie. Cette dernière a été fondée en1967 et inaugurée le 13 janvier 1969, le lendemain de l ordination épiscopale du nouvel évêque Mgr Pierre ZEVACO.

Les paroissiens fêteront le cinquantenaire de cette dédicace pendant l  année 2019 : 13 janvier au 27 septembre, fête de Saint Vincent de Paul.

Sur notre photo, les différentes églises des centres de district ou paroisses autour de la cathédrale.

Mgr Vincent Rakotozafy

27 décembre 2018

50 ans des Slovènes à Vangaindrano

A la demande de Mgr Camille CHILOUET, é vêque de Farafangana, les Pè res Slovè nes sont arrivé s en 1968. Il leur a confié la partie sud du diocè se, ayant comme centre Vangaindrano. Le cinquantenaire a é té cé lé bré les 7, 8, 9 dé cembre. Une dé lé gation est venue de Slové nie mené e par Mgr André X Les é vêques d Ihosy et de Tolagnaro ont é té invité s. Avant 1955, Farafangana dé pendait encore de Fort-Dauphin et n  a é té diocè se qu  en 1957 ; de même qu Ihosy qui ne l  a é té qu en 1967. Chaque caté gorie d â ge a eu sa part de participation à cette cé lé bration : mouvement d ensemble pour les enfants, basket-ball pour les jeunes, baptêmes d adultes, mariages de 26 couples et jubilé s de mariage, mé dailles Bene merenti Le thè me de cette cé lé bration a é té :" Kristiany iaho, halaligniko, vaha iaignako gne finoako " ( Je suis chré tien, j  approfondis ma foi pour en vivre ). La messe d ouverture a é té pré sidé e par l  é vêque du lieu, Mgr Gaetano di PIERRO ; le deuxiè me jour par l  é vêque d Ihosy, Mgr Fulgence RAZAKARIVONY, et la clô ture par Mgr Vincent RAKOTOZAFY, é vêque de Tolagnaro.

   

   

   

   

   

   

Mais la population a surtout jaugé l  implantation de la foi par les infrastructures mises en place par les missionnaires : é glises, é coles, routes, hô pital Le Pè re Pedro OPEKA a é té particuliè rement ovationné . Il a travaillé à Vangaindrano même. Nommé maî tre des novices Lazaristes en 1988, il est monté à Tananarive. De là il a fondé son centre AKAMASOA . Aprè s 30 ans d absence, il est resté au cur des gens pour ses uvres : maison des Pè res, é glise, é cole, gradins . Venu d  Akamasoa de Tananarive, il a é té accueilli triomphalement à l  entré e de la ville.

Il reste cinq prêtres Slovè nes dans le diocè se de Farafangana, mais le cinquiè me est rentré d urgence à Slové nie juste avant la fête, pour é vacuation sanitaire. Quelques lacs se relaient pour les aider. On souhaite bon ré tablissement pour le malade et à tous fructueux apostolat.

Mgr Vincent Rakotozafy

12 décembre 2018

Célébration des 10 ans de sacerdoce de Père Jean Berlin à Troyes

Si le Père Alonso a fêté ses 50 ans de sacerdoce, Jean Berlin a fêté ses 10 ans à Troyes, France.

Je l ai ordonné prêtre le 8 aoû t 2008 à Amboasary : 8-8-8, aime-t-il rappeler. Tout en étant étudiant à l Université Catholique de Paris, il est aumônier des Malagasy de Troyes. Le mois d aoû t étant encore les vacances, ils ont choisi le 2 décembre premier dimanche de l Avent pour fêter cela.

   

   

   

L évêque de Troyes a voulu participer à cette célébration. Retenu, par une autre obligation, il a envoyé une lettre de communion.

Mgr Vincent Rakotozafy

05 décembre 2018

Quelques photos

Malgré mon absence, à cause du bouleversement de mon calendrier, la réunion trimestrielle des prêtres a eu lieu, présidée par le Vicaire Général. A cette occasion, ils ont fêté le cinquantenaire de la prêtrise du Père ALONSO dont 47 ans dans l Androy.

   

Le centre catéchétique de l Anosy, à Ampasy, qui a fermé presque 10 ans, a repris aussi avec une trentaine de jeunes.

Après la réunion de la Conférence épiscopale à Antananarivo, ceux du sud se sont encore retrouvés à Tuléar pour la rentrée officielle du Séminaire propédeutique. Il y a 59 jeunes cette année dont 8 de Fort-Dauphin.

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

03 décembre 2018

Message de la Conférence Episcopale de Madagascar

« Gardez courage! J ai vaincu le monde » (Jn 16, 33)

A tous les baptisés et aux hommes et femmes de bonne volonté

Que la Paix du Christ soit avec vous !

Chers Frè res,

1) Fruits spirituels des JMJ MADA 9

Les JMJ nationales de Mahajanga ont fermé leurs portes, et ont été également l occasion de marquer le vingtiè me anniversaire des JMJ à Madagascar (1998-2018). Rendons grâce à Dieu ! Ces JMJ ont offert à tous, et plus particuliè rement aux jeunes, de merveilleux fruits, notamment spirituels. Le thè me abordé était : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprè s de Dieu » (Lc 1, 30). Ces fruits ont été rendus possibles grâce aux multiples expériences vécues et aux méthodes bien rôdées des JMJ MADA : Eucharistie, Sacrement de Réconciliation, veillée de prière, catéchisme, Chemin de Croix, échanges et partages. Nous tenons à exprimer notre gratitude au diocè se de Mahajanga, diocè se d accueil et à la VPKT (Commission Episcopale des Jeunes), qui ont organisé ensemble ces journées, main dans la main avec la grande famille des jeunes venus à ce pè lerinage.

Tout le monde a fait hommage à l abnégation de Mgr Roger Victor Rakotondrajao, Evêque de Mahajanga. Etant gravement malade durant ces JMJ, il était tout de même resté avec les jeunes, donnant un enseignement profond lors de l Eucharistie d envoi. Nous aussi vos évêques, avons tenu à cheminer chaque jour de ces JMJ avec les jeunes et vous avons laissé ce message : « Chers Jeunes, nous souhaitons que vous sachiez que l Eglise, votre Mè re vous aime et a confiance en vous. Le dernier synode célébré au mois d octobre à Rome s est penché sur le thè me : les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Les participants ont vécu des temps spirituels forts durant ces JMJ MADA 9. Parmi les plus palpables, la joie, la communion de vie, l amour de la priè re, et le sens du sacrifice devant les difficultés d organisation due au grand nombre de participants (plus de quarante mille) Tout le monde a reconnu leur maturité qui se déploie dans l entraide mutuelle.

Le message que le Pape leur a remis est le fruit qu ils ont rapporté à la maison : « Allez annoncer à tous que Jésus nous aime et qu avec lui toute peur peut disparaître. Réalisez vos rêves et travaillez ensemble pour construire votre avenir et celui de votre Pays en recherchant toujours le bien les uns des autres ».

 

2) Crainte et déception

Les JMJ terminées, tout le monde est rentré chez soi. La campagne électorale battait son plein. Grâce aux éclaircissements et aux sensibilisations, aux fruits de ces JMJ, les yeux des jeunes se sont ouverts, et cela les a amené à se poser un certain nombre de questions : est-ce que notre pays trouvera un jour la justice et la paix ? Est-ce que les valeurs malagasy retrouveront un jour leur vraie place ? Est-ce que nos aînés méritent encore confiance au sein de la société ? Est-ce plutôt l égocentrisme qui rè gne dans le pays et non pas le sens du bien commun ? L argent est-il devenu un Dieu que tout le monde sert ?

Dans leurs expériences et leurs échanges, les jeunes constatent que les difficultés de la vie ne cessent d augmenter. Les hommes semblent assoiffés de sang, sombrant dans une violence toujours plus importante qui se transforme parfois en tuerie, aussi bien en ville qu en brousse. Nous Evêques, prenons comme nôtres les préoccupations et les inquiétudes de nos jeunes, nos enfants. C est pour cela que nous nous tournons vers vous, parents et adultes du pays, vous qui devez être leurs modè les dans la vie. Et nous vous exhortons à l être réellement !

Beaucoup de parents se disputent et se rejettent devant leurs enfants comme des sauterelles dans un panier : l amour mutuel semble inexistant, les calomnies et accusions réciproques sont monnaies courantes, et des paroles irrespectueuses fusent de maniè re irréfléchie. Et quand les parents se battent, ce sont souvent les enfants qui en sont les victimes.

Les valeurs de l identité malagasy sont bafouées, détruites, les droits et la dignité de la personne humaine sont bannis. L opinion du peuple est détruite à la maniè re des politiciens. Plus d uns se demandent en voyant l afflux d argent d origine inconnue durant la campagne électorale : pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Tout le monde aspire à l unité de la famille, mais une politique de division rè gne. Le sens du dialogue et de la recherche de l entente réciproque en vue de l intérêt suprême de la nation sont bel et bien perdus. Cela nous rappelle ce qu avait dit le Bx lucien Botovasoa aux politiciens de son temps : « vous vivez dans le mensonge, votre politique vous mè nera certainement à un bain de sang »

Justement, il n y a pas trè s longtemps, le Pape soulignait que : « La guerre et les tueries sont devenues une véritable culture faisant descendre trè s bas la nature humaine, engendrant de graves problè mes. Est-ce que jamais nous ne saurons nous réconcilier, laissant la soif du sang prendre le dessus ? Que cela s arrête, et quand nous prions, que ce soit l occasion pour bâtir la paix et non un moment pour s exciter à faire la guerre. (Angelus du 11 Nov 2018)

3) « Gardez courage! J ai vaincu le monde » (Jn 16, 33)

L exhortation du Pape nous pousse, nous parents chrétiens et hommes et femmes de bonne volonté vivant à Madagascar, à crier : Sauvons notre chè re et bien aimée patrie. Nous tenons à exprimer notre gratitude au peuple malagasy qui a bien participé au premier tour des élections, malgré les nombreuses anomalies. Cela révè le la sagesse et la maturité du peuple, imprégné du fihavanana et souhaitant également exprimer son choix.

Nous exhortons chacun à être calme et à vivre dans la paix en attendant la suite. Nous nous tournons vers les Responsables afin que rè gnent la vérité et la justice, dans la transparence totale et en le respect du choix du peuple.

Que ceux qui seront élus lors des différentes élections sachent respecter la parole donnée et vivent les différents traits proposés lors du message du 29 mai 2018. « Si nous savons nous donner la main, nous vivrons dans un pays prospè re. Pour cela :

  • Affermissons notre foi en Jésus Ressuscité, Roi de l univers. Il a vaincu la mort et la force des ténè bres. « Que ma paix soit en vous », nous disait-Il. En Jésus nous devenons une nouvelle créature et nous revenons à notre vraie nature.
  • Ce qui détruit notre vie et ce qui fait obstacle à un développement humain intégral au sein de notre société, c est le manque de volonté de vivre la vérité à tous les niveaux de la vie quotidienne. Convertissons-nous et sachons faire régner la vérité.
  • C est un saint devoir pour les parents et pour les adultes d aider leurs enfants et les jeunes à préparer ensemble leur avenir en mettant en exergue les valeurs de l identité malagasy.
  • Sachons mettre en place un environnement et un lieu permettant le dialogue dans le respect mutuel. Ce dialogue nous engagera à la vérité dans la recherche du bien commun pour le pays. L éducation civique sera un moyen pour nous y mener. Il est également nécessaire d apporter de la rigueur et de la discipline pour arriver à un changement de mentalité et de comportement.
  • Il faudra bien étudier et analyser notre constitution pour qu elle soit bien stable et équilibrée afin d aider les malagasy à être patriotes, prêts à donner leur vie pour le pays.
  • N acceptons plus la destruction des valeurs de notre identité malagasy ni leur substitution par une autre culture. Ne laissons pas spolier nos richesses. La patrie est sacrée.

Conclusion

En s adressant aux jeunes, le Pape nous exhorte tous : « Allez annoncer à tous que Jésus nous aime et qu avec lui toute peur peut disparaître. Réalisez vos rêves et travaillez ensemble pour construire votre avenir et celui de votre Pays en recherchant toujours le bien les uns des autres ». Nous allons célébrer la solennité du Christ Roi et entrons dans le temps fort de l Avent. Et bientôt célébrer Noël et la nouvelle année 2019. Nous souhaitons vivement que ces célébrations nous donnent un nouvel élan patriotique et que soit bien ancrée dans nos curs la victoire du Christ sur le monde. Que la Sainte Vierge, Sainte Patronne de Madagascar et tous les Saints et Bienheureux, nos frè res, intercè dent pour notre nation.

Nous, les Evêques, implorons la bénédiction divine sur chacun de vous.

 

Antananarivo le 22 Novembre 2018

JMJ 2018 à Mahajanga

496 jeunes du diocèse ont participé à ce grand rassemblement qui en a réuni autour de 40 000. Vu la distance (nous sommes les plus loin), le coû t de la vie.ce chiffre est très louable. Cela signifie que nos jeunes y mettent de l importance, aussi bien du point de vue touristique que spirituel.

Les réalités spécifiques des régions traversées sur ces 1600 km ont été certainement enrichissantes, enrichissement doublé par la rencontre des autres jeunes dans leur diversité.

   

   

Pour en rester au thème « Ne crains pas Marie..« , les évêques ont prodigué leur enseignement dans la catéchèse et donné leur message final à la clôture. Le Nonce Apostolique a présenté la vidéo message du Pape François à cette occasion .Le Chef de l Etat, Monsieur Rivo RAKOTOVAO p.i., a exprimé sa félicitation et exhorté les jeunes : « Vous avez appris, alors appliquez ce que vous avez appris pour le développement du pays »

Nous remercions le diocèse de Mahajanga qui a accueilli ce JMJ, avec son évêque feu Mgr Roger Victor Solo RAKOTONDRAJAO. Bien fatigué déjà par la préparation, Mgr a tenu à venir à l ouverture et à la clôture même sous oxygène. Il a tenu à donner son message fort à la clôture : « Jeunes, réfléchissez longuement avant de prendre des décisions importantes, et vous politiciens, ne trompez pas les jeunes avec des cadeaux et des promesses insignifiantes, mais laissez-les dans leur libre choix ». Avec son arrêt cardiaque, il s est éteint la nuit du samedi 3 novembre. R.I.P.

Le plus important maintenant est « comment accompagner nos jeunes dans la réalité propre de notre diocèse«. Ce sera le sujet de la réunion des prêtres du 13 au 15 novembre prochain.

Mgr Vincent Rakotozafy

07 novembre 2018

Du feu et encore du feu

A cause de mes pérégrinations, je n"ai pas pu mettre à jour notre site. Profitant de mon court passage à Fort-Dauphin je relate ici deux faits de fin septembre début octobre : visite pastorale à Beloha, promotion du Capitaine Faneva en Commandant.

Du 24 au 30 septembre, j"ai fait ma tournée pastorale à Beloha. Ce qui m"a tout de suite frappé en plus de la pastorale proprement dite, c"est la sècheresse : à chaque veille de ma visite dans un centre, le curé a apporté de l"eau pour la cuisine . (Heureusement qu"il a plu depuis). Puis l"UNICEF est entrain de creuser des canaux pour l"adduction d eau ; les tuyaux et les bassins sont déjà là. Je remercie aussi CRS qui a construit un terrain de basket dans la cour de l"église de Beloha, réhabilité la salle d"œuvre de la paroisse, avec d autres projets encore.

   

En arrivant à Fort-Dauphin j"ai appris que le Capitaine Faneva, promu Commandant depuis un certain temps déjà, va fêter cela le vendredi 5 octobre. Qui ne connait ce jeune capitaine de la gendarmerie, qui a fait parler de lui pour sa stratégie inédite, afin de maîtriser la situation d insécurité : brû ler vif, couper la tête, que sais-je encore.Cela a fait des milliers de « convertis «, et ce sont les bandits convertis qui l"ont aidé à déloger les récalcitrants de leurs repaires.

   

Ce sont ces bandits convertis qui ont animé les rues de Fort-Dauphin et surtout le stade municipal le jour J du 5 octobre.

   

   

   

   

Mais en quoi sont-ils convertis ? En agriculteurs ? éleveurs ? artisans ? comme l"ont prôné le Premier Ministre d"alors et le député élu à Amboasary ?

Avec leur tenue de différentes couleurs, casquettes, épaulettes, armes, on assiste plutôt à des milices. Et la question que je me pose, avec d autres je pense : quel est l"avenir de ces jeunes. Ils ne seront pas éternellement sous la coupe du nouveau Commandant ?

Mgr Vincent Rakotozafy

29 octobre 2018

Du feu et encore du feu

Le dimanche 2 septembre, vers 10h, heure où les gens étaient à l  église, un incendie s est éclaté dans le quartier d Ambinanikely : 11 maisons brû lées. Un court-circuit serait la raison du feu venu d une maison, poussé par le vent qui est très fort en cette saison-ci.

Espérons qu  il n  y aura plus un troisième, parce qu un autre incendie a encore ravagé une partie du marché de Tanambao, le matin du mardi 4 : 30 pavillons, 1 épicerie, 1 bâtiment de 7 pièces. On ne sait pas d où est parti le feu !

Personne ne souhaite tel dégât, et c est trop moralisant de dire qu il faut faire attention, surtout en cette saison du vent, n empêche que chacun a une responsabilité à prendre pour éviter le pire.

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

07 septembre 2018

3 aoû t 2018 : date inoubliable

Oui, inoubliable pour Mahareta Bienvenue Randrianasolo, Hermann Zakasoa, Pascal, ordonnés diacres ce jour-là.

Inoubliable pour Berthin Tsirahamba, Sacro Sylvère Ratolojanaharindrainy, Mahaleo Brichard Ratiandrazana, Jean Nicolas Valesoa, Bruno Sambo, ordonnés prêtres.

Inoubliable pour Amboasary qui s est donné de tout cur, avec une collaboration exemplaire pour la préparation de cet évènement heureux. Leur joie a été la joie de tous ceux qui étaient là, ravis de la réussite de cette fête. Inoubliable pour le diocèse qui a eu 8 nouveaux jeunes prêts à servir l Eglise. Merci à leurs familles qui, on peut dire, ont répondu avec leurs enfants à leurs vocations en les donnant au Seigneur.

Soutenons les dans nos prières

   

   

   

   

   

   

   

Mgr Vincent Rakotozafy

09 aoû t 2018

Quelques photos et faits marquants des 4 dernières visites pastorales

A Antanimora du 27 juin au 1er juillet : Jafaro, Antanimora et Andalatanosy.

Tous les confirmands étaient en aube : uniforme qui a marqué l unité. Merci aux initiateurs. Un parent a témoigné que financièrement parlant c était mieux comme ça, loin des dépenses onéreuses des robes et couronnes qui ne servent presque qu  à cette occasion.

   

A l occasion de cette visite j  ai revu ce beau projet d Ambatoraty.

   

Espérons que ça s étendra un peu plus.

Du 3 au 8 juillet : banlieue nord de Fort-Dauphin.

Le temps était maussade mais non la ferveur des chrétiens.

Profitant de la semaine, le curé, P. Damy Valasoa a organisé la rencontre à 6 endroits différents : Tsiharoa, Mahatalaky, Amborabao, Ambaniala, Mahialambo, Mandromodromotra.

Partout on m  a demandé la reprise de la formation des catéchistes . Ils ont besoin de renforcer leur niveau devant les sectes qui pullulent, disent-ils ; mais aussi devant l évolution de la réalité sociale.

A chaque rencontre des comités , on me rapportait cet acte sacrilège de vol d ossements !

C est vraiment une atteinte aux valeurs ancestrales dont les motifs restent un mystère. Est-ce qu on veut créer un monde sans âme au dépens du dieu argent, effacer le sacré : l unité familiale, pour vivre dans le matérialisme pur ?

Du 20 au 22 juillet à Amboasary.

La rencontre a eu lieu à Ifotaka, Afondrakady et Amboasary. Ce qui m  a vraiment édifié, là où je n ai pas pu aller parce que j  ai écourté la visite à cause de l  accueil du cardinal à Tananarive , les confirmands de l ouest ont fait 35 km à pied pour venir à Ifotaka, et ceux du nord 50 km ou plus pour venir à Amboasary.

C est déjà un témoignage de foi.

   

Ce qui m  a réjoui aussi c est la première visite de la communauté d  Afondrakady, nouvellement fondée par le Père Mosa David. Les arbres sacrés sont toujours là, bien respectés, même si on n y sacrifie plus rien. Seuls les bufs osent s y mettre à l ombre.

Ce dimanche 29 juillet, à Ampasy.

Ampasy est en pleine préparation de la première messe du P. Brichard qui va être ordonné avec les 4 autres à Amboasary.

Il y a eu 17 confirmands, mais à part la réalité spirituelle : deux faits sociaux ont marqué la rencontre avec le comité : vol d ossements, et problème de terrain avec la Société QMM. Nous avons déjà parlé du vol d ossements dans la banlieue nord, mais pour le différend avec la Société, ils ont dit qu il y a trop d intermédiaires entre les paysans et QMM. Ils sont désorientés parce que tout est trop politisé et ils sont utilisés. Affaire à suivre.

Mgr Vincent Rakotozafy

29 juillet 2018

Madagascar a enfin son Cardinal

Depuis la mort du Cardinal Armand Gaétan RAZAFINDRATANDRA en janvier 2010, tout le monde se demandait à quand le nouveau ? L attente a été exaucée lors du Consistoire du 29 juin où le Pape a créé 14 nouveaux Cardinaux, dont Monseigneur Désiré TSARAHAZANA , Archevêque de Toamasina et Président de la Conférence Episcopale de Madagascar. C est une foule immense, en liesse, qui est venue l accueillir à l  aéroport d Ivato le 10 juillet, et l  a escorté jusqu à la Nonciature. La réception organisée par la Nonciature a réuni des centaines de représentants des différentes entités laques et religieuses. Une foule grandiose a assisté à la messe qu il a présidée le soir du 11 juillet.

   

Mais c est quoi un Cardinal ? C est un collaborateur proche du Pape pour la gouvernance de l Eglise Universelle. Nommer un Cardinal Malagasy, c est tenir compte de cette Eglise qui est à Madagascar dans cette gouvernance. Il est aussi électeur du Pape. Il n est pas le Président des catholiques de Madagascar comme beaucoup le pensent. Comme l  a signalé Mgr Fabien, vice président de la Conférence, lors de la messe d accueil à Antanimena, Tananarive, le Pape est fidèle à son exhortation d aller à la périphérie : il a nommé un Archevêque de la périphérie, et non de la capitale comme les trois prédécesseurs. Le Nonce Apostolique a annoncé que le Pape a nommé Mgr Désiré, Président du Synode des Evêques qui aura lieu en octobre prochain à Rome.

Je relate ici son discours, lors de la réception à la Nonciature, qui reprend sa devise de prêtre, d évêque, et qu il garde pour son cardinalat : « Vjnce in bono malum » : « sois vainqueur du mal par le bien «.

Chers frères et Surs,

Cette réception est organisée par la Nonciature Apostolique en lhonneur de sa Sainteté le Pape François et de ma personne.

Je me sens donc le devoir de prononcer un bref discours devant vous

Tout d abord nous rendons grâce à Dieu parce que tout ce qui s est passé c est la manifestation de son amour pour nous, pour notre nation et pour le peuple malgache.

Nous remercions le Pape François qui n a pas oublié l église qui est à Madagascar dans la récente création des nouveaux cardinaux. C est la nation malgache toute entière qui se sent d ailleurs honorée par cette nomination et j ai pu constater la joie surabondante des compatriotes et notamment des fidèles catholiques après l annonce de cette nouvelle, le jour de la Pentecôte.

Je suis très reconnaissant envers le Pape François pour sa confiance en ma personne en me nommant nouveau Cardinal de Madagascar ; comme j ai déjà répété à plusieurs reprises, cette nomination m a vraiment surpris, sincèrement je ne m y attendais vraiment pas mais finalement je me suis résolu de me soumettre à la volonté de Dieu.

Et maintenant, je m adresse à vous Son Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique sans oublier votre collaborateur : Merci de m avoir aidé pour les préparatifs avant le Consistoire. Merci pour votre présence à l Aéroport hier. Merci d avoir organisé cette réception à notre honneur. Et merci pour tout ce que vous avez fait pour notre église à Madagascar et pour notre nation. Que le Seigneur vous accompagne toujours dans votre mission et je vous souhaite un fructueux apostolat auprès de notre nation.

Je remercie vous tous qui m avez entouré depuis Rome jusqu ici. Permettez-moi de mentionner particulièrement Son Excellence Monsieur le Président de la République Hery Rajaonarimampianina, Son épouse, et toute la délégation qui l accompagne. Merci Monsieur le Président pour votre présence bien remarquée puisque à travers vous c est tout le pays malgache qui a été représenté à Rome.

Je m adresse maintenant à vous mes confrères Archevêques et évêques de la Conférence épiscopale. Merci pour le témoignage de communion et de solidarité depuis Rome jusqu ici. Votre présence est un grand encouragement pour moi.

Votre encouragement et votre soutien, j en ai tant besoin car derrière cette euphorie populaire, il y a une grande attente.

Comme le Pape l a souligné à maintes reprises dans son homélie durant le Consistoire, le fait d être Cardinal ce n est pas du tout un honneur ni une élévation au-dessus des autres mais c est au contraire une mission, un service : « celui qui veut être, parmi vous, le premier sera l esclave de tous », dit- le Seigneur (Mc 10, 43). Le Pape a rappelé que « l unique autorité crédible est celle qui naî t du fait de se mettre aux pieds des autres pour servir le Christ ».

Dans le concret ce service du Christ se fait « dans celui qui est affamé, dans celui qui est oublié, dans le prisonnier, dans le malade, dans le toxicodépendant, dans la personne abandonnée, dans les personnes concrètes avec leurs histoires et leurs espérances, avec leurs attentes et leurs déceptions, avec leurs souffrances et leurs blessures ».

Il s agit, dit le Pape, « d une invitation que le Seigneur nous adresse pour que nous n oublions pas que l autorité dans l église grandit avec cette capacité de promouvoir la dignité de l autre ». Ce n est qu ainsi que l autorité du pasteur aura la saveur de l évangile et ne sera pas « qu un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante » (1 Co 13, 1).

à s en tenir à ces propos du Pape, je ressens qu être Cardinal de Madagascar dans le contexte actuel où la majorité des gens vit dans une grande pauvreté est une lourde tâche, une grande responsabilité. La grande question que je me pose est comment puis-je répondre à cette attente des gens qui ont tant besoin de modèle concret pour le service et l amour des autres.

Nous avons un grand défi à relever et un mal à combattre pour permettre à chacun, y compris les plus petits de voir enfin s épanouir dans sa dignité de fils de Dieu.

Le mal à combattre c est la tentation de perdre de vue le visage concret des frères et de voir notre vie « se renfermer dans la recherche de nos propres intérêts et de nos propres sécurités ».

Chers frères et surs,

Je compte sur vos prières et votre soutien pour que je puisse accomplir ma mission de Cardinal selon la volonté de Dieu et ne pas décevoir Celui qui m a appelé à ce service.

Je profite de l occasion pour remercier de tout Cur Son Excellence Monseigneur Odon Marie Arsène Razanakolona et l Archidiocèse d Antananarivo pour toute l organisation de mon accueil à Antananarivo.

Merci à vous tous, honorables invités, qui êtes venus honorer de votre présence cette réception en l honneur de Sa Sainteté le Pape François.

Je vous remercie de votre attention.

Mgr Vincent Rakotozafy

14 juillet 2018

Visite pastorale à Beraketa du 12 au 17 juin

Quand j  ai entendu le rebondissement du banditisme les mois d  avril et mai dans la région, je m  attendais à une situation tendue, à une population encore désemparée .. Mais à mon arrivée le 12 juin après-midi, tout est calme. Bufs, chèvres et moutons s abreuvent paisiblement à la rivière Manankopy , conduits par des jeunes, voire des enfants.

   

Mais il a fallu écouter les prêtres, les gens, les gendarmes, pour imaginer qu est-ce qu ils ont vécu ! Les villageois n ont plus confiance entre eux et se soupçonnaient qu il y a ceux qui sont de connivence avec les bandits. Pire, les gendarmes doivent être derrière ces malfaiteurs, puisque tel jour l hélicoptère venu pour suivre la direction des voleurs est reparti aussitôt. J ai interrogé l adjoint du Commandant de Brigade sur ce point. Il m  a dit que c est vrai parce qu ils ont reçu l ordre que cet hélicoptère doit rentrer tout de suite, parce que sa visite technique est périmée . !

Mais le calme est revenu parce que les villageois ont intercepté une fois les bandits et en ont tué cinq. Ils les ont brû lés et jetés dans une fosse commune. Le 20 mai, dimanche de la Pentecôte, les gendarmes aidés des villageois ont encore tué deux. Six ont été blessés mais ont pu encore s échapper. Les gendarmes ont attaché les 2 morts derrière leur voiture pour les trainer jusqu  à la décharge du village. Là les villageois les ont brû lés et réduits en cendres au milieu des ordures.

Est-ce un calme durable ? Souhaitons. Pour le moment trente-six jeunes sortants de l  école de Gendarmerie d  Ambositra font leur stage à Beraketa, avant de rejoindre leur poste respectif. Ils font souvent la ronde dans les environs.

On m  a dit que l exploitation de l  hépatite dans les environs est aussi source de conflit, tandis que celle du mica à Ampandrandava est en veilleuse ; en effet le mica est exploité partout à ciel ouvert .

C est au milieu de tout cela que les chrétiens doivent vivre leur foi. Le jour du marché est le dimanche, l assemblée dominicale en pâtit surtout pour ceux des environs qui abandonnent leurs églises pour monter à Beraketa. J ai eu 18 confirmands à cette visite.

C est vraiment le grain de moutarde comme l a rappelé l évangile de cet onzième dimanche ordinaire.

Mgr Vincent Rakotozafy

22 juin 2018

MESSAGE DE LA CONFéRENCE éPISCOPALE DE MADAGASCAR

« Tes générations reconstruiront les ruines antiquespour qu"on puisse y habiter. »

(Isae 58, 12)

à tous les chrétiens et aux hommes de bonne volonté

Que la Paix du Christ soit toujours avec vous

Le pays aspire à un renouveau et un renouvellement car l avidité semble régner partout engendrant l injustice. L amour de Dieu n est plus respecté. Or Il nous accompagne chaque jour. Récemment, il a encore manifesté cet amour lors de la béatification de Ramose Lucien Botovasoa.

Son Amour nous est encore révélé à travers la nomination de Mgr Désiré Tsarahazana, Archevêque de Toamasina au rang de Cardinal par le Pape François, comme proche collaborateur et comme conseiller. Nous rendons grâce à Dieu. Pour tant de grâces. Nous les Malagasy nous exprimons également notre gratitude au Pape d avoir répondu à notre souhait. Tout cela témoigne que la nation Malagasy est proche du coeur du Pape et Madagascar a sa place au niveau de l église Universelle, et au sein de la «Maison Commune.

Ces derniers mois, la vie de la nation a été bien troublée à cause de la justice et de la vérité bafouées par l amour effréné de l argent. à cause de cela les délits s accumulent. Personne ne s écoute plus, chacun élève sa voix et dénigre par des paroles blessantes sans aucune retenue. Les valeurs tant aimées des malagasys comme la tolérance, l accord mutuel vécus au niveau des palabres et du dialogue ne sont plus respectées. Aucune conscience ne peut accepter les violences d où elles viennent ni pour quel motif. Beaucoup se servent du «peuple comme bien commun. ô Peuple majoritaire combien de bêtises ont été accomplies à ton nom ? La HCC a donné une réponse, même si elle n a pas satisfait tout le monde. Nous vous exhortons, vous les politiciens à respecter la trêve pour vous atteler à la recherche du bien commun des Malagasy dont les élections, espérons-le, se dérouleront dans la liberté et dans la transparence selon les règles d une nation démocratique

Peuple Malagasy nous vous exhortons : « N acceptez plus d être de simples tremplins ». Votre droit et votre autorité s expriment par le vote : pour ce qui est du vote, tout le monde, homme ou femme, riche ou pauvre, simple citoyen ou responsable d état, a la même dignité. Sachez que le vote de chacun garantit l avenir. Soyez vigilants devant les sollicitations et les séductions pendant les manifestations de propagande. Ayez du courage devant ceux qui sèment la «terreur. Ne soyez pas indifférents ou sans intérêt dans l accomplissement de votre devoir, manifestant ainsi que vous êtes un vrai citoyen responsable.

Nous nous tournons vers ceux qui aspirent à diriger la nation. Nous ne voulons pas donner des leçons à personne mais pour que les reproches entre les élus ne continuent plus concernant les «rebuts délaissés par les précédents et les projets non accomplis nous relevons ces urgences (la liste n est pas exhaustive) :

  • Sécurité, problème foncier (terrains hérités des ancêtres)
  • Redressement de l économie, le coû t de la vie trop élevée ;
  • Enseignement et éducation : mise en place d un Programme scolaire et d un Système scolaire bien adaptés aux réalités du pays et des régions, reconstruction des infrastructures détruites, égalité des droits entre les écoles publiques et les écoles privées concernant les subventions
  • Santé et personnels de santé : service gratuit dans les différentes circonscriptions sanitaires appartenant à l état
  • Lutte contre la corruption et état de droit effectif
  • Mise en pratique des lois concernant l état Civil (copie, carte d identité nationale)
  • Construction de routes
  • Protection et Exploitation des ressources naturelles en vue d un développement intégral de l homme et de tout homme
  • Travail pour les jeunes
  • Changement de constitution

Certaines qualités requises pour être Président

  • Vrai patriote, sage, craignant Dieu
  • Très attaché à la souveraineté nationale et aux biens de la nation.
  • Honnête, droit, honorant la parole donnée, respectant la justice, sachant faire taire on ambition pour le bien commun
  • Savoir écouter, prônant toujours le dialogue, personne vigilante qui sait discerner Ayant une connaissance profonde et pleine de la culture malagasy, rassembleur sachant unir les malagasy
  • Ne pas confondre vie de la nation avec les intérêts de la famille
  • Ne pas confondre les affaires de l état et avec celles de la religion
  • Le moment sombre que nous sommes en train de vivre nous pousse à nous tourner pour examiner de près comment les Saints, nos frères, ont vécu ces temps d épreuves. Nous nous souvenons de la Bse Victoire Rasoamanarivo, une femme courageuse, témoin de la foi. Malgré toutes les accusations, ses qualités restent resplendissantes comme l or bien que foulées restent brillantes. De même les autres Saints et Bienheureux : Père Jacques Berthieu, Raphaël Rafiringa, Père Jean Beyzym, surtout Lucien Botovasoa. Les historiens fins connaisseurs de la vie du pays se rappellent que la nuit obscure dans laquelle la nation s est enfoncée, entrainant une guerre fratricide, la confiscation des biens des autres, une véritable « république bananière » sans aucun respect de la loi est de nouveau présente. L instruction et l éducation qui devraient être l avenir des enfants est détruite On a démoli ce que devrait être l instruction ; l avenir des enfants est, déstructurée. L identité malagasy et ses valeurs sont foulées aux pieds. C est justement au sein de ces nuits obscures qu est surgie la figure de Lucien Botovasoa, homme imprégné d une foi inébranlable, animé du Saint Esprit, Le message que ces saints et Bienheureux nous transmet est l offrande de leur vie pour la Patrie et le témoignage de la vérité.

    Nous serons des générations de bâtisseurs si nous savons nous respecter en étant honnêtes. Ainsi les violences et les troubles peuvent être évités. C est cela qui garantit la paix et la recherche du bien commun, qui nous mèneront vers un développement stable

    Nous serons des générations des bâtisseurs si chacun travaille faisant fructifier ses talents dans l intérêt de la nation.

    Veillons et prions pour ne pas tomber dans le filet du mal (cf. Mt 26, 41). Continuons à implorer la paix en utilisant la prière composée il y a cinq ans. Que chaque foyer se sanctifie. Que chaque autorité à tous les niveaux et chaque politicien osent faire face à la vérité et se convertissent

    Que l Esprit Saint nous renouvelle et nous aide à nous préparer pour la célébration des JMJ MADA IX en approfondissant notre foi et en recevant les grâces comme disait l Archange à la Sainte Vierge : «Sois sans crainte car tu as trouvé grâce auprès de Dieu .... « Soyez sans crainte Cher Malagasy, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Confions tous nos efforts à la Sainte Vierge Sainte Patronne de Madagascar.

    Nous, vos évêques, nous vous bénissons.

    épiscopat Ambatoroka le 29 Mai 2018

    • Son éminence le Cardinal Désiré TSARAHAZANA, Archevêque de Toamasina, Président de la Conférence épiscopale de Madagascar
    • Mgr Marie Fabien RAHARILAMBONIAINA, évêque de Morondava, Vice-Président
    • Mgr Jean Claude RANDRIANARISOA, évêque de Miarinarivo, Secrétaire Général
    • Mgr Benjamin Marc RAMAROSON, Archevêque d Antsiranana
    • Mgr Odon Marie Arsène RAZANAKOLONA, Archevêque d Antananarivo,
    • Mgr Filgence RABEMAHAFALY, Archevêque de Fianarantsoa,
    • Mgr Fulgence RABEONY Archevêque de Toliary
    • Mgr Georges Varkey PUTHIYAKULANGARA, évêque de Port-Bergé
    • Mgr Rosario VELLA, évêque d Ambanja
    • Mgr Roger Victor RAKOTONDRAJAO, évêque de Mahajanga
    • Mgr Jean de Dieu RAOELISON, évêque d Ambatondrazaka
    • Mgr Marcellin RANDRIAMAMONJY, évêque de FenoarivoAtsinanana
    • Mgr Philippe RANAIVOMANANA, évêque d Antsirabe
    • Mgr Gustavo Bombin ESPINO, évêque de Maintirano
    • Mgr Fidelis RAKOTONARIVO, évêque d Ambositra
    • Mgr José Alfredo Caires DE NOBREGA, évêque de Mananjary,
    • Mgr Gaetano DI PIERRO, évêque de Farafangana et Administrateur Apostolique de Moramanga.
    • Mgr Fulgence RAZAKARIVONY, évêque d Ihosy
    • Mgr Vincent RAKOTOZAFY, évêque de Tolagnaro
    • Mgr Zygmunt ROBASZKIEWICZ, évêque de Morombe
    • Mgr Michel MALO, Archevêque émérite d Antsiranana
    • Mgr Raymond RAZAKARIVONY, évêque émérite de Miarinarivo
    • Mgr Antonio SCOPELLITI, évêque émérite d Ambatondrazaka
    • Mgr Joseph Donald Léo PELLETIER, évêque émérite de Morondava
    • Mgr Armand TOASY, évêque émérite de Port-Bergé
    • RP Jean Claude RAKOTOARISOA, Administrateur diocésain de Tsiroanomandidy

    Mgr Vincent Rakotozafy

    29 mai 2018

    De retour

    J étais absent du diocèse pendant un mois (béatification, retraite spirituelle, enterrement de l  archevêque émérite de Fianarantsoa, commission épiscopale du clergé)

    J  ai repris la vie diocésaine en m  arrêtant à Bekily pour la visite pastorale : Confirmation à Bekitro, Betakapaka, Belamoty, Bekily. Premier contact avec Ankonatsa. Tout a été sérieusement préparé. Sauf à Bekily et Bekitro, personne ne suit ces tapages politiques, c est plutôt la lutte de la vie au jour le jour, l appréhension de la sècheresse. Heureusement qu ici c est le calme, même si le banditisme bat son plein à la frontière bara-tandroy, du côté de Beraketa

       

       

       

       

    Mais la question d  exploitation minière par les Chinois reste toujours. A Betakapaka, au sud de Bekily, c est la consultation de la population. Ils vont exploiter du graphite pendant 40 ans et promettent monts et merveilles aux paysans sans montrer aucun cahier de charges. Certains ont reçu de l argent ( pas le prix ! ) et acceptent l exploitation de leur terrain, et d autres non . De toute façon les caisses pour l expédition sont déjà préparées et n attendent que l exploitation.

       

       

       

    A Ambahità et Maroviro, au nord, les Chinois continuent à explorer on ne sait quelles mines ! Il parait que c est de l uranium, de l or, du grenatIls parlent toujours d exploration, après quatre ans de présence, alors que les paysans et les transporteurs constatent les tonnes de pierres qui partent. Leur installation n arrête pas de s étendre.

    Pendant ma visite un patriarche m a partagé son regret d avoir accepté l offre d argent des Chinois pour pouvoir exploiter son fokontany. Un autre a refusé mordicus qu ils pénètrent dans le sien.

       

    Mais pendant combien de temps ? parce que sans foi ni loi les Chinois avancent. Quand on leur a demandé le cahier de charge, ils ont répondu de monter au Ministère des mines à Tananarive. Sans se laisser intimider, 3 personnes sont montées et ont demandé rendez-vous. Elles sont rentrées bredouille parce que le DG ne pouvait les recevoir qu une semaine après leur arrivée ..

    Mais ils disent qu ils ne se laisseront pas faire. .

    En racontant tout ça, je ne dis rien de neuf par rapport à ce qui se passe ailleurs, mais partage ce qui se passe ici aussi.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    24 mai 2018

    La béatification de Lucien BOTOVASOA : 15 avril 2018

    ( Le Père François NOIRET, vice-postulateur a écrit l histoire de Lucien BOTOVASOA en malgache et en français, qu on peut trouver dans les librairies Md Paoly : Père de famille, instituteur, tertiaire de Saint-François et martyr )

    Beaucoup ont déjà publié cet évènement grandiose qui a rassemblé toute l î le, et même des représentants de l extérieur, à Vohipeno. Je reste méditatif sur l  histoire de cet homme. Si le Pape l  a reconnu comme bienheureux et recommande son imitation, c est qu il est une grande figure dans l Eglise du Christ.

       

       

       

    Eliminé physiquement parce qu il ne partageait pas les options politiques de la violence, alors que chaque parti l  a voulu comme membre. Rejeté de la société alors qu  il a été un homme apprécié de tout le monde. Non enseveli pour être avec ses ancêtres, mais jeté au fleuve pour faire du bien partout où il est passé. La tradition veut qu  il y ait des reliques, pour confirmer que c est une personne qui a réellement existé. Il n  en a pas eu ( sisan-taolana : reste des os, on dit en malgache ) puisque son corps a disparu; mais comme reliques secondaires, on a pris les registres de baptêmes et de mariages qu il a enregistrés, qui portent donc son écriture, sa signature. Oui, ses uvres restent.

    Sa mort est le fruit de sa foi vivante et de sa vie spirituelle profonde, et je cite seulement ses « Litanies de celui qui s humilie« :

    Du désir d être aimé des gens, libère-nous, Jésus !

    Du désir d être loué,

    Du désir d être honoré,

    Du désir d être préféré à d autres,

    Du désir de devenir conseiller,

    Du désir de vivre à l aise,

    De la crainte d être déshonoré,

    De la crainte d être diffamé,

    De la crainte d être repoussé par certains,

    De la crainte d être calomnié,

    De la crainte d être oublié des gens,

    De la crainte d être moqué,

    De la crainte d être ridiculisé à tort, libère nous, Jésus !

    Mgr Vincent Rakotozafy

    18 avril 2018

    Le nouvel évêque de Farafangana

    Farafangana a eu son évêque après quatre ans et demi de vacance du siège. On se posait la question de ce grand retard de la nomination, alors que les consultations pour le remplacement ont été faites dès que son ancien évêque a été nommé Archevêque d  Antsiranana !!

    Le Pape François a nommé Mgr Gaetano di PIERRO le 3 mars 2018.

    Comme Farafangana est de la province ecclésiastique de Fianarantsoa, l Archevêque, Mgr Fulgence RABEMAHAFALY l  a intronisé sur son siège épiscopal le 12 avril, entouré des évêques de la Conférence Episcopale de Madagascar, après la lecture de la bulle de nomination.

       

    On l  a remercié de sa disponibilité pour cette troisième nomination depuis qu  il est évêque en aoû t 2001: auxiliaire d  Ambatondrazaka, premier évêque du diocèse de Moramanga, puis le voilà à la tête du diocèse de Farafangana . Il est le cinquième évêque de ce diocèse après son érection en 1957. Je rappelle les prédécesseurs : Mgr Camille CHILOUET, Mgr Victor RAZAFIMAHATRATRA, Mgr Charles Rémi RAKOTONIRINA, Mgr Benjamin Marc RAMAROSON.

    Pendant la vacance du siège c est l  évêque de Mananjary , Mgr José Alfredo CAIRES DE NOBREGA, qui en était l administrateur apostolique.

    Agé de 70 ans, Mgr Caetano a 5 ans pour relancer la pastorale du diocèse, surtout après cette béatification de Lucien BOTOVASOA du 15 avril, fils de cette région. D ailleurs il a promis de donner le meilleur qu  il peut.

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    16 avril 2018

    Visite pastorale à la banlieue-est d Ambovombe

    Première visite pastorale de l  année à Ankaramamy, le vendredi 6 avril : inauguration de l église et confirmation de 41 jeunes et quelques grandes personnes. On dit que petit à petit l oiseau fait son nid. Si le Père a construit une petite église en planche, le nombre des chrétiens l  a obligé à construire une plus grande, en pierre. Mais la formation chrétienne continue toujours petit à petit. Tout n est pas superficiel, mais on a encore beaucoup à faire pour entrer dans une vie chrétienne en profondeur.

    Cette ambiance extérieure s est surtout sentie à Soatsifa où il y a eu 80 confirmations le dimanche 8.

       

    A la préparation spirituelle de la veille, beaucoup s  amenaient avec leur radio-carte pour écouter de la musique, loin de l ambiance de prière. Ils ne comprennent pas pourquoi on leur exige le silence. C est là que je me suis rendu compte qu on doit faire attention à ces «danses liturgiques« qui risquent de dissiper et n aident pas à une vie intérieure et à faire passer le message évangélique.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    10 avril 2018

    La Semaine Sainte

    La Semaine Sainte s ouvre avec le Dimanche des Rameaux et Dimanche de la Passion. Dimanche des Rameaux : Journée Mondiale de la Jeunesse, initiée par Saint Jean-Paul II il y a 30 ans. Le thème de cette année : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. »

       

    Les jeunes du diocèse ont célébré cela dans leur district respectif du vendredi 23 au dimanche 25. Ceux de la ville de Fort-Dauphin et de la banlieue sud-ouest étaient 670 à se rassembler à la cathédrale. Trois jours pour réfléchir , prier, partager sur ce thème

       

    Ne pas avoir peur de suivre le Christ jusqu  au bout comme Marie . C est déroutant !

    Il passe de la popularité à la déchéance, de l  entrée royale dans la ville à l exclusion et l exécution hors de la ville, reconnu comme Fils de Dieu puis condamné pour blasphème contre Dieu, reconnu comme Messie par une foule enthousiaste puis hué par cette même foule manipulée par les dignitaires juifs et liquidé rapidement après un procès monté de toutes pièces. Ne pas avoir peur de témoigner de sa foi chrétienne dans un monde sécularisé et parfois hostile.

    Le Jeudi Saint : don total du Christ qui invite aussi ses disciples à faire autant, en leur lavant les pieds. Pierre a été choqué par le geste de son maî tre ! il y a de quoi.

       

    Pierre, ce n est pas une servitude où l on force une catégorie de personnes , qu elles le veuillent ou non, à faire une besogne ingrate ; mais un service d amour humble, réciproque, et gratuit. Ecarter le complexe d infériorité ou de supériorité. Es-tu prêt à être au service des autres et accepter les leurs : « vous devez vous laver les pieds les uns aux autres ». Jusqu  où peut aller ce service ?

    Le Vendredi Saint : chemin de croix, évangile de la passion, vénération de la croix ! La souffrance est un mal absurde ! Nous ne célébrons pas la souffrance de Jésus, mais Jésus le souffrant. Nous glorifions Jésus le passionné d amour : « il n  y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu on aime ».

    On contemple cet amour infini : « ils lèveront les yeux vers celui qu ils ont transpercé ». Toutes ces croix que nous rencontrons partout, accrochons à nos murs, portons au cou, doivent nous rappeler cet amour : « Si quelqu un veut venir à ma suite, qu il se renie lui-même, qu il se charge de sa croix et qu il me suive ». ( Mt 16, 24 ; Mc 8, 34 ; Lc 9,23 ) Puissions-nous vivre l  amour comme lui et apporter l espérance au milieu de toutes ces absurdités qui nous entourent.

       

    Le Samedi Saint, c est le silence ! silence de la tombe. Mais elle n  a pas le dernier mot, l inattendu a éclaté, si les hommes éliminent leurs adversaires pour qu on n  en parle plus, Dieu fait toujours régner la vie. Jésus est sorti vivant du tombeau. Quelle lumière au milieu des ténèbres, symbolisée par le cierge pascal dont le feu passe à toute l  assemblée. Pâques : passage de la mort à la vie, Alleluia

       

       

    Vivons Pâques dans la joie.

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    01 avril 2018

    Les malfaiteurs profitent du calme

    Un jour notre secrétaire s est plaint d avoir été cambriolé la nuit. Toute la maisonnée dormait paisiblement, mais le matin, a eu la mauvaise surprise de trouver la cuisine vidée de ses ustensiles. Un matin c est notre cuisinière elle-même qui a trouvé la nôtre vidée des marmites et de quelques vaisselles.Le chauffeur qui loge là à côté a dit qu  il a été réveillé par un bruit à 2h du matin et s  est levé, a vérifié du côté de la cuisine . N ayant rien trouvé il s est remis au lit. Nous avons eu encore de la chance, on a tout retrouvé dans le champ de bananiers. Surpris par l arrivée du chauffeur, le ou les cambrioleurs ont tout jeté là.

    En racontant cela autour de nous, on nous a appris que ça arrive presque dans chaque quartier ! Profitant du calme de la ville, les malfaiteurs opèrent calmement aussi la nuit ! Le plus fort est ce qui est arrivé au nouveau magasin Youssouf de Tanambao, la nuit du vendredi 16 mars. Les cambrioleurs ont scié le toit en tôle, enlevé le plafond, et sont entrés par là pour sortir les marchandises d une valeur de 20 millions d ariary, a dit Mr Youssouf. Il faut un camion pour embarquer tout cela

    L enquête de la gendarmerie continue, les 4 gardiens du magasin sont au violon du Commissariat de police . Il n  y a ni sortie, ni entrée à la prison actuellement parce que les pénitentiaires sont encore en grève

    Mgr Vincent Rakotozafy

    23 mars 2018

    Le calme dans le sud

    Si presque partout on parle d insécurité, j ai constaté lors de mon voyage à Tuléar que c est le calme total. J ai quitté Fort-Dauphin le lundi 5 mars à 10h du matin avec 2 prêtres, nous avons passé la nuit à Beloha. De beau matin nous avons continué le lendemain.

    Une panne nous a arrêtés pendant 2 heures à 22 km après Ampanihy. Arrivés à Betioky la panne a repris et nous a obligés à laisser là la voiture. Nous remercions le curé qui a accepté de nous amener à Tuléar parce que les 2 prêtres étaient pressés, l un pour Morombe, l autre pour Fianarantsoa. Nous sommes repartis à 17h et sommes arrivés à 21h 30 tranquillement.

    Un mécanicien est parti le jeudi matin pour le dépannage, mais avec le rythme des taxis-brousse il est rendu à Betioky à 22 h et n  a pas pu commencer la réparation que le vendredi matin . Il est revenu à Tuléar à 14h, ce qui m  a permis de prendre la route du retour à 17h. J  ai voyagé la nuit et pour ne pas dormir au volant, je me suis arrêté à 22 h au bord de la route et suis reparti à 2h du matin. Ce qui m  a frappé : les gens n  arrêtaient pas de circuler, qui à pied, qui en charrette, qui avec leur troupeau de bufs, même à cette heure-là. Voilà pourquoi j ai dit : c est le calme dans le sud. Ce qui m  a réjoui pendant ce voyage c est que tout est vert. Mais aussi la sècheresse commence à frapper certains endroits, tel que Beloha, Tsihombe,

    Des bufs profitent des flaques d eau de la route ou des mares pour s abreuver, d autres vaguent en quête de point d eau parce que là où ils ont pu se désaltérer il y a quelques jours c est déjà tari.

    Eh oui, si beaucoup de régions se plaignent qu il pleut trop, et même Fort-Dauphin, l Androy réclame le cyclone pour en avoir un peu plus d eau.

       

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    14 mars 2018

    Le HVM essaie d avoir Fort-Dauphin

    Le 17 février le HVM a organisé une fête du Nouvel An, en présence de son Président Rivo RAKOTOVAO. Black Nadia a été invitée pour animer la fête. Pas très sû rs du soutien de la ville, les organisateurs ont payé des camions pour ramasser les villageois des alentours. Pour un voyage gratuit, un spectacle gratuit, un morceau de viande promis, ils sont venus nombreux.

       

    Aux organisateurs d évaluer la réussite ou non ; en tout cas, seuls étaient dupe du tape-à-l il ceux qui regardaient la retransmission de tout cela à la télévision, et non les Fort-Dauphinois ! Puis voilà qu ils ont recommencé le même scénario le 28 février, mais en plus des paysans des alentours, tous les élèves de la ville sont convoqués, soit disant pour accueillir le Président de la République. Pauvres enfants ! pendant une semaine, ils ont déjà arrêté les cours pour la journée des écoles, puis les voilà obligés d écouter des discours qui ne les touchent aucunement.

    En effet profitant des dons pour le suivi de la lutte contre la malnutrition ..le Président a parlé de la réhabilitation de la RN 12A, RN 13, RN 10 et ça pour la quantième fois ??? Puis il a présenté son programme de 30 ans à la fin de son mandat de 4 ans . C est du jamais vu .

       

       

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    05 mars 2018

    La RN 13

    Je voudrai tout simplement partager ces photos que j  ai prises le lundi 29 janvier et le lundi 12 février 2018.

    Le 29 janvier, en voyant les tas de terre déposés le long de la route, sur des kilomètres, entre Isoanala et Beraketa, je me suis dit que quelque chose se prépare de la promesse de réparer cette route, en cette année 2018. Mais quand j  ai vu après Antanimora que la route réparée devient un cours d eau, je ne sais en quoi m  en tenir !

       

       

       

       

    Le 12 février je suis remonté à Fianarantsoa . Dès qu un camion s enlise, toute une file attend derrière. Il m est arrivé d  attendre comme ça deux heures, trois heuresIl faut du courage et de la patience. L énervement ne fera que te fatiguer encore plus.

       

       

       

       

    Je suis plein d admiration pour ces camionneurs ou chauffeurs de taxi-brousse qui font cette route chaque jour. Et les voyageurs qui n  ont pas le choix, quelle patience proverbiale devant la promesse criée sur les ondes que les milliards sont là, non pas pour une simple réparation que la pluie va raser, mais pour le bitumage.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    18 février 2018

    Encore un barrage de la route de l usine de QMM

    Nous disons «encore« parce que ce n est pas la première fois. La dernière a été la manifestation menée par l  association FAGNOMBA du mercredi 9 au mercredi 16 janvier 2013. Ils ont barré la route vers l usine de Mandena, brû lé les alentours de la cité Phase 3. Tout s est réglé après la table ronde entre les représentants des manifestants et QMM , devant les autorités locales, avec la résolution :

    • renouvellement de la convention d établissement pleine de tromperies
    • guichet unique pour recevoir des ouvriers, avec comité de suivi
    • les natifs de l Anosy doivent être majoritaires au prochain site d extraction à Sainte Luce
    • abattoir aux normes internationales, resté sans suite depuis 2010

    Puis voilà qu une manifestation a rebondi ce mardi 30 janvier 2018 à 7h du matin. Les manifestants ont barré la route vers l usine de Mandena, à l entrée du domaine du champ d extraction.

    Très tôt le député Jerry HATREFINDRAZA est venu sur place écouter leurs doléances. Les gendarmes sont arrivés à 13h pour ramener à l ordre, mais là on leur a dit de distinguer voie publique et route privée, c est cette dernière qu on barre parce qu il y a litige. Le préfet de Tolagnaro, MANDEHATSARA Georget, et le chef de région, TANJANIAINA Juliot , sont arrivés à 13h 30. Après échanges avec les meneurs , il a été décidé de revenir à la table ronde pour établir les différentes doléances à présenter au Président de la Société, Ny Fanja RAKOTOMALALA

    En gros on peut dire que ces doléances tournent sur :

    • le prix des terrains qu il faut égaliser à 3000 ariary/m2, sans distinction,
    • la vraie mesure des terrains,
    • les intermédiaires qui trompent
    • les 15 personnes non payées, alors qu ils sont sur les 440 ha
    • l expropriation abusive : il faut penser à ceux qui vivent des joncs, des falafa.

       

       

       

       

       

    Comme la Société Rio Tinto QMM a toujours affirmé que dialoguer est un impératif pour dénouer pacifiquement une situation, espérons qu il en sera ainsi pour ce cas-ci. Evidemment l idéal c est la solution pérenne puisque des trois sites prévus pour l exploitation, seul Mandena est en activité. Sainte Luce dont on a parlé en 2013 est toujours en attente.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    03 février 2018

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres

    J ai quitté Fort-Dauphin le mardi 16 janvier pour aller à Tananarive. On m  a conseillé de prendre la route de Tuléar où il n  a pas encore plu beaucoup malgré le cyclone. Mais justement j ai voulu constater l état de la RN 13 après le passage du cyclone Ava. Quelle joie de constater que tout est vert, spécialement les plantations de mas très prometteuses, les raketa qui commencent à mû rir.

       

       

    Les paysans sont vraiment heureux de la pluie amenée par le cyclone. Les gosses prennent un peu de fraî cheur dans l eau boueuse. Les voyageurs se baignent le matin.

       

    Les passages cauchemardesques à cause de leur dégradation sont réparés, voire goudronnés par endroit.

       

    Souhaitons que c est là un début, même encore bien timide, de cette réfection totale grâce au financement reçu. Mais à quand le début du vrai travail ?.... Qui vivra verra.

    Arrivé à Fianarantsoa, la première question qu on me pose est l état de la route après le cyclone, et quels sont les dégâ ts cycloniques? La route, la nature, la culture, tout est merveilleux, ai-je répondu. On espère que Berguita passera parce qu une partie de l Androy n a pas encore eu sa part d eau. Personne ne voulait y croire, voyant les rizières à peine sorties de l eau, les éboulements tout le long de la RN 7, les maisons effondrées . , c est difficile de croire qu il y a des régions épargnées.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    20 janvier 2018

    La journée de l enfance missionnaire : 6 janvier 2018

    Comme prévu, les 3 paroisses de la ville de Fort-Dauphin ont célébré la journée de l enfance missionnaire à Marillac, le samedi 6 janvier. Tout s  est passé dans la joie au milieu des rafales et éclaircie, averses et soleil. Même si tous les inscrits ne sont pas venus, les organisateurs étaient heureux d  avoir eu 907 enfants répartis comme suit : Cathédrale :197 , Tanambao :265 , Marillac : 445.

    Au programme , 9h : messe présidée par l  évêque, suivie du repas fraternel. Visite par quelques groupes, de familles pauvres déjà ciblées d avance, tableaux vivants et chants, distribution de petits livres d évangile, de bonbons . Tout s est terminé à 17 h.

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

    Je pense que le message est passé avec ces cris qui scandent chaque animation: « enfants missionnaires du Christ « ; maintenant c est la pratique de cette mission à tous les différents stades de leur vie, comment réellement ils s ouvrent aux autres...c est un besoin réel de notre société actuelle.

    Merci aux organisateurs et à tous ceux qui leur ont prêté main forte. Il y va de l éducation de nos enfants pour une meilleure vie fraternelle

    Mgr Vincent Rakotozafy

    10 janvier 2018

    Accident de route mortel à Ranomafana le matin du 22 décembre 2017

    La joie des festivités de la fin d  année et du nouvel an ne nous fait pas oublier cet accident de route mortel de Ranomafana du matin du 22 décembre 2017. Nous attendions la suite. Les familles des 4 victimes et le propriétaire de la voiture ont réglé à l  amiable les différents frais. Mais est-ce que ça dispense de la vraie amende ? Il n  y a pas eu de plainte au tribunal, mais celui-ci n  a pas attendu cela pour son action publique. Selon l information que nous avons eue, il n  y a pas encore des actes de décès, de constatation de médecin, de plainte des blessés..mais étant civilement responsable de cet accident, le chauffeur est mis sous mandat de dépôt le 3 janvier 2018. Malgré le mauvais état de la route, la voiture a été surchargée aussi bien de voyageurs que de bagages, tels que les cageots de bière pour les fêtes. Elle a été en réparation toute la journée du jeudi 21, mais pas tout à fait encore en état. Pressé par les passagers qui attendaient pendant tout ce temps, le chauffeur a démarré vers 21h.

       

    N étant pas témoin oculaire, je ne peux pas trop définir le comment ; mais , ayant été encore là-bas le 1er décembre, je sais l  état déplorable de cette route et les passages étroits pour les grandes voitures.

    Si c est le chauffeur qui est interpellé , c est tout un chacun qui doit se demander sa part de responsabilité, même les voyageurs qui étaient pressés d arriver . Il ne faut pas jouer sur l  aléatoire. Merci aux Surs de Ranomafana qui m ont donné ces photos. En route vers Fort-Dauphin, elles sont arrivées sur le lieu très peu de temps après l  accident.

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    05 janvier 2018

    Cris de naissance, cris d espérance

    Noël , cette fête populaire qui agite tant de monde. Noël, fête du   Sol invictus   , soleil invaincu, qu on a christianisée en célébrant à la même date la naissance de Jésus. On continue à célébrer les deux à la joie de tout le monde. Tout en agitant l éventail à l  église ,on s attend à une bû che de Noël bien crémée à la maison. On est bien ému à voir le petit Jésus à la crèche, et bien ravi des cadeaux du Père Noël.

       

       

    Tout cela est beau, mais continuons toujours notre christianisation en criant que l incarnation, c est l union indivisible de l homme et de Dieu en Jésus, c est la vérité profonde de Noël. Adorons Dieu sans oublier le respect de l homme et ses droits. Cris de naissance, cris d espérance.

    Joyeux Nol, car Dieu se donne et nous invite à partager sa vie.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    26 décembre 2017

    Installation du Père Aziz Martial ANDRIATSITOHERINA

    Le dimanche 17 décembre, en présence du Père Alexandre, Visiteur de la Congrégation de la Mission, du Père Césaire, Supérieur de l Androy , des 3 prêtres Lazaristes d Ambovombe, de 3 prêtres Diocésains représentant les autres, l  évêque du diocèse a installé le Père Aziz Martial ANDRIATSITOHERINA, nouveau curé de la paroisse d Ambovombe, avec son vicaire le Père Adelin-Christien HAJANIRINA.

       

    On a préparé depuis plus de 5 ans cette érection de l église d Ambovombe ville en paroisse, indépendante de la banlieue. Elle compte déjà plus de 5000 catholiques, et sa banlieue encore plus. L  orientation pastorale et les structures d organisation de l  Androy dépendaient des Missionnaires Espagnols depuis leur installation par Mgr Alphonse Marie FRESNEL en 1966. Les fruits du travail de ces 50 ans réclament d autres charismes et exigent de l ouverture ; d autant plus que l  arrivée des autochtones, même encore insuffisante, est là pour la relève.

    Le président du comité paroissial s est tourné surtout vers les Missionnaires Espagnols, dans son discours, pour les remercier de tout leur effort, mais n  a fait aucune allusion au nouveau curé. Une manière de l éprouver dès le début, ou une appréhension des chrétiens avec des prêtres Malagasy vis-à-vis des prêtres Vazaha ? Oui, un changement réserve toujours une certaine incertitude, mais l avenir va prouver que c est un passage obligé. Vive la collaboration.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    19 décembre 2017

    Visite pastorale à Ranomafana : 1 3 décembre

    Pendant la saison de pluie, ce n est pas le moment de faire la tournée à Ranomafana : les crues des cours d eau, surtout la Manampanihy , empêchent une grande partie des gens à venir ; puis la route est très boueuse pour y aller.

    Connaissant la situation après la pluie torrentielle du jeudi 30 novembre, les Surs ont envoyé leur voiture à ma rencontre le 1er décembre. En effet après Ifarantsa, on a dû traverser Ifaho en pirogue, le radier est submergé.

    Mon chauffeur a dû retourner, celui des Surs m  attendait déjà sur l  autre rive. Quelle route ! ma voiture n aurait pas pu passer, surtout les ornières très profondes des camions . Nous avons mis 4h pour la cinquantaine de km.

    J aurai regretté si j ai laissé tomber cette tournée à cause du mauvais temps. Ceux qui le pouvaient sont venus ; il y a eu 18 confirmands.

       

    Mais surtout j  ai constaté l  effort du Père Alson, jeune prêtre dynamique malgré son handicap . Le district a eu besoin d être redressé, après la mort subite du P. Stanislaw WNUK, remplacé par le Père ROBSON David qui s occupait surtout du centre, étant en même temps économe des Lazaristes de l Anosy .

    Lors de ma tournée de 2016, on m  a appris la fermeture de quelques églises. Le Père Alson a motivé les différents mouvements à prendre en charge chacun une ou deux églises pour les visiter et les ranimer. Cela a eu son résultat. Il y a une collaboration sérieuse entre les Surs et le prêtre.

    Je suis rentré très content de cet effort conjugué. Mais aussi le paysage de Ranomafana est très délassant avec sa beauté touristique, d autant plus que le ciel s est éclairci.

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    12 décembre 2017

    Visite pastorale à Soanierana : 30 nov. 1er décembre

    Ce qui est réjouissant à Soanierana c est la rencontre des jeunes chaque samedi. Cela devient une tradition. Je suis allé là-bas le 30 novembre, leur dire la messe. L  après-midi ils ont préparé la liturgie du dimanche où il y a eu la confirmation de 18 jeunes, puis les différents échanges, entre autres la JMJ à Majunga.

    Mais ce qu  il faut surtout retenir du district de Soanierana cette année, c est l inauguration de la nouvelle église de Vohibandrika le dimanche 26 novembre.

    C était une belle fête qui a rassemblé tout le district. Le pasteur luthérien a répondu à l invitation ainsi que quelques autorités locales. Le député Jerry était là, à l  approche de Nol il a donné un panneau solaire et quelques lampes, en plus de ce qu  il a appelé participation aux dépenses .

       

       

    Pour construire cette église, les chrétiens ont apprêté le sable, les briques et la boiserie, la main d uvre ; le curé a payé le charpentier, a fourni le ciment et les tôles.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    12 décembre 2017

    Visite des AMIS de Lakroa

    Insatisfait de la réparation de ma voiture, je l  ai remise au garage à Fianarantsoa. J ai profité de la voiture des AMIS de Lakroa qui ont déjà programmé d aller à Fort-Dauphin. N ayant pas encore fait la route par la RN13, ils ont pensé me suivre. Nous avons quitté de bonne heure Fianarantsoa le samedi 18 novembre, et j  ai proposé de passer la nuit à Beraketa ; mais en route je me suis rendu compte que c était impossible. Ils ont pris leur temps : arrêt à Ankaramena, interview à la radio AVEC à Ihosy, photos sur l  Ihorombeune pluie diluvienne tombait sur nous dans la région de Betroka Arrivés en ville, nous tournions en rond , toutes les rues sont devenues des cours d eau ; j ai perdu la direction pour aller chez les Surs Nazaréennes.ce qui nous obligeait à se faire accompagner. On passait la nuit là. Les Surs nous ont dit que deux taxis-brousse qui avaient des colis pour elles et qui nous suivaient, ont dû rebrousser chemin pour s abriter dans le village de Kelivaho.

    Le dimanche 19, nous avons dit la messe à 5 h du matin, pour pouvoir repartir le plus tôt possible. Finalement on est reparti à 7h 30 par un temps splendide pour être à Beraketa à midi et à Ambovombe à 17h. La plupart des passages difficiles sont réhabilités, et nos journalistes me demandaient si on était toujours dans l  Androy. Quelle idée ils ont de l Androy ?....

    Voilà pour la route.

       

       

       

       

    Ils sont venus dans le diocèse pour parler de «AMIS de Lakroa« . Ils ont parlé à la cathédrale, à la radio LAFA, rencontré les prêtres du diocèse en réunion trimestrielle et d autres personnes.. Ils sont amis de Lakroa, oui, mais c est là aussi un sigle qui se lit ainsi : Amour, Mesure, Intégrité, Service.

    Ils ont comme Vision : Etre porteur de la paix au monde, et de développement dans la charité, la justice pour le Royaume de Dieu.

    Misssion :

    • Défendre la dignité humaine, la justice sociale
    • Rechercher le bien commun : « Soa iombonana «
    • Propager les lettres pastorales des Evêques et l  Enseignement social de l Eglise
    • Contribuer à l écriture des articles et la distribution du journal Lakroa

    Engagements :

    • Etre engagé avec toute sa famille,
    • Etre missionnaire de l Evangile, de l  Eglise, dans la vie publique
    • Se laisser guider par l Esprit Saint, ainsi la méthode de travail est RAP :
    • Réfléchir, Agir, Prier.

    Je pense qu ils n ont pas parlé dans le vide et qu ils auront des adhérents dans le diocèse.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    27 novembre 2017

    Conférence des évêques de Madagascar

    SECRETARIAT DE COORDINATION

    102 bis, rue Cardinal Jérôme Rakotomalala

    BP. 667

    Antanimena Antananarivo 101

    «La VERITE VOUS LIBERERA ( Jn 8, 32)

    MESSAGE POUR NOUS CHRETIENS ET POUR LES HOMMES DE BONNE VOLONTE

    QUE LA PAIX ET LA GRACE DU CHRIST SOIENT TOUJOURS AVEC VOUS

    C est dans la jubilation que nous, vos Evêques, vous annonçons officiellement que Ramose Lucien Botovasoa sera proclamé Bienheureux le dimanche 15 Avril 2018 à Vohipeno, dans le diocèse de Farafangana. Nous invitons tous les Malgaches à rendre grâ ce à Dieu pour cette grâ ce particulière que le Seigneur nous a accordée.

    En cette période très proche de cette grande célébration, nous vous exhortons à méditer sur la vie de Ramose Botovasoa, une vie unique qui l a amené à la béatification car «les discours s envolent mais les écrits restent et les paroles touchent mais les actes entraî nent. Il est né en 1908 et mort martyr le 17 Avril 1947 à 39 ans, encore très jeune. Beaucoup de missionnaires nous ont transmis la foi mais la vie de Lucien Botovasoa demeure particulièrement différente et édifiante. Nous voulons faire ressurgir quelques aspects particuliers de cette vie.

    1. La foi de Ramose Lucien Botovasoa, une foi bien enracinée et inébranlable

    «Tout faire pour mieux glorifier Dieu ( Ad Majorem Dei Gloriam) est la devise sur laquelle Lucien a fondé sa vie de foi. C est là qu il a puisé sa connaissance et son amour sans limite du Christ : « Vous avez changé Monsieur lui disaient ses élèves, car il a voulu imiter jusqu au bout la vie du Christ : prier, vivre l amour parfait selon l Evangile, vivre en vérité... Il avait d excellents rapports avec les prêtres, les soeurs et les autres chrétiens, lacs catholiques ou non. Chaque jour après la classe, il lisait la vie des Saints à ses élèves. Il s est dominé dans plusieurs domaines : abstinence, port de vêtements provoquant des démangeaisons... Il aimait réciter le chapelet partout dans la rue en cheminant, suivant l enseignement du catéchisme. C est un exemple de sanctification dans la vie quotidienne. Lucien Botovasoa était un homme de prières, un grand priant. C est pour cela qu il n avait pas peur d être martyr.

    Comment est la vie des chrétiens aujourd hui? N est-elle pas très fragilisée par de grosses épreuves que chacun endure chaque jour? Pourtant il est très frappant de constater combien la vie de Lucien Botovasoa rejoint précisément ce que souligne le Pape dans son exhortation «La Joie de l Evangile n 88 : «La foi authentique dans le Fils de Dieu fait chair est inséparable du don de soi, de l appartenance à la communauté, du service, de la réconciliation avec la chair des autres. Dans son incarnation, le Fils de Dieu nous a invités à la révolution de la tendresse

    2. Au sein de sa Famille.

    C est un père de famille dévoué à son épouse et à ses enfants. Il fait tout son possible pour rentrer chaque jour même s il est parti en tournée. Pendant le repas, c est lui qui donne vie aux discussions pour que ce soit un temps de joie. Pour vivre en communion avec le Christ Crucifié, il jeû ne en donnant sa part à ses enfants.

    L enseignement catéchetique et la prière ont une grande place dans la vie de sa famille. Jour et nuit, il consacre beaucoup de temps à la prière. Grâ ce à ses efforts, ses parents et ses frères et soeurs ont été baptisés et ont reçu le sacrement du mariage. Il y en a même qui ont contruit et fondé des églises. Ses enfants ont été éduqués pour être des modèles pour les autres enfants, surtout en classe. Il leur a inculqué le savoir- vivre et le respect des autres.

    Il n a pas laissé sa femme et ses cinq enfants accablés par la peur devant les persécutions contre les chrétiens. Quand Madagascar a traversé les dures épreuves de 1947, lors des répressions contre les missionnaires et les chrétiens, il a exhorté sa famille : «quoiqu il arrive, restez fermes dans la foi en Dieu.

    Où est l éducation au sein de nos familles aujourd hui? Qu en est-il de l amour mutuel entre les parents et les enfants? Pendant la semaine, la famille ne s entrevoit-elle pas que très peu? Pourtant voici ce que nous enseigne le Pape : «La famille traverse une crise culturelle profonde, comme toutes les communautés et les liens sociaux. Dans le cas de la famille, la fragilité des liens devient particulièrement grave parce qu il s agit de la cellule fondamentale de la société, du lieu où l on apprend à vivre ensemble dans la différence et à appartenir aux autres et où les parents transmettent la foi aux enfants. Le mariage tend à être vu comme une simple forme de gratification affective qui peut se constituer de n importe quelle façon et se modifier selon la sensibilité de chacun. Mais la contribution indispensable du mariage à la société dépasse le niveau de l émotivité et des nécessités contingentes du couple. Comme l enseignent les évêques français, elle ne naî t pas « du sentiment amoureux, par définition éphémère, mais de la profondeur de l engagement pris par les époux qui acceptent d entrer dans une union de vie totale (Joie de l Evangile 66). Nous vous exhortons à approfondir continuellement la dignité de la famille.

    3. Ramose Botovasoa et la vie en société

    La vie des malgaches ne cesse de se dégrader. Nous continuons à recevoir des doléances qui nous préoccupent profondement : à cause du bouleversement climatique, de la sécheresse très rude, de l égosme et de la politique du chacun pour soi, la paupérisation de la population s aggrave profondement. L insécurité ne donne aucun répit à la majorité des gens et accroî t l appréhension soir et matin. Les rapports au sein de la société n ont de cesse de se dégrader à cause du manque de confiance mutuelle. La corruption gangrène la vie à tous les niveaux et le coû t de la vie ne cesse d augmenter. L égocentrisme a pris une place prédominante, ainsi que la vénération du Dieu Argent. Si bien qu il n y a ainsi plus aucun respect de la vie: tuer une personne est devenu aussi banal que de tuer un poulet. La vérité est morte à Madagascar.

    «Que devons nous faire ? (Lc 3, 10) Nous cherchions de quoi faire un trépied et voici que nous trouvons les pierres pour en fabriquer. Voici la vie de Lucien Botovasoa, une véritable référence nous enseignant à prendre nos responsabilités. Sa capacité à manifester sa simplicité lui a valu l estime de tous ceux qui l entouraient. Très intelligent, après ses études il est revenu simplement enseigner à Vohipeno. Il n a qu un seul objectif: faire développer sa ville dans les tous les domaines.

    C était un homme honnête. Il ne s est attaché ni à l argent ni à la richesse terrestre. Il voulait imiter St François d Assise dans tous ses actes. Même sa femme lui en a fait la remarque une fois: «Tu es si intelligent! Pourquoi ne pas travailler comme comptable pour gagner un peu plus d argent? Avec sa simplicité habituelle il lui a juste répondu avec douceur: «Même si nous avions de l argent jusqu à remplir cette maison nous n aurions pas la richesse que nous avons maintenant. C est une richesse qui ne sera pas vaincue par la rouille!

    4. Au niveau de l enseignement et de l éducation

    Son aptitude à parler plusieurs langues comme le français, l anglais, le latin, le sorabe etc. lui a permis d avoir une ouverture envers plusieurs personnes, et beaucoup l approchaient pour avoir ses conseils sur plusieurs sujets. Le cas le plus visible est celui de la réconciliation entre les deux villages voisins, qui avaient des problèmes de convivialité. Il n a pas hésité à se concerter avec les rois et les notables pour trouver ensemble les solutions. Soucieux des jeunes perdus dans la passion des bals et des danses tabous, il a osé leur parler des méfaits et leur indiquer le droit chemin à suivre..

    Combien connaissons nous de jeunes qui ont déviés vers les stupéfiants, ayant une vie désordonnée, et que nous regardons sans réagir? Ces dernières années, l éducation et l instruction semblent avoir été réhaussées mais en réalité, il n y a plus de valeurs transmises, seules les méthodes contraceptives et l encouragement à l avortement sont devenus les références.

    Chers Jeunes, notre époque a besoin d hommes et de femmes tout donnés à Dieu et qui aiment accompagner les autres, comme Lucien Botovasaoa. Le monde a besoin d apôtres qui s engagent : des catéchistes, des responsables des mouvements et des associations ecclésiaux, des jeunes qui s engagent dans les commissions et surtout des jeunes généreux pour faire vivre l Eglise qui est également éprouvée, avec le peuple, par ce temps de crise... Soyez des générations de Bâ tisseurs et non des démolisseurs, imitant Lucien Botovasoa comme l exhorte d ailleurs le Pape François dans «la Joie de l Evangile n 106 : «C"est un 3 grand plaisir de trouver des jeunes engagés dans un « saint pèlerinage de la foi», transportant joyeusement Jésus sur toutes les routes, dans toutes les places, à travers le monde !

    5. Le patriotisme et la politique de la recherche du bien commun de Lucien Botovasoa

    Son intelligence et sa sagesse manifestent qu il est un patriote qui s est donné pour le pays. Il n a pas voulu présider le PADESM ou être membre de MDRM car c était contraire à sa conscience : «votre politique est une politique de mensonge, disait-il aux membres, et sû rement cela finira par un bain de sang. Malgré cela il s est engagé dans la recherche du développement intégral de sa région. Justement, c est à cause de cette façon de voir la politique que les autorités de l époque ont voulu attenter à sa vie. Il n a pas hésité à leur dire : «je sais que vous allez me tuer et je ne peux pas tourner le dos ; si c est ma vie qui permet de sauver beaucoup de monde, n hésitez pas à me tuer. Je demande une chose: ne touchez pas à mes frères...

    Observons ce que nous sommes en train de vivre : la politique se fonde surtout sur le mensonge et sur la démagogie. C est cela que le peuple voit le plus. Il n y a aucun sens du service mais la recherche de la richesse personnelle. C est la haute corruption qui règne. La compétence et la sagesse ne sont plus les leviers pour développer le pays au détriment de l autorité et de l argent. Le foncier n est plus maî trisé, si bien que beaucoup d héritiers perdent leur terrain ou bien les terres sont vendues à des étrangers. Cela se termine pas des disputes, des plaintes au tribunal, des familles s entretuent même...

    De nos jours, trouverons nous encore des malgaches (de seulement 39 ans!) prêts à être témoins de la vérité jusqu à donner leur vie pour l amour de leur pays? Nous aurons les élections bientôt, allons nous encore avoir affaire, à travers les propagandes, aux promesses sans suite, à la volonté de diviser les gens, à la distribution d argent pour tromper les masses? Souvenons-nous que «les paroles touchent mais les actes entrainent. Rappelons nous que Lucien Botovasoa est mort martyr pour avoir défendu la vérité et l amour du prochain. Il a dit : «Que mon sang versé en terre soit le ferment pour le salut de ma patrie.

    Chers Frères et Soeurs, la vie de Ramose Lucien Botovasoa est un appel solennel à notre génération actuelle. C est une invitation à sauver notre patrie, à vivre la vérité pour nous mener à la vraie réconciliation et à la paix. Que le modèle de vie que nous lègue Ramose Lucien Botovasoa et son intercession soient comme un flambeau qui reste toujours allumé dans nos coeurs et nous illumine. Confions tous nos effort à la Sainte Vierge, Notre Dame de Madagascar.

    Nous vous bénissons.

    Antananarivo, le 15 novembre 2017.

    Fête de St Albert le Grand, Evêque et Docteur de l Eglise

    Mgr Désiré TSARAHAZANA, Archevêque de Toamasina, Présidet de la Conférence Espicopale de Madagaascar

    Mgr Marie Fabien RAHARILAMBONIAINA, Evêque de Morondava, Vice Présidentr Jean Claude RANDRIANARISOA, Evêque de Miarinarivo, Secrètaire Général

    Mgr Benjamin Marc RAMAROSON, Archevêque d Antsiranana,

    Mgr Odon Marie Arsène RAZANAKOLONA, Archevêque d Antananarivo,

    Mgr Filgence RABEMAHAFALY, Archevêque de Fianarantsoa,

    Mgr Fulgence RABEONY Archevêque de Toliary

    Mgr Georges Varkey PUTHIYAKULANGARA, Evêque de Port-Bergé

    Mgr Rosario VELLA, Evêque d Ambanja

    Mgr Roger Victor RAKOTONDRAJAO, Evêque de Mahajanga

    Mgr Jean de Dieu RAOELISON, Evêque d mbatondrazaka

    Mgr Gaetano DI PIERRO, Evêque de Moramanga

    Mgr Marcellin RANDRIAMAMONJY, Evêque de Fenoarivo Atsinanana

    Mgr Philippe RANAIVOMANANA, Evêque d Antsirabe

    Mgr Gustavo Bombin ESPINO, Evêque de Maintirano

    Mgr Fidelis RAKOTONARIVO, Evêque d Ambositra

    Mgr José Alfredo Caires DE NOBREGA, Evêque de Mananjary, Administrateur Apostolique-n i Farafangana

    Mgr Fulgence RAZAKARIVONY, Evêque d Ihosy

    Mgr Vincent RAKOTOZAFY, Evêque de Tolagnaro

    Mgr Zygmunt ROBASZKIEWICZ, Evêque de Morombe

    Mgr Michel MALO, Archevêque Emérite d Antsiranana

    Mgr Philibert RANDRIAMBOLOLONA, Archevêque Emérite de Fianarantsoa

    Mgr Raymond RAZAKARIVONY, Evêque Emérite de Miarinarivo

    Mgr Antonio SCOPELLITI, Evêque Emérite d Ambatondrazaka

    Mgr Joseph Donald Léo PELLETIER, évêque émérite de Morondava

    Mgr Armand TOASY, Evêque Emérite de Port-Bergé

    RP Jean Claude RAKOTOARISOA, Administrateur diocésain-de Tsiroanomandidy

    Mgr Vincent Rakotozafy

    22 novembre 2017

    Visite pastorale à Manantenina : 23 au 29 octobre

    La rencontre avec les chrétiens ont eu lieu pour le nord du district à Soavary, le sud à Mangatsiaky, le centre à Manantenina même.

    On peut dire que c est le statu quo sauf pour le nord où la vie ecclésiale régresse : des églises fermées le dimanche dont une totalement abandonnée ! Le passage des Missionnaires Polonais aux Prêtres Malagasy bouleverse un peu tout. Occasion pour repenser la pastorale.

    Mais en plus de la pastorale proprement dite, j ai voulu vérifier ma recommandation sur la sauvegarde de l environnement. Déception totale ! Feu de brousse partout.

       

    Mais le comité m  a dit qu  à la journée des écoles, toutes ont participé à la plantation d arbres au nord du lycée. Le Service des Eaux et Forêts a fourni des plants d eucalyptus.

    Occasion pour moi de renforcer la recommandation le dimanche. En effet ils ont planté 10 000 pieds ; c est déjà bien, mais il faut les entretenir, et c est totalement insuffisant devant la déforestation et le feu de brousse continuel ! Mais un travail qui continue sérieusement est la réfection de la RN 12A. A ce rythme on peut espérer un autre stade l  année prochaine.

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    05 novembre 2017

    Quelques photos de la clôture de la visite du Père Général

    C est ici à Andralanitra, Centre humanitaire AKAMASOA du Père Pedro OPEKA, que le Père Général a clôturé sa visite à Madagascar, le dimanche 5 novembre, à une messe avec sa liturgie propre . Ceci est vraiment une uvre de Dieu, a-t-il souligné dans son allocution.

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    05 novembre 2017

    Visite du Père Général des Lazaristes

    Toujours dans le cadre des 400 ans du charisme vincentien, le TPR Général, Tomaz MAVRIC, a visité Fort-Dauphin. Arrivé le vendredi 20 octobre à Tananarive, il s est rendu tout de suite à Fort-Dauphin le samedi. C est avec une grande émotion que j ai foulé votre sol, s est-il confié à la population qui l a accueilli, en pensant aux premiers missionnaires envoyés par Saint Vincent de Paul, lui-même, en 1648.

       

       

       

       

       

       

    Mais sa joie a été plus grande encore, devant la grande assemblée du dimanche à la cathédrale, fruits du travail des fils et des filles de Saint Vincent.

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

    L évêque a remercié devant lui la grande famille vincentienne du travail déployé, surtout depuis la deuxième arrivée en 1896 jusqu à ce jour. Cela réclame d autres charismes pour enrichir la vie ecclésiale.

    Le Très Révérend Père Général a quitté Fort-Dauphin le lundi matin pour aller à Ambovombe et continuer sa visite dans les autres dicoèses où travaillent Lazaristes et Filles de la charité. La visite se terminera à Tananarive, au Centre Akamasoa du Père OPEKA

    Mgr Vincent Rakotozafy

    13 octobre 2017

    Visite pastorale : Banlieue nord, Beloha,.

    Aussitôt après la fête de la famille vincentienne, j  ai repris la visite pastorale. Les 29, 30 septembre et le 1er octobre j  ai visité la banlieue nord. Ce district, depuis la rentrée du Père Hugon en Europe, n  a pas eu de curé stable. J ai décidé de le confier au Père Damy Valasoa, prêtre diocésain, qui le prendra en charge dès le mois d octobre . Je l  ai présenté aux chrétiens à Mandromodromotra au sud, à Mahatalaky au nord, et à Mahialambo au centre, où il y a eu aussi des confirmations. Espérons que tout redémarrera plus stablement. ( sary P. Damy )

    Aussitôt après je suis parti à Beloha, Androy, ( 2 8 octobre ) où le premier essai avec une équipe de prêtres diocésains a échoué. Le Père Rostin, secondé par le Père Alexis, a repris à merveille sa direction. Il collabore bien aussi avec CRS qui a son bureau dans l enceinte de la Mission catholique. Le résultat est très positif, les paysans très déroutés par le changement climatique retrouvent l  équilibre avec l  appui technique de CRS.

       

       

    Après Beloha j ai continué vers Tuléar pour la rentrée du séminaire propédeutique du mercredi 11, précédée par la rencontre des évêques des 2 provinces : Tuléar et Fianarantsoa, pour réfléchir sur la vie de ce séminaire. Le nombre des séminaristes ne cesse d augmenter : 62 cette année. Fort-Dauphin en a 12. Cela demande une nouvelle construction, parce qu on prévoit que ce chiffre ne diminuera pas.

    On a célébré la messe d ouverture dehors, pour avoir un peu d  air avec la chaleur qui commence. Le grand kily a accueilli tout le monde sous son ombrage.

       

    Aussitôt après le repas de fête j  ai repris la route de Fort-Dauphin pour la visite pastorale à Tsihombe. J ai dormi à Betioky et suis arrivé le lendemain à 16h. Le curé a tout concentré à Tsihombe, occasion pour me reposer des longs voyages.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    13 octobre 2017

    400 ans du charisme vincentien

       

    Saint Vincent de Paul fonda la Confrérie des Dames de la Charité en 1617 : femmes laques pour venir en aide aux plus démunis, la Congrégation de Mission en 1625 : prêtres et frères pour l évangélisation des pauvres et la formation du clergé, la Compagnie des Filles de la Charité en 1633 pour servir corporellement et spirituellement les plus démunis.

    Comme nous le savons, le premier essai d évangélisation à Fort-Dauphin, de 1648 à 1674, par les Lazaristes s est stoppé. D abord ils ont profité de l expédition des flottilles commerciales de l époque et même les vivres dépendaient beaucoup des colons. Cette évangélisation trop liée encore au système colonial a dû s interrompre quand les colons étaient chassés par la population.

    Les Lazaristes sont revenus en 1896, suivies par les Filles de la Charité et y sont toujours. Les 2 maisons provinciales et les 2 noviciats sont ici. Toute la famille vincentienne a donc célébré à Fort-Dauphin ce grand jubilé. Je ne vais pas relater ici le déroulement de cette fête grandiose, mais exprimer tout simplement mon admiration devant la providence. Sans partager les objectifs des colons qui ne pensaient qu à leurs intérêts, ces premiers missionnaires ont profité de leurs moyens pour venir évangéliser. Mais ils étaient obligés de partager leur sort : quitter le pays. Mais plus de 200 ans après, des Missionnaires chassés d un autre pays sont revenus sur les traces de leurs anciens confrères chassés à leur époque.

    Autre temps, autre murs. Même si des difficultés d un autre ordre existent, on peut constater la prospérité de la grande famille vincentienne à travers ces jeunes qui entrent aux noviciats. Le sommet de la célébration a été l ordination sacerdotale de 5 jeunes et diaconale de 2 séminaristes.

       

       

       

       

       

       

    Cette année les Lazaristes ouvrent une mission à Port-Bergé et à Diégo Suarez, en plus de ces jeunes prêtres Malgaches qui sont envoyés en France, à La Réunion, Saint Domingue, Tchad, Tunisie.

    Que toutes nos uvres répondent à la seule uvre d amour de Dieu.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    30 septembre 2017

    Visite pastorale à Antanimora : 4 au 10 septembre

    Je n  ai pas pu rentrer de Morondava aussitôt après la Journée des enfants, à cause d un problème de ma voiture. Finalement j  ai pris l  avion et cherché une occasion pour aller à Antanimora. Je suis arrivé là la nuit du dimanche 3 à 23h et, à ma grande surprise, le chauffeur à 3h du matin, le lundi 4. Les prêtres responsables, PP. Maroto et Christian, m  ont préparé 4 centres pour rencontrer les chrétiens : Solapa, Ambatobe-Sakaraty, Ampamata, Antanimora .

       

       

       

       

       

    L accueil chaleureux avec chants à l  entrée du village jusqu  à l  endroit de la célébration a marqué cette visite. L  église s est trouvée trop petite pour accueillir tout le monde, même à Antanimora, centre du district. Alors on disait la messe, soit dans la cour de l  église ou sous un « kily «. Le soleil était au rendez-vous .

    J ai voulu surtout savoir pendant cette visite la suite de la réconciliation qui a marqué la célébration du cinquantenaire de l  arrivée des Missionnaires Espagnols, l  année dernière.

    Il n  y a pas le banditisme comme dans d  autres régions, mais les jalousies, les différends entre clans ou familles , existent toujours et créent facilement des disputes . Il y en a qui paient même des mercenaires. La réconciliation est un effort continu, a souligné Justice et Paix.

    Un grand problème m  a surpris : le Ministère de l  éducation nationale a fait fermer cinq écoles catholiques. Un des premiers efforts des missionnaires Espagnols est la scolarisation et tout l Androy peut constater le résultat. Ils ont toujours marché dans cette ligne, surtout là où sur des kilomètres n existe aucune école publique. Ils s  entendent avec les parents qui en demandent et n  ont pas tenu compte des demandes d ouverture officielle. Le Ministère a demandé, non seulement ici mais sur toute l î le, de régulariser l ouverture officielle de beaucoup d écoles. La grande erreur est de n  avoir pas fait attention à cet avertissement du Ministère !! Est-ce qu ils y arriveront avant la rentrée officielle ?

    Mgr Vincent Rakotozafy

    11 septembre 2017

    Journée Nationale des Enfants à Morondava: 23 28 aoû t 2017

    La première Journée Nationale des Enfants a rassemblé près de 2500 enfants à Tananarive en 2013. Cette année, elle a rassemblé plus de 5 000 et ce, malgré l abandon de beaucoup d inscrits, à cause de l insécurité qui règne un peu partout. Si à la Journée des Jeunes, tous les évêques viennent, cette fois j étais seul à rejoindre l évêque du lieu, Mgr Marie Fabien RAHARILAMBONIAINA. J ai présidé la messe d ouverture du 24 aoû t .

    Le Nonce Apostolique et l Archevêque d  Antananarivo sont arrivés le vendredi pour présider la clôture du dimanche . Mgr Odon a présidé la messe, le Nonce a assuré l homélie en français traduite par le Vicaire Général. Les aumôniers qui ont accompagné les enfants de leur diocèse, les ont aidés à réfléchir sur le thème: « Enfants catholiques en marche avec Marie pour mener leurs camarades à Jésus «.

       

       

    Les enfants ont eu trois jours bien remplis : prières, catéchèse, échanges de culture, promenade, jeux . Leur joie extérieure manifestait bien ce qui les animait de l intérieur

    Le Président de la République et le Premier Ministre, entourés de quelques membres du Gouvernement, ont honoré de leur présence la messe de clôture. Dans son allocution de la fin, le Président a félicité les enfants parce qu ils sont venus des quatre coins de l  î le et vivent, même sans se connaitre encore, l  amitié. La réconciliation nationale qu  on crie à temps et à contre temps, ils le vivent tout simplement. Merci, les enfants, a-t-il dit.

    A cette même date, chez le FJKM, rencontre du Vondrona Fototra Laika ( Unité de Base Laque ? ). L  ancien Président Marc Ravalomanana était là et en a profité pour être à la messe de clôture. L organisateur a bien dit : comme simple assistant. On ne lui a pas donné la parole pour présenter son cadeau de pot d yaourt pour chaque enfant venu à la JNE. Il a quitté avant la fin de la messe, mais a laissé son cadeau.

    Pour conclure dans l unité cette rencontre des enfants, on a invité 10 enfants de chaque Eglise du FFKM : FLM, FJKM, EEM, au repas de fête final à la salle d uvre du diocèse.

    Ainsi c est dans l  ambiance fraternelle que les enfants se sont quittés pour rejoindre leur diocèse respectif le matin du lundi 28 aoû t.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    28 aoû t 2017

    Cinquantenaire du diocèse d  Ihosy et dédicace de la cathédrale de Morombe

    Aussitôt après la tournée à Bekily je suis allé à Ihosy pour la clôture de la célébration du cinquantenaire du diocèse .

    Historiquement parlant tout le sud de l  î le, au sud du 22ème parallèle, a été confié aux Lazaristes en 1896 : Vicariat apostolique de Fort-Dauphin. De là sont créés les diocèses : Fort-Dauphin, Farafangana, Tuléar. Le dernier en date est Ihosy : le 13 avril 1967. Il est composé d Isoanala et Betroka détachés de Fort-Dauphin, et d  Ihosy lui-même détaché de Farafangana.

    La préparation de la célébration a duré 3 ans, en réfléchissant sur le thème : C est nous l  Eglise, Lumière et Messagers. Le Nonce Apostolique et une dizaine d  évêques se joignaient à la joie du diocèse.

       

       

    D Ihosy je suis allé à Morombe pour la dédicace de la cathédrale. En février 2013 le cyclone Haruna a dévasté la région sud-ouest. Cela a fortement touché le diocèse : beaucoup d  églises détruites. La cathédrale, solidement fondée n  a pas bronché, mais l eau s infiltrait partout, le long des murs . Si le projet d  en construire une plus grande a été déjà étudiée à l occasion du cinquantenaire du diocèse en 2011, la situation y obligeait. Après quatre ans, une jolie cathédrale en forme de poisson a été bâ tie. Poisson parce que une grande partie des habitants vivent de la mer, donc du poisson ; mais aussi poisson, ichthus en grec, a été un signe utilisé par les premiers chrétiens ( Iesous Christos Theou Uios Soter : Jésus Christ, Fils de Dieu, Sauveur)

       

       

    Une préparation spirituelle pour la fête a été organisée. Pendant trois jours, les jeunes du diocèse se sont rassemblés en « JMJ ". Le jour du 20 aoû t, jour J, tout le diocèse a vécu leur devise : "Izay mitambatra vato" (Ceux qui s assemblent forment un roc ).

    Le président de la Conférence Episcopale et une dizaine d  évêques sont venus entourer leur confrère Zygmunt ROBASZKIEWICZ pour cette belle réalisation. D autres ont délégué leurs vicaires généraux. Le Père Général de la Congrégation de la Sainte Famille, la Mère Générale des Surs CIM, des Provinciales des Surs qui travaillent dans le diocèse étaient là . Les autorités locales ont rehaussé de leur présence la fête.

    L Archevêque de Tuléar présidait l Eucharistie, le Nonce Apostolique et l  évêque du lieu procédaient à la consécration de l  autel où l on a déposé les reliques de Saint Jean-Paul II, à l aspersion des murs, et à l onction des 12colonnes, symbole des 12 apôtres.

    On n  a qu  à souhaiter la prospérité de l Eglise qui est à Morombe.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    25 aoû t 2017

    Visite pastorale à Bekily : 7 au 13 aoû t

    J ai commencé la visite par Bekitro et ses environs, petites communautés fondées après 1980. Comme la famine fait partir des familles dans le nord ( Tsiroanomandidy, Majunga) , beaucoup se font baptiser là-bas et au retour ils veulent continuer à prier. C est comme ç a que Marosaraka a été fondé en 1985, Ambatofotsy en 1988, Andranovovo plus tard encore.

       

    Ce sont des petites communautés de quelques dizaines de personnes qui n  augmentent pas vite parce que, à l occasion, il y en a qui repartent.

    Rester en ville comme Bekily ou Bekitro ne vous fait pas connaitre la réalité du district.

    Dans le nord de Bekily, Ambahità est assez avancé, d autant plus que c est une commune rurale. Ils ont agrandi leur église.

    Pendant ma visite à Ambahità, avant la messe, j ai profité de voir même de loin le campement des Chinois à Ampisopiso. Personne ne sait ce qu ils explorent là. Le jour, les Malgaches travaillent, et la nuit ce sont les Chinois. Ils sont dans les deux-cent. Ils font des tranchées d  une trentaine de mètres, ramassent la terre et embarquent tout à Tuléar..qu est-ce qu ils explorent depuis 2 ans ?....Aucune ristourne, rien, pour la commune puisqu ils sont encore au stade d exploration, disent-ils.

       

    Ils sont en train de préparer la clôture de leur champ d action. J ai dit au comité paroissial de s informer davantage et me mettre au courant, et non rester seulement en spectateur.

    Malheureusement que tout l Androy dépend du service des mines de Tuléar, il est difficile de s informer davantage.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    20 aoû t 2017

    Conseil pastoral et ordination

    Le conseil pastoral s  est tenu du 1 au 3 août, suivi de l ordination presbytérale et diaconale. Le message des évêques , du mois de novembre, a occupé toute la journée du mercredi 2. C est au cours des débats qu  on s est rendu compte qu une journée était trop courte. On échangeait déjà sur le sujet lors de la réunion des prêtres, le mois de novembre même. Cette fois-ci c est tous les représentants du diocèse, réunis en conseil pastoral. On invitait le Chef de Région et des responsables de service pour bien étoffer les échanges : le Procureur de la République, le DREF ANOSY, CHEF SEF EX/DREN ANOSY, CHEF SIES/DREN ANOSY, COMMANDANT DE BRIGADE DE TOLAGNARO représentant le COMMANDANT DE COMPAGNIE, l  OFFICIER ADMINISTRATIF DU GROUPEMENT ANOSY , Représentante de l ONE ANOSY-ANDROY.

       

       

    Pour la sécurité, tout le monde a reconnu que " l opération coup d  arrêt " a eu ses résultats : la population a pu enfin respirer ! Mais tout le monde s est posé aussi la question : si cela va durer, puisqu  en gros elle ne repose que sur la peur du Commandant de Compagnie qui a sa méthode expéditive : couper la tête, brûler vif.

    La situation est inédite, a signalé le Procureur, et la solution est aussi inédite ; mais il faut revenir à la légalité. Le Chef de Région a affirmé que le PNUD va nous aider pour la réinsertion économique de ces bandits reconvertis . C est la solution pérenne.

    Pour les exploitations minières, le code minier est flou, et la population l ignore. Il y a encore beaucoup à faire, parce que trop de richesses nationales qui sont dilapidées. L  Androy dépend du service des mines de Tuléar ; c est trop loin pour les paysans qui veulent défendre leurs terres des exploitants profiteurs.

    Le Directeur Régional des Eaux et Forêts a rapporté que 4027 rondins de bois de rose ont été ramassés de Manantenina, et sont là dans la cour de leur bureau. On attend la suite, il faut compter le milliard comme prix.

    Les autres services ont parlé brièvement, mais on aura encore d autres occasions pour échanger et se donner mieux la main.

    Le jeudi matin a été consacré aux échanges sur la vie financière du diocèse. Pour les ordinations, cela va sans dire que c est la joie totale. La relève commence à arriver puisque désormais, si tout va bien, chaque année on aura des ordinations.

    La cérémonie a commencé à 8h30 dans la cour de l  église de Tanambao.

    On a ordonné prêtre MAMONJIBAVY Dolin, qui sera vicaire à la Cathédrale

    Les 5 diacres auront leur poste respectif :

    • SAMBO Bruno : Séminaire propédeutique à Tuléar
    • TSIRAHAMBA Berthin : Petit Séminaire
    • RATOLOJANAHARINDRAY Sacro Silvère : Amboasary
    • RATIANDRAZANA Brichard Mahaleo : Manambaro-Ranopiso
    • VALESOA Nicolas : Radio Diocésaine.

    " Qu ils soient un ", selon leur devise.

       

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    06 août 2017

    Qui est Monseigneur ZEVACO ?

    Signalons d abord que la Congrégation Lazariste a pensé l  enterrer à Fianarantsoa, au Scolasticat où il a passé ses dernières années d émérite. Mais j  ai insisté sur les 32 ans où il était évêque de Tôlagnaro.

    Ainsi donc le vendredi 28 juillet, après la messe des funérailles à Fianarantsoa, une délégation de 6 prêtres et 2 lacs l ont ramené ici. Quelques photos seulement pour marquer cet attachement de Fort-Dauphin à leur " Dadabe," sans parler des différents arrêts en route , dès l  entrée dans le diocèse, sur l insistance des gens pour leur dernier adieu

       

       

    J  ai parlé de " curriculum vitae ", curriculum = carrière . Le mot est impropre, et vous l  avez corrigé vous-même , d autant plus que Mgr ZEVACO n  a jamais voulu faire carrière, mais être seulement au service des autres, surtout les plus démunis.

    Pierre ZEVACO est né le 30 juillet 1925, à Vico, Corse , département fran ç ais . Fils de Séraphin ZEVACO et d  Angèle OTTAVY.

    Il a eu une sur aî née, Josette, décédée le 9 mai dernier. Comme fonctionnaire son père était envoyé en Tunisie. Il était maire de Sousse, au Sahel, de 1935 à 1965. C est là que Pierre a eu le désir d être médecin. Il a étudié à la faculté de médecine d Alger, sorti avec son diplôme en 1952 , avec la spécialité de pédiatrie. Jeune médecin pédiatre, il a été frappé par l  accueil dont les Filles de la Charité entourent les malades.

    Le malade n est pas un simple numéro, mais une personne. De là il décide à se faire prêtre Lazariste. Après ses études en philosophie et théologie il a été ordonné prêtre le 29 juin 1959 . Dès cette année sa Congrégation l  a envoyé à Madagascar, Farafangana. Il s occupait de la léproserie tenue par les Filles de la Charité pendant 7 ans. En 1968, on l  a affecté à Tangainony , mais une surprise !

    Mgr Alphonse Marie FRESNEL ,Lazariste, évêque de Fort-Dauphin, a atteint la limite d  â ge ; le Pape Paul VI l  a nommé pour lui succéder ; c était dur pour lui, parce qu il vient juste de lancer un dispensaire ; mais avec foi il a répondu " oui ". Mgr Alphonse Marie FRESNEL a fait construire une grande cathédrale en 1967 , à la place de l  ancienne détruite par le cyclone. C est là que Mgr ZEVACO a été ordonné évêque le 12 janvier 1969 et intronisé le 13 janvier, jour de la dédicace de cette cathédrale. Agé de 44 ans, il a déployé toute son énergie pendant 32 ans au service de ce diocèse. Je ne vais pas retracer ce qu  il a fait durant ses longues années. L  attachement de la population venue à son enterrement, malgré les 16 ans d intervalle où il était à Fianarantsoa, exprime bien combien elles étaient fructueuses, non seulement dans les actes, mais dans le cur .

    Il était ordonné dans cette cathédrale le 12 janvier ; son corps y est déposé ce 31 juillet 2017, dans l  aile droite, en venant de l  autel.

    Sa devise : « La charité du Christ nous presse » ( 2 Cor. 5,14 )

    Mgr Vincent Rakotozafy

    01 août 2017

    Décès de Mgr ZEVACO

    L évêque de Fort-Dauphin, du 26 septembre 1968 au 24 avril 2001, est décédé ce matin du 25 juillet, cinq jours avant son anniversaire.

    Il était né le 30 juillet 1925 à Vico, Corse, France. A ses 75 ans en 2000, â ge de retraite des évêques, le Pape lui a demandé de prolonger jusqu  à l arrivée de son successeur.

    Nommé le 24 avril 2001 j étais ordonné le 23 septembre. Il a encore célébré avec nous la Saint-Vincent de Paul le 27 septembre ; dès le 28 il est parti à Fianarantsoa, au Scolasticat Lazariste, où il a passé toutes ses années d émérite.

    Nous reprendrons ici son curriculum vitae prochainement. RIP.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    25 juillet 2017

    Est-ce un projet tombé dans l eau ?

    Dans la commune rurale d Analampatsy, à une cinquantaine de km, au sud de Fort-Dauphin, un projet a fait beaucoup de bruit à son lancement. Son propriétaire a fait venir des journalistes pour porter à la connaissance, non seulement de la population locale, mais de toute l  î le, son existence. Il embauchait plus de 200 ouvriers. Les constructions poussaient comme des champignons puis on n entendait plus rien. Mais on voit de loin les bâ timents. A chaque tournée à Analampatsy j  ai toujours voulu descendre là-bas ; c est seulement ce 9 juillet que j  ai pu y aller. Jugez vous-même l immensité de l emplacement : 50 bungalows, 1 restaurant à 5 étoiles ( selon le projet ), deux piscines. On projetait un terrain d aviation et un terrain de tennis. Tout se déployait sur un joli site au bord de la mer, avec un environnement de 80 ha. Par respect à la coutume malgache, le nouveau propriétaire a laissé là les tombeaux et les stèles funéraires avec quelques mètres autour.

       

       

    Rien ne tombe à l eau ; mais tout a stoppé. Est-ce le rêve de reprendre plane encore en l  air ? L  avenir le dira.

    Mais à propos de l  avenir pour cette partie sud de Fort-Dauphin : la population s est opposée encore à l  exploitation de l ilménite par QMM à Petrika qui fait déjà partie de ses sites. La ZES ( zone économique spéciale de 80 ha ) est en gestation. La BOVIMA ( bonne viande malagasy ) projette toujours son ranch dans la commune de Manambaro. En son temps, Ravalomanana a déjà fait ses petites démarches pour lancer un hôtel à la baie d  Italy, et la plantation d herbes fourragères.

    Est-ce qu  on pense réellement à la population en tout ç a ?

    Mgr Vincent Rakotozafy

    18 juillet 2017

    L eau de la discorde : où est la vérité ?

    Ankilivalo et Atohitohy, deux villages riverains du lac Ranofotsy se sont disputés. Le premier pêche surtout à l  épervier, tandis que le second emploie les nasses et ne veut pas que son voisin entre dans son territoire. Après une rencontre à Atohitohy, le lundi 10 juillet ils sont arrivés à s entendre et ont mis par écrit leur accord . Ceux d Ankilivalo sont rentrés tout en chantant, avec le papier à faire signer au bureau du fokontany ; mais quel fut leur surprise quand les " jado " ( vigiles ) d Atohitohy les ont arrêtés en route et enchaî né ceux censés être leurs chefs pour les amener à Fort-Dauphin, sur l ordre du capitaine Faneva ! Voilà la version d Ankilivalo .

       

       

       

    Au camp de la gendarmerie , l inspecteur de la pêche a déclaré : l  arrêté 72. 40, article 7, défend l  utilisation des grands filets sans maille, pour sauvegarder les ufs des poissons et les alevins, et on a dit cela plus d une fois. Sciemment des pêcheurs en ont encore employé ; leur filet a été confisqué le 8 juin : 42 m de long, 9m de la large, et 9m de profondeur, fait avec des moustiquaires assemblées. Le Centre de surveillance de pêche a demandé la collaboration de la gendarmerie, pour arrêter même sans PV ceux qui veulent passer outre. Le 4 juillet les jado (vigiles) d Atohitohy en ont encore attrapé, mais les pêcheurs d  Ankilivalo les ont poursuivis et ont pris en otage un jado. Mais ç a s est arrangé.

    Et ç a a recommencé ce lundi 10 juillet, et si les jado, les gendarmes ne sont pas arrivés à temps, on ne sait pas ce qui aurait pu arriver parce que Ankilivalo allait attaquer Atohitohy vers 13h !

    Averti par le chef des jado, le Capitaine Faneva était sur place à 16 h. Il a donné ordre à ce que tous soient amenés à Fort-Dauphin, et non seulement les meneurs, pour qu ils sachent tous qu ils ont tort. Au total 155 hommes et 15 femmes. En route il les a tous mis torse nu, et parfois les a fait marcher à quatre pattes. Ils sont arrivés à Fort-Dauphin le matin du mardi 11 accompagnés des jado des communes de Ranopiso, Manambaro, Analampatsy. Dans la matinée même il les a relâ chés , sauf les meneurs qu  il a voulu garder 48 h. Mais comme ils étaient blessés par le Capitaine, ils étaient 8 à être admis à l  hôpital On attend la suite.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    14 juillet 2017

    Lire comme un palindrome

    ( Pour mémoire : palindrome c est un mot qu on peut lire à l  endroit ou à l  envers, par exemple : été, elle, radar) Si vous voulez lire ce discours de politicien jusqu  au bout. Une fois rendu à la fin , le relire ligne par ligne, mais en commen ç ant de bas en haut . Qu  en dites-vous ?

    Dans notre parti politique, nous accomplissons ce que nous promettons.

    Seuls les imbéciles peuvent croire que

    Nous ne lutterons pas contre la corruption.

    Parce que, il y a quelque chose de certain chez nous :

    L  honnêteté et la transparence sont fondamentales pour atteindre nos idéaux.

    Nous démontrerons que c est une grande stupidité de croire que

    Les mafias continueront à faire partie du gouvernement, comme par le passé.

    Nous assurons, sans l  ombre d un doute, que

    la justice sociale sera le but principal de notre mandat.

    Malgré cela, il y a encore des gens stupides qui s imaginent que

    l on puisse continuer à gouverner

    avec les ruses de la vieillle politique.

    Quand nous assumerons le pouvoir, nous ferons tout pour que

    soit mis fin aux situations privilégiées et au trafic d influences

    nous ne permettrons d  aucune fa ç on que

    nos enfants meurent de faim

    nous accomplirons nos desseins même si

    les réserves économiques se vident complètement

    nous exercerons le pouvoir jusqu à ce que

    vous aurez compris qu  à partir de maintenant

    nous sommes avec INGAHIBE.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    05 juillet 2017

    Visite pastorale à Ampasy

    La chapelle d Ampasy est dans l  enceinte de la léproserie. Elle est ouverte aux quartiers voisins qui, en principe, devraient être de la banlieue nord. Les malades ne sont pas isolés là mais intégrés à la vie sociale, à la vie de l  Eglise.

    La léproserie a aussi son école primaire qui n  est pas seulement pour les enfants des malades, mais pour les quartiers. La réussite au CEPE est toujours satisfaisante, cette année 100% avec 26/26.

       

    L  évêque y vient pour la visite pastorale . Cette année il a confirmé 13 jeunes. Ampasy enverra 6 enfants à la Journée Nationale des Enfants à Morondava, a dit le comité lors de la rencontre avec l  évêque; ç a peut encore augmenter d ici à la clôture de la liste. Mais la plus grande joie d  Ampasy est l admission de ses 2 enfants au diaconat : Nicolas, fils de malades, et Brichard petit-fils de malades, du côté maternel. Les parents de Nicolas sont déjà décédés, de même que la maman de Brichard.

       

    Rendons grâ ce au Seigneur car il est bon ; vraiment il fait des merveilles.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    02 juillet 2017

    Est-ce du tape-à-l il seulement ?

    Je remercie ceux qui m ont parlé face à face, ou ceux qui m ont téléphoné pour me dire que réellement cette tribune s était effondrée. Je pense à avoir attiré l attention ailleurs. Elle a été réparée.

    Je ne voudrai pas entrer dans la polémique sur des choses qui ne me touchent pas, mais j  attire toujours l  attention sur d  autres réalisations, et cela en dehors de la commune urbaine en question, mais sur notre territoire . Parait-il que la première pose du nouveau pont d  Amboasary s  est écroulée une nuit. Cela aurait pu faire un accident mortel si c était le jour ! Qui n est pas content de sa réalisation maintenant ?

       

    Toujours à côté, les badauds comme moi, qui ne connaissent pas l  histoire de cette cité, se posent la question pourquoi on l  a abandonnée . Elle a certainement abrité des foyers . Est-ce qu  un projet qui a mal tourné a fait perdre des millions pour construire ces belles cases ?

    Et ce nouveau marché couvert qui a coûté des millions ou milliard, qui n  a jamais fonctionné mais décoiffé aux yeux de tous ! Qu importe son histoire, mais c est scandalisant !

    L argent sale n est pas le billet chiffonné ( même si le soin de nos billets de banque demande encore de l  éducation dans notre pays), il est sale parce que mal acquis. Est-ce que tous les moyens sont bons pour s enrichir parce que l  argent n  a pas d odeur ?

    Mais malgré tout cela, à tous les enfants de la patrie, bonne et heureuse fête nationale

    Mgr Vincent Rakotozafy

    26 juin 2017

    Les criquets voyageurs font le tour du sud de l  î le

    Le service anti acridien lui-même a parlé de la présence des criquets dans le sud de l î le, et la maî trise de ces dévoreurs dans les districts de Beloha, Tsihombe, Ambovombe L  effort est à continuer parce qu ils continuent à se déplacer un peu partout.

    Lors de ma visite pastorale du 12 au 18 juin, pendant que j  étais avec le comité paroissial le mercredi 14 après-midi, ils ont survolé Beraketa, direction est, m a-t-on appris. En effet au repas du soir le cuisinier nous en a présenté un plat. Le dimanche 18 après-midi, j  ai quitté Beraketa pour monter à Fianarantsoa. A 25 km de là, un grand essaim de ces voyageurs nous coupaient la route, direction ouest. Beaucoup de paysans couraient devant nous avec des draps, des moustiquaires, des sacs pour en attraper.

    Je ne peux pas dire s ils font des dégâ ts ou non. Le fait est qu  ils sont un peu partout.

    Des photos que j  ai prises avec mon téléphone.

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    20 juin 2017

    Faut-il s"alarmer?

    Les sectes pullulent, l islam avance, des chrétiens sont désorientés, voilà ce que me rapportent les comités paroissiaux lors de mes premières visites pastorales : Ambovombe, Cathédrale, Tanambao, Beraketa. Faut-il s alarmer ? C est plutôt une interpellation pour mieux vivre sa foi. Finie la simple adhésion sociale ; même si la foi est ecclésiale il faut un engagement personnel. Où en est l éducation chrétienne par rapport à cela ? Comment nous donnons vie à toutes nos structures ? Catéchisme, mouvements, écoles, commissions, collaboration entre prêtres et lacs. ?

       

    Construire des temples en pierre est plus facile que former le cur pour être temple de l Esprit Jésus a dit à la Samaritaine : « Femme, crois-moi : vous n irez plus ni sur cette montagne, ni à Jérusalem pour adorer le Père.Mais l heure vient où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. » ( Jean 4, 21 )

    Il ne faut pas rester à la superficie de la foi mais entrer davantage en profondeur. Les sectes croient justement que la réussite des missionnaires catholiques reposait sur les choses matérielles, alors profitant de la pauvreté des gens, elles essaient d  en faire autant en apportant des dons, ou se basant fort sur la psychologie des ignorants ou des blessés de la vie trompent avec les " miracles éclatants" et enrichissent ainsi des pasteurs. Ils oublient que Jésus a toujours commandé la discrétion à ses miraculés: « Ne dites à personne ».

    Une chose à attirer l  attention aussi est ce que nous a témoigné un membre du comité paroissial de Tanambao : « il connait cinq jeunes catholiques de son quartier passés à l islam, qui se droguent tous ! » Est-ce qu  ils font cela de leur propre volonté, ou est-ce qu  on les oblige et pour quelle intention ?

    Mgr Vincent Rakotozafy

    16 juin 2017

    La Commune urbaine d Ambovombe

    Lors de ma visite pastorale, qui est aussi l occasion de voir d autres réalités en plus de la vie d Eglise, on me parlait d un entrepreneur qui est allé parler à une Radio de la Capitale, visant ainsi le maire. Entre autres il parlait d une tribune mal bâ tie qui s est effondrée.

    Je trouvais cela honteux. Les linges sales se lavent en famille. J ai appris surtout que c est une autre personne qui a re ç u l appel d offre et non cet entrepreneur. Je suis allé prendre en photo cette tribune qui est en pleine construction et non effondrée. C est la jalousie qui a fait parler alors ou quoi ?

    En plus de cela, la Commune est entrain de construire une salle de fête :  Tranompokonolona  , grâ ce à la subvention de cent quarante millions d ariary du gouvernement.

       

    Mais une chose est déplorable, indigne d une Commune Urbaine : les rues et la saleté !! La RN 13 qui traverse la ville est bien défoncée de l entrée jusqu  à la sortie.

       

    Partout des flaques d eau ! Les ordures jonchent même au milieu de la route, mais le camion benne pour le ramassage est bien neuf et très propre.

    Le problème d  Ambovombe est ailleurs et non dans une bagatelle de jalousie ou de lutte politique.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    06 juin 2017

    Première visite pastorale de l  année 2017 à Ambovombe

    En revenant de l Assemblée des évêques à Tananarive je me suis arrêté à Ambovombe pour la visite pastorale. Comme d  habitude cela commence par la rencontre avec le comité paroissial qui fait le rapport de l  année. Il y a toujours le problème du passage de la croyance traditionnelle à la foi chrétienne. Mais à cela s  ajoute, cette année, l  appréhension de prosélytisme des musulmans : achat de Bibles pour les brûler, projet de nouvelle mosquée.deux quartiers ont rapporté cela, mais aucun membre du comité ne peut le confirmer fermement.

    Un nouvel élément s ajoute aux mouvements des jeunes, le JUDFRA : Jeunes Universitaires Dauphins du Frère RAfiringa. Il est prévu aussi qu  à la fin de l  année, le Clergé diocésain va prendre la paroisse, l effort a été donc porté sur l autonomie vis-à-vis de la communauté lazariste : achat de panneau solaire, groupe électrogène, sonorisation. On a tout mis en marche à cette occasion de la visite de l  évêque pour les tester. Merveilleux.

       

    La paroisse d Ambovombe est une communauté bien vivante de plus de six-mille baptisés ( voir la statistique ).

    Pour la messe du dimanche où il y a eu 114 confirmands, l église s est trouvée trop petite. On a célébré dans la cour, un joli cadre bien ombragé. Dès 6h du matin l assistance affluait déjà pour la cérémonie de 7h. Tout cela donnait de l espoir malgré les problèmes évoqués plus haut.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    30 mai 2017

    MESSAGE DE LA CONFERENCE EPISCOPALE DE MADAGASCAR

    " PRODUISEZ DONC DES FRUITS DIGNES DU REPENTIR (LC 3, 8) MESSAGE AUX BAPTISES ET AUX PERSONNES DE BONNE VOLONTE Que la grâ ce et la paix de Notre Seigneur Jésus Christ soient toujours avec nous..

    Maintes fois, nous vos Evêques avons écrit et sonné l alarme sur les réalités qui prévalent dans notre pays. Certes des efforts ont été accomplis pour sortir le pays de ce marasme aussi bien de la part des autorités à tous les niveaux que de la population. Toutefois, nous constatons que la vie de la nation en de nombreux domaines s enfonce de plus en plus dans des difficultés énormes. Nous confirmons notre déclaration faite à travers le Bureau Permanent ainsi que l Union des Congrégations des religieux et des religieuses concernant les atrocités qui se sont produites en différents lieux tels que : Antsakabary, Antsirabe, Antsohihy... . Nous les condamnons sévèrement. Il ne suffit plus d en parler pour éveiller l opinion, la situation qui prévaut exige une prise de conscience qui débouche sur une véritable conversion pour qu il y ait un vrai changement en profondeur. Il est vrai de souligner que le fondement de tout ce qui arrive est que l argent avec le mensonge et les fraudes sont devenus l unique référence pour ne pas dire le véritable dieu qui envahit la vie des gens et même les autorités en haut lieu , avec comme conséquence fâ cheuse, le refus d écouter les sages et les gens honnêtes qui ne sont plus ni respectés ni suivis. Nous sommes dans le temps fort de Pâ ques, Pâ ques signifiant nouvelle création, Pâ ques portant à l Espérance comme le proclame avec force l Apôtre Saint Pierre : « Convertissez-vous. car c"est pour vous qu"est la promesse, ainsi que pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera... D"entendre cela, ils eurent le cur transpercé, et ils dirent à Pierre et aux apôtres: "Frères, que devons-nous faire?" (Ac 2, 37-39)

    1 Convertissez pour être un modèle de patriotisme:, comme Ramose Lucien Botovasoa

    Nous avons un modèle et un intercesseur : Ramose Lucien Botovasoa. Notre époque ressemble fortement à la sienne. Elle exige également une vie de conversion. C est d un cur plein d espérance et de bonheur que nous accueillons le don très particulier que Dieu nous offre en ce temps de Pâ ques. En effet le 2 Mai dernier le Pape Fran ç ois a décrété le Ramose Lucien Botovasoa, martyr de la foi et de la charité. Ramose Lucien Botovasoa était un lac tertiaire franciscain, originaire de Vohipeno, homme converti, incorruptible, témoin de la vérité et de la réconciliation, donnant sa vie pour la nation. Il avait dit : " Que mon sang versé serve pour le salut de mon pays. Ensemble nous rendons grâ ce à Dieu pour tant de grâ ces et célébrons ensemble l uvre de l Eglise. Le lieu et la date de la célébration nous seront communiqués ultérieurement. Mais dès maintenant soyons unis pour implorer et travailler à la paix pour notre pays.

    1- Que nous faut-il donc faire ? Lc 3, 10)

    Dans son exhortation " La Joie de l Evangile, le Pape Fran ç ois souligne : Quand la vie intérieure se ferme sur ses propres intérêts, il n y a plus de place pour les autres, les pauvres n entrent plus, on n écoute plus la voix de Dieu, on ne jouit plus de la douce joie de son amour, l enthousiasme de faire le bien ne palpite plus. Même les croyants courent ce risque, certain et permanent. Beaucoup y succombent et se transforment en personnes vexées, mécontentes, sans vie. Ce n est pas le choix d une vie digne et pleine, ce n est pas le désir de Dieu pour nous, ce n est pas la vie dans l Esprit qui jaillit du cur du Christ ressuscité. ( La joie de l Evangile, n2)

    Nous Autorités Ecclésiales :

    D après le Bx Pape Paul VI dans Evangelii Nuntinadi « Les hommes d"aujourd"hui ont plus besoin de témoins que de maî tres. Et lorsqu"ils suivent des maî tres, c"est parce que leurs maî tres sont devenus des témoins. ». Aussi, nous Autorités Ecclésiales, n hésitons pas à nous remettre en question chaque jour pour combattre les faiblesses qui font trébucher beaucoup de personnes actuellement. Il ne faut pas que nous, qui devons les guider nous y succombions aussi et devenions des occasions de scandale.

    Vous Responsables du Ministère de la Santé publique

    Les hôpitaux sont pour la protection de la vie. Combien de malades graves doivent rentrer chez eux sans avoir eu des soins dans les hôpitaux publics car ils n ont pas donné des dessous-de-table. Les prix des médicaments sont exorbitants. Nous craignons que ce ne soit un véritable " génocide silencieux qu on est en train d accomplir à travers tout le pays, cela notamment à travers ces innombrables avortements. Chers Médecins et paramédicaux, ressaisissez-vous et soyez fidèles à votre serment d Hippocrate.

    Vous Responsables de l éducation et de l enseignement:

    Comment redonner le sens du civisme et du patriotisme au sein de nos écoles? Pour réhabiliter la dignité de l éducateur et de l enseignant, il est nécessaire d avoir des modèles, des sages et des personnes responsables comme Ramose Lucien Botovasoa. Le modèle vivant garantit la réussite d une bonne éducation. Abstenez vous de vendre des diplômes ou de détourner des jeunes élèves.

    Vous Responsables de la Sécurité Publique et de la Défense nationale :

    Vous les gendarmes, policiers et militaires, gradés ou simples soldats : beaucoup d entre vous ont été vus et suspectés d être des complices de bandits et de voleurs de bufs (dahalo), leur louant des fusils et leur vendant des balles, en terrorisant les paysans de la brousse, sans parler des rackets envers les chauffeurs des taxis brousse sur les routes de Madagascar. Sachez écouter cet avertissement de St jean Baptiste aux soldats : "Des soldats aussi l"interrogeaient, en disant: "Et nous, que nous faut-il faire?" Il leur dit: "Ne molestez personne, n"extorquez rien, et contentez-vous de votre solde." (Lc 3, 14). Et souvenez vous de votre serment: "Pour la Patrie. Vous êtes là pour protéger la vie et non pour autres choses. Malheur!

    Vous Responsables des Mines et de l énergie

    Des étrangers se ruent sur nos richesses minières. Ils les connaissent mieux que nous. Nous devenons en fait des propriétaires qui ne peuvent plus jouir de leurs biens. Les étrangers les dilapident sans vergogne. Ils peuvent le faire car vous les responsables, vous êtes en intelligence avec eux pour profiter de petits gains personnels et ceci en leur procurant des permis d exploitation. Sachez bien que ces richesses exploitées ne vous appartiennent pas et seront définitivement perdues pour notre pays .Pourquoi alors laisser vilipender ainsi notre nation ?

    Pour les Responsables du Ministère de la Justice :

    De vous, on ne constate pas grand chose de vrai ni de juste. On parle que de corruption , de condamnation d innocents, de la vérité qui est bafouée. Ce qui est plus affligeant c est de savoir que certains d entre vous qui travaillent sérieusement sont persécutés ou bien sont affectés ailleurs. Comme conséquences néfastes les gens prônent comme solution immédiate les vindictes populaires. L état de droit est devenu une parole vide de sens. Examinez votre conscience et convertissez-vous , afin d être fidèles au serment que vous avez prononcé.

    Vous les Elus :

    C est par le peuple que vous avez re ç u le pouvoir mais vous avez abusé de ce pouvoir et ce n était pas pour le bien du peuple. Est-ce que vous croyez que ces petits dons faits par ici et par là suffisent pour calmer les pleurs du peuple. Souvenez-vous de vos promesses et du serment que vous avez conclu ensemble avec le peuple lors de la propagande

    Vous les politiciens aussi bien de l opposition que du pouvoir.

    Dans vos agissements, on voit bien que la politique que vous menez, loin d être la recherche du bien du peuple n est par contre qu une recherche effrénée d intérêts personnels et désir de se maintenir au pouvoir à tout prix. Reprenez-vous donc et défendez le bien commun qui doit vous être précieux, comme la prunelle de vos yeux.

    3 A nous tous

    Nombre d entre nous s engagent vraiment dans la recherche du bien de l Eglise et de la nation : témoins de la vérité en combattant le mal, en cherchant et en défendant le bien commun ; Malheureusement nous travaillons encore en ordre dispersé, sans aucune solidarité. Avec la force de la foi dans le Christ vainqueur du mal, nous confessons que l Esprit travaille toujours et nous renouvelle. Que chaque famille dans la communion avec la Sainte Vierge et avec les Apôtres fasse une neuvaine du Jeudi de l Ascension jusqu à samedi avant la Pentecôte pour implorer la paix et que chacun soit prêt à être témoin de la foi.

    Voici les prières : Credo, prière pour la paix, Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père, Sacré Cur , Cur Immaculé de Marie, Sacré Cur de Marie, St Joseph, St Francisco , Ste Jancinta, .. Serviteur de Dieu, Bienheureux Lucien Botovasoa..

    Nous vos Evêques nous vous bénissons

    Antananarivo, le 13 mai 2017.

    Célébration du Centenaire de l apparition de la Sainte Vierge à Fatima.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    19 mai 2017

    L intronisation du nouvel Evêque

    L intronisation du nouvel Evêque s est bien déroulée le dimanche 7 mai. La veille, pendant la prière du soir, il a témoigné de son souhait de l  érection de ce diocèse pour être plus près des chrétiens. En effet son dernier poste de curé était Maintirano quand il a été nommé évêque de Tsiroanomandidy par le Pape Jean Paul II le 8 novembre 2003, et ordonné le 8 février 2004.

    La culture de la population bien différente de celle des hauts-plateaux, la distance , 400 km de Tsiroanomandidy, l  état de la route demandant 3 jours de voyage en temps sec et plus en temps de pluie, créent cet éloignement.

    Il a invité les 3 Nonces Apostoliques successifs à venir par route pour le constater. Mgrs KASUJJA, NUGENT, GUALTIERI y sont descendus . Tout cela a abouti à la décision de Rome à ériger en diocèse Maintirano, centre de la Région Melaky. Le diocèse concide bien à la Région administrative.

    La cérémonie a été ouverte par l  Archevêque d Antananarivo puis présidée par le Nouvel Evêque après son intronisation. Le Nonce Apostolique a lu la bulle de l  érection du diocèse et de la nomination de son premier évêque, après quoi Monseigneur Odon Marie Arsène RAZANAKOLONA a amené celui-ci à sa cathèdre et lui a remis sa crosse.

    Les prêtres du nouveau diocèse sont venus pour leur promesse d obédience à leur nouveau chef.

       

       

       

       

       

    Le Premier Ministre, entouré de quelques membres du gouvernement, représentait le Président de la République à cette cérémonie. Il a profité de cette occasion pour annoncer que la route Maintirano Tsiroanomandidy va être réparée et les travaux commenceront du côté de Maintirano .

       

       

       

       

    Après la cérémonie religieuse, le repas de fête se tenait dans la cour de l  évêché provisoire. La chorale a présenté un chant italien en l  honneur du Nonce. A son tour il a donné un drapeau du Vatican aux 6 districts du nouveau diocèse.

    Nous souhaitons la prospérité du nouveau diocèse.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    09 mai 2017

    Maintirano : 22ème Diocèse

    Maintirano faisait partie du diocèse de Tsiroanomandidy. Le Pape l  a érigé en diocèse le 8 février 2017, en lui ajoutant Besalampy de Mahajanga et Antsalova de Morondava.

    Son premier évêque n est autre que Mgr Gustavo BOMBIN ESPINO qui dirigeait Tsiroanomandidy de Février 2004 jusqu  à ce jour. C est à ce dernier d  attendre son nouveau pasteur.

    L archevêque d Antananarivo , entouré des autres évêques, va l installer à ce nouveau poste. Maintirano est suffragant de l  archidiocèse d  Antananarivo. Quelques photos pour situer ce nouveau diocèse.

    ( à suivre )

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    04 mai 2017

    Le secours est venu

    Ce vendredi 21 avril le Ministre de l Industrie, en tant qu originaire de Fort-Dauphin, est venu apporter 50 sacs de riz au nom du Gouvernement pour les employés de la Commune qui étaient en grève.

       

    Il a promis aussi qu une subvention de 102 millions d ariary, équivalent des arriérés de 3 mois de salaire, va arriver et qu ils peuvent toucher la semaine qui vient.

       

       

       

    L  Etat donne déjà 20 millions d ariary par mois à la Commune, pour le fonctionnement . Elle peut s occuper du reste.

    Ce jour même tout le monde est revenu au travail, ils ont enlevé la pancarte et ceux du service de la voirie sont tout de suite montés sur les camions pour ramasser les ordures.

    Espérons que ce n était pas seulement pour calmer les esprits et que tout ira pour le mieux dans l  avenir.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    22 avril 2017

    Au secours, les ordures nous envahissent !

    La propreté de la ville qui a fait notre fierté est totalement abandonnée. Les bacs à ordures de tous les coins de rue débordent. Les ordures ne s amoncellent pas seulement autour, elles jonchent les rues, ou barrent complètement les ruelles. Certains accès aux toilettes publiques sont bloqués !

    Au secours, crient les employés de la commune : nous sommes sinistrés.

    A notre demande d explication, Monsieur le maire nous a répondu qu il était toujours arrivé à assurer la paye mensuelle. Les employés réclament les arriérés de 4 mois non payés par la PDS à qui il a succédé.

    Un Arrêté interministériel : Intérieur, Décentralisation, Mines, Budget, a décidé que la Commune ne peut utiliser que 30% de la redevance minière donnée par QMM, pour le fonctionnement. Ce qui est complètement insuffisant. Les 70% sont pour des investissements.

    Les employés de la commune clament qu ils n ont pas besoin de cette décision. Oui, ventre creux n  a pas d oreille. Mais attention, la maladie est à la porte d une ville sale !

       

       

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    18 avril 2017

    La semaine Sainte

    Du dimanche des Rameaux au dimanche de Pâ ques, grande affluence à toutes les cérémonies où l on a célébré le fondement de la foi chrétienne : Jésus mort et ressuscité.

    Le Jeudi Saint : don total du Christ qui invite aussi ses disciples à faire autant, en leur lavant les pieds. Pierre a été choqué par le geste de son maî tre !

    Pierre, ce n est pas une servitude où l on force une catégorie de personnes , qu elles le veuillent ou non, à faire une besogne ingrate ; mais un service d amour humble, réciproque, et gratuit. Ecarter le complexe d infériorité ou de supériorité. Es-tu prêt à être au service des autres et accepter les leurs : « vous devez vous laver les pieds les uns aux autres ».

    Mais évidemment c est très exigeant, parce que " la mesure de l  amour est d aimer sans mesure ".

    Le Vendredi Saint : chemin de croix, évangile de la passion, vénération de la croix ! La souffrance est un mal absurde ! On ne célèbre pas la souffrance mais le souffrant. On glorifie Jésus le passionné d amour : « il n  y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu on aime ».

       

    On contemple cet amour infini : « ils lèveront les yeux vers celui qu ils ont transpercé ». La croix qu on dresse partout et qu on porte même au cou doit rappeler cela.

    Mais tout cela mène où ? Le Samedi Saint, c est le silence ! silence de la tombe. Mais voilà l inattendu, si les hommes éliminent leurs adversaires pour qu on en parle plus, Dieu fait toujours régner la vie. La mort n  a pas le dernier mot . Quelle lumière au milieu des ténèbres, à l aube de ce premier jour de la semaine . Pâ ques : passage de la mort à la vie, Alleluia

       

    Vivons Pâ ques dans la joie.

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    17 avril 2017

    DECLARATION DE LA CONFERENCE EPISCOPALE DE MADAGASCAR

    La Conférence Episcopale de Madagascar, représentée par son Président l"Archevêque de Toamasina, S.E. Mgr Désiré TSARAHAZANA, son Vice-Président, S.E. Mgr Fabien RAHARILAMBONIAINA, Evêque de Morondava et son Secrétaire Général S.E. Mgr Jean Claude RANDRIANARISOA, Evêque de Miarinarivo, fait référence aux exécrables attaques à main armée, parfois suivit de violence physique contre les personnes, qui, depuis quelques temps et tout récemment, sont perpétrées contre les communautés religieuses féminines et masculibes dans le pays.

    A ce sujet, la Conférence Episcopale condamne fermement ces actes et en même temps elle demande à tous ceux qui dans l"Etat ont des responsabilités dans le secteur de la sécurité publique, un engagement plus grand pour contraster l"insécurité qui touche tout le pays.

    Les Evêques en interprétant les sentiments de toute l"Eglise à Madagascar manifestent leur vive appréciation pour le service que les différents Ordres, Congrégations et Institus religieux, que ce soit masculin ou féminin, rendent avec zèle et dévouement à toute la population malgache, particulièrement dans le secteur éducatif, de la santé et caritatif. En même temps, ils encouragent tous les consacrés à ne pas baisser les bras, et à persévérer à oeuvrer pour le développement du pays en sentant le soutien de tous.

    La fête de Pâ ques désormais toute proche puisse porter réconfort, lumière, espérance, vie nouvelle à toute la population.

    Est-ce encore un poisson d  avril ?

    Nous sommes le 27 mars 2017, mais on n  a aucun signe de ce commencement des travaux de réhabilitation de la route d  Ambovombe Fort-Dauphin, promis pour le mois d  avril prochain. Le 17 décembre 2016, lors de la distribution du filet de sécurité à Ambovombe, le Président de la République l  a encore rappelé, de même que l  adduction d eau de Mandrare à Sampona. Pour celle-ci les travaux ont repris assez sérieusement, espérons que ç a aboutisse. Mais pour la route , aucune préparation préalable n est en vue sauf la consultation publique de l année dernière. On se demande si ce n est pas un poisson d  avril ! Est-ce qu on attend encore pour en faire une promesse de propagande, alors qu on dit publiquement que l  argent est déjà là ? Où ?

    Sans commentaires, voici quelques photos prises cette année, en janvier et mars quand je suis allé à Ambovombe.

       

       

       

       

       

    Les villageois de Bevilany ont fait semblant de réparer avec des bois le pont pour faire passer les voitures et demander de l argent ; ils enlèvent tout le soir ! Moi-même j étais surpris un matin à 4 h. Depuis qu on a abandonné ce pont pour reprendre le radier en bas, ils sont partis ; mais ceux de Ranomainty, village à côté, ont suivi leur exemple, là ils barrent tout simplement l  entrée du pont et demandent 10 000 ariary ou plus, avant de poser quelques bois ! Heureusement que les responsables des Travaux Publiques sont descendus et ont arrangé cette situation, mais pas le pont ! Les petits bouviers qui jouent à jeter un peu de terre dans les trous quand une voiture arrive, pour demander un peu de sous, sont là pour vous indiquer une déviation quand l eau est trop profonde et toujours pour un peu de sous. Imaginez les voitures qui passent sur cette route, et surtout les camions qui transportent des containers .

    Mgr Vincent Rakotozafy

    26 mars 2017

    Merci de votre accueil merci de votre visite.

    Très touché par l accueil enthousiaste qu on lui a réservé partout où il est passé, le Nonce Apostolique réitérait à chaque fois :   merci de votre accueil  . Les deux derniers jours de sa visite, c est l Androy qui l  a re ç u en liesse à Ambovombe.

    Comme nous l  avons déjà dit : Nonce = messager. Messager apostolique, signe de notre communion à l Eglise confiée à Pierre et à son successeur le Pape Fran ç ois ; un messager évangélique qui nous a exhortés à vivre plus profondément l évangile en ce temps de carême, chemin vers Pâ ques. Et comme Vatican et Madagascar sont en relation diplomatique, nous l avons re ç u comme diplomate. Le Saint Siège est engagée particulièrement sur trois points : la lutte contre la pauvreté, grâ ce à des politiques économiques au service de la personne ; la poursuite de la paix et la défense des droits humains, de la personne humaine créée à l image et à la ressemblance de Dieu.

    Ce sont là des points qu il a soulignés d un moment à l autre, vu la pauvreté qui frappe nos régions, l insécurité qui dérange la paix de la population Nous garderons longtemps en mémoire tous ces messages qu il nous a prodigués et à notre tour lui disons :    merci de votre visite   .

    Ambovombe a exprimé une demande particulière : ériger Androy en diocèse. A quoi il a répondu que c est à l évêque de faire cette demande avec la Conférence épiscopale. Mûrissons la question.

       

       

       

       

       

       

    Je relate ici encore quelques messages aux différentes rencontres Avec les prêtres diocésains, il a eu un entretien spirituel sur le progrès de la foi dans la vie du prêtre :

    Cela signifie que le chemin de foi en Jésus-Christ n est pas simple, n est pas quelque chose qui se passe d un moment à l autre ; il comprend différentes étapes entre elles, pour se remettre à lui, se livrer totalement et non à moitié, et cela se produit à travers un détachement progressif de nous-mêmes, dans le désir de nous donner complètement à Lui.

    Se donner totalement au Seigneur signifie une purification continuelle de notre cur pour que nous puissions lui appartenir totalement.

    Avec l ensemble des prêtres du diocèse il est parti de la parabole du semeur ( Lc 8, 4-8). Le semeur qui sort pour semer indique l action de Dieu qui, à travers Jésus-Christ, sort de lui-même pour sauver l histoire.

    Nous sommes des semeurs qui sortons pour semer. Il nous faut trois sorties : sortir de nous-mêmes, sortir vers les personnes, vers la Nation où l on nous envoie, sortir pour adorer Jésus. C est la vocation de l Eglise de sortir et non regarder du balcon.

       

    A Marillac où il a béni la pierre de fondation du futur sanctuaire, il a rappelé que les baptisés sont les pierres vivantes, le temple de l Esprit Saint.

       

    A la léproserie d Ampasy il a encouragé les malades à contempler Jésus en croix pour donner un sens à la vie. Il a remercié les Surs qui les soignent et tout le quartier qui les prend comme des frères et surs.

       

       

       

    Enfin, au retour d Ambovombe, les chrétiens d Amboasary l  attendaient au pont du Mandrare et l  accompagnaient jusqu  à l  église où au rythme des chants et danses ils offraient quelques cadeaux. Quelle surprise !

       

       

       

    Tellement captivé par la beauté de Lokaro et Saint Jacques, il a promis de revenir ; mais en vacancier alors. Arrivederci !

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    16 mars 2017

    Visite du 11ème Nonce Apostolique à Fort-Dauphin (suite)

    Le dimanche, la cathédrale s est trouvée trop petite pour réunir les chrétiens des paroisses de ville et des proches banlieues, ainsi la messe présidée par le Nonce Apostolique s est déroulée dans la cour du collège Sacré-Cur. Il l a dite en fran ç ais, mais les lectures et les chants en malgache, l homélie en italien traduite en malgache par le Père Jérôme Ralahizafy . Tout le monde suivait attentivement le message de l homélie : Carême chemin vers Pâ ques ; il faut espérer contre toute espérance ; donner de la place à la parole de Dieu. Jésus a répondu trois fois au Tentateur : « il est aussi écrit », ce qui signifie qu il a vaincu par la Parole de Dieu. C est avec la Parole de Dieu que nous pouvons vaincre le mal.

       

       

    A la fin de la messe Mr Hervé, président du comité de la paroisse cathédrale a remercié le Nonce au nom de tous. Le Chef de Région l  a remercié de cette visite et a signalé que la foi chrétienne est bien présente dans la région, la preuve est qu  on peut trouver une église catholique, même au fin fond de la brousse. On gardera longtemps dans l esprit les messages de cette journée.

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    05 mars 2017

    Arrivée du 11ème Nonce Apostolique ce jour à Fort-Dauphin

    Le 4 mars, avec une demi-heure d avance que prévue, l  avion qui a amené le Nonce est arrivé.

       

    Le temps était splendide, mais l accueil, aussi bien des catholiques que de la ville, était plus chaleureux encore.

       

       

       

       

    Le maire a exprimé sa joie d accueillir un second Nonce Apostolique ; en effet le 21 septembre 2005, lors du cinquantenaire du diocèse, il a déjà accueilli Mgr Augustine KASUJJA. Maintenant qu il est reconduit à ce poste, il a encore cette chance d accueillir un si grand hôte spirituel : l ambassadeur du Vatican.

       

       

       

       

       

    La visite d un messager de paix est toujours bénéfique pour la ville, c est pourquoi il ouvre grandement la porte de la ville au Nonce Apostolique et lui en donne la clé. Après quelques danses folkloriques, on acheminait vers la cathédrale.

    ( à suivre )

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    04 mars 2017

    Bienvenue à Fort-Dauphin

    Nous venons de célébrer à Tananarive , du 26 au 31 janvier, les 50 ans de relation diplomatique entre Madagascar et le Saint Siège. Son Excellence Monseigneur Paulo Rocco GUALTIERI est le 11ème Nonce Apostolique qui représente le Saint Siège à Madagascar.

    A la demande de l  évêque du diocèse, il viendra nous visiter du 4 au 13 mars 2017. Pourquoi cette demande ? Il faut reconnaitre que c est à Fort-Dauphin que les premiers missionnaires Lazaristes sont entrés à Madagascar en 1648. Ce premier essai n  a pas duré à cause du paludisme qui a décimé ces envoyés. Les fils de Saint Vincent de Paul ont repris la mission en 1896 avec Mgr CROUZET et son équipe. Un long chemin a été parcouru depuis. Le Vicariat Apostolique a été érigé en diocèse le 14 septembre 1955. La Congrégation de la Mission ( les Lazaristes) célèbre les 400 ans de sa fondation cette année. Il y a l  exigence d ouverture à d autres charismes pour poursuivre sous d  autres angles, les efforts qu ils ont déployés depuis. Le Nonce Apostolique, représentant de l  Eglise universelle, viendra voir la vitalité de cette Eglise qui est à Fort-Dauphin, échanger avec nous de tous les nouveaux apports possibles. Et comme son nom l  indique : Nonce, Nuntius en latin, Messager ; en tant que représentant du Saint Siège à Madagascar, il a certainement un message à communiquer, non seulement pour les catholiques mais pour toute la population. Merci à tous ceux qui se démènent pour la réussite de cette visite

    Mgr Vincent Rakotozafy

    01 mars 2017

    Le pays a besoin de martyr

    La date du 11 février, depuis cette nuit du mardi 11 février 1975, garde toujours dans la mémoire l assassinat du Colonel Ratsimandrava.

    J  étais jeune vicaire de la paroisse de Talatamaty-Fianarantsoa lors de cette horrible nouvelle. Je ne vais pas en faire l  analyse, ni avancer quoi que ce soit. J en suis incapable . Beaucoup s y mettent déjà, et chaque année la question rebondit : à qui a profité ce crime ? En tout cas on va de thèse en thèse sur la raison possible de cet assassinat. Il y en a même qui , en écoutant telle ou telle interview , veulent affirmer : « qui s excuse s accuse ». A l état actuel des choses, on ajoute à cette date commémorative du 11 février les noms des gendarmes abattus pendant leur mission. Je tire mon chapeau devant ces morts pour la patrie. RIP !

    Mais devant ces assoiffés de pouvoir qui se battent pour y accéder, qui veulent commémorer telle ou telle date pour attiser la haine contre les adversaires, alors que le tort est partagé lors de ces évènements ; ou encore vouloir renverser le pouvoir en place jugé incapable, alors qu  eux-mêmes n  ont pas de projet de société convainquant, et l  on se relaiera au renversement interminable. Au milieu de tout cela la corruption ne fait que prendre du terrain, et la création du BIANCO n arrive pas à la freiner.

    Le pays a besoin de vrais martyrs.

    Ratsimandrava, alors qu il était Ministre de l  Intérieur du temps de la transition du Général Ramanantsoa, a conscientisé la population que c est le Fokonolona qui répondait à la mentalité malgache. Il n  arrêtait pas de l expliquer aussi bien sur terrain qu  à la radio nationale.

    Le Général lui a passé les rênes de l Etat alors qu il n était pas l officier le plus ancien dans le grade le plus élevé, selon la tradition de l Armée. Est-ce par favoritisme, ou est-ce qu il était lui-même convaincu du programme que celui-ci était en train de mettre sur pied d une manière encore pragmatique ? Le fait est qu on l  a éliminé. Qui a ou qui ont eu peur de perdre des intérêts dans cette voie qu il a projetée? On a créé le Directoire militaire pour diriger le pays après cet ignoble assassinat. Sous ce Directoire présidé par le Général Gilles Andriamahazo un long procès s est déroulé, mais n aboutissait à aucun résultat. !

    Mais parmi les membres de ce Directoire émergeait le nom de Didier RATSIRAKA. Avec lui apparait le Livre Rouge :" Boky Mena ". On nous a appris : « Ao anaty Boky Mena ». C est la Charte de la révolution socialiste malgache. Après un référendum pour adopter cette Charte, il a fait approuver sa nomination à la Présidence de la République de Madagascar.

    Tout en gardant la structure Fokonolona,Fokontany, Firaisampokontany, Fivondronampokontany, Faritany, il s est surtout inspiré des révolutionnaires de l époque, qui luttaient pour le socialisme contre le capitalisme. Mais est-ce qu il était vraiment révolutionnaire ? comme ceux dont il s est inspiré, même s il en a fondé l  avant-garde, et que la République a changé d appellation : République Démocratique Malgache. Il a nationalisé les Sociétés des capitalistes, sans avoir préparé réellement les personnes pour gérer cela. Finalement on a joué sur le mot socialiste : « misôsy izay amin ny lista », seuls en profitent ceux qui sont sur la liste (de l AREMA).

    Et chaque président arrivé au pouvoir, sans un vrai projet de société, a eu son slogan. Mais qui est prêt à y laisser sa peau, s il le faut, parce qu il doit prendre le buf par les cornes, affronter ce fléau qui n  arrête pas d  appauvrir le pays : la corruption ! Il doit arrêter beaucoup de business qui enrichissent illicitement même ceux qui sont au pouvoir, pour ne citer que l  envahissement des Chinois.

    Est-ce que Ratsimandrava est mort pour rien, ou était-il martyr de son patriotisme ?

    Mgr Vincent Rakotozafy

    22 février 2017

    Le cardinal PAROLIN en visite à Madagascar

    Arrivé la nuit du 26 janvier, le Nonce Apostolique, tous les évêques de Madagascar, le Premier Ministre entouré de quelques Ministres l ont accueilli à l aéroport d  Ivato.

       

    Il est venu dans le contexte du 50e anniversaire de l établissement des relations diplomatiques entre Madagascar et le Saint-Siège ; pour cela, l église catholique et l état malgache doivent signer un Accord-cadre.

    Le matin du 27 janvier, le Secrétaire d état du Saint-Siège s est entretenu avec le président Hery Rajaonarimampianina au Palais présidentiel d Iavoloha. Le chef de l état était notamment accompagné du Premier ministre et du vice-ministre des affaires étrangères, et le cardinal Parolin était accompagné par le Nonce apostolique, les membres du Conseil permanent de la conférence épiscopale, et le cardinal Maurice Piat, évêque de Port-Louis (Ile Maurice), qui est actuellement le seul cardinal de l Océan Indien. Les autres évêques et responsables des autres confessions chrétiennes se sont joints à eux à la réception qui a suivi la rencontre. (Pas d appareil de photo ni de téléphone)

    Le président a exprimé sa vive reconnaissance pour cette visite, en rappelant les bons rapports entre le Saint-Siège et Madagascar, qui dans le cours des 50 dernières années se sont toujours mieux renforcées. Il a rappelé sa visite au Pape Fran ç ois en juin 2014 et il a exprimé sa plus sincère gratitude pour tout ce que l église catholique fait dans le pays, surtout avec ses centres éducatifs, sanitaires et caritatifs. Il a reconnu le rôle important que l église joue avec ses institutions, en contribuant au développement social de tous les citoyens, qui ne doivent pas seulement être préparés pour le futur, mais éduqués selon les valeurs traditionnelles comme croyants, pour donner une stabilité morale, spirituelle et économique à tout Madagascar. Il a assuré de son attention personnelle pour que les forces de l ordre veillent avec plus de circonspection pour la sécurité des institutions chrétiennes, qui dans les derniers temps sont en train de subir de nombreux vols ( je cite : vols de cloches, par exemple )

    Il a également manifesté son ferme rejet de la violence terroriste perpétrée par les extrémismes religieux. En effet la visite éclaire du Président de la Turquie, juste avant, a posé beaucoup de questions. Il a souhaité un dialogue continu avec les évêques pour collaborer dans les domaines communs. Enfin, il a souhaité que la célébration du cinquantenaire des relations diplomatiques serve à rendre toujours plus solides les liens avec le Saint-Siège et que l Accord-cadre permette une plus profonde collaboration.

    Pour sa part, le cardinal Parolin a apporté le salut affectueux du Pape Fran ç ois, très aimé à Madagascar, surtout parmi les jeunes qui l ont rencontré en Pologne, et il a exprimé sa profonde gratitude pour l accueil extraordinairement chaleureux qui lui a été réservé. En prenant appui sur le motif de sa visite, il a manifesté la disponibilité du Saint-Siège à poursuivre cette collaboration fructueuse pour protéger, à travers les institutions de l église catholique, les droits des plus faibles et l assistance nécessaire à toutes les personnes, en particulier les plus pauvres et marginalisés. Il a souhaité que l église locale malgache puisse contribuer au bien-être spirituel et social des citoyens, et que sa visite permette de soutenir un accord qui assure aux institutions de l église leur pleine reconnaissance juridique.

    La Journée s est ensuite conclue au siège du Premier ministre, où il a re ç u la médaille de Grand-Officier de l Ordre national de Madagascar.

       

    Samedi 28, le cardinal Parolin a visité l Université catholique à Ambatoroka. Signalons que c était l ancien Grand Séminaire pour toute l  î le ; mais comme toutes les provinces ecclésiastiques ont le leur, Ambatoroka est devenu Université Catholique et Centre de Formation permanente pour les prêtres. En rencontrant le corps professoral et les étudiants, en évoquant la mémoire de saint Thomas d Aquin, il a invité les étudiants à « rechercher sincèrement la vérité, pour se préparer à devenir des adultes responsables, capables de penser de manière critique et positive, pour ensuite contribuer pleinement au développement du pays » .

       

    Sur la même colline le Cardinal a visité SESAME, un programme initié en 2013 et destiné à la formation d élites malgaches, à travers une année de préparation vécue en internat, pour des bacheliers voulant poursuivre des études supérieures. Le programme SESAME vise à répondre aux difficultés rencontrées par ces bacheliers, surtout de province : dépaysement, formation personnelle insuffisante pour aborder la complexité de la vie dans la capitale, carences des formations scolaires dans l acquisition des savoirs-clés, difficultés économiques.

       

    Après cette visite, c est l inauguration du nouveau siège de la conférence épiscopale malgache suivi du repas de fête.

       

       

    A 16 h il a échangé avec les évêques. Il les a exhortés à prêter une attention particulière au phénomène de la pauvreté qui touche la majorité de la population. Il a également insisté sur l"importance du discernement vocationnel, pour accompagner sérieusement les nombreux jeunes qui demandent à entrer dans la voie religieuse ou sacerdotale. Il a partagé certains points de son entretien avec le Président de la République. Il a évoqué l"importance d"un effort dans le dialogue interreligieux, dans le contexte délicat de la diffusion de l"islam.

    Dans la soirée, le groupe artistique Bakomanga, l équipe Ankalazao ny Tompo, et la chorale de la cathédrale de Morondava ont présenté un spectacle au Secrétaire d"état du Saint-Siège.

       

       

    Dimanche, il a présidé la messe au stade de Mahamasina, devant une foule immense. Beaucoup ont suivi la cérémonie dehors, n ayant pu entrer dans le stade. Tout a été diffusé en direct aussi par la Radio Don Bosco et la TVM. Tous les 4 anciens Présidents de la République, tous les anciens Premiers Ministres étaient présents. Dans son homélie, il a dit son bonheur de se rendre à Madagascar, « dans la belle et grande Ile Rouge visitée par Saint Jean-Paul II en 1989». Il a articulé son homélie autour du message des Béatitudes et exhorté en faire un programme de vie.

       

       

    Mais le message de cette visite peut se résumer dans sa conférence du lundi 30, à Mandrimena, centre tenu par les Surs Filles du Cur de Marie.

    Le Saint Siège suit la situation de Madagascar : la sècheresse qui a frappé presque pendant 3 ans le sud de l î le, l insécurité, l  économie. La diplomatie est d être proche des familles pour la justice et les droits humains. Le Saint Siège n  a pas de privilège à rechercher, ou d intérêt économique à défendre, mais la présence, l attention à la personne humaine qui souffre, travaille, sourit, meurt. Le but que poursuit la diplomatie du Saint Siège est le dialogue, même avec le pays difficile , il est en relation diplomatique avec 182 pays ; coopérer avec tous même celui qui est gênant, reconstruire la dignité de celui qui souffre . Le Saint Siège n  a pas de stratégie cachée, mais maintient une vision plus ouverte en témoignant du Christ. Contre les menaces à l encontre de la paix et de la sécurité, aujourd hui plus que jamais il ne sert à rien de se renfermer dans ses propres intérêts, mais il faut « faire de la solidarité entre les personnes et les peuples l alternative aux armes, à la violence, à la terreur » Il s agit de promouvoir la rencontre et le dialogue entre hommes et femmes appartenant à des groupes ethniques, culturels et religieux différents. C est dans cette diversité que le futur d une nation comme Madagascar doit trouver son inspiration. Il faut « unir des idées différentes, des opinions politiques opposées, des visions religieuses et mêmes idéologiques différentes» pour servir la cause de l homme, la paix, la justice.

    « Il s agit d un parcours difficile et incertain dans ses résultats» , a-t-il souligné, mais comme le Pape l avait déclaré le 9 janvier lors de ses vux au Corps diplomatique, « la paix se conquiert avec la solidarité» et non pas en se réfugiant « dans les petites niches d intérêt, dans les fermetures individualistes ou dans le nationalisme plus ou moins masqué, qui colore désormais le paysage d un monde post-global.

    « La méthode la plus sûre pour construire un avenir meilleur est de rétablir la dignité de ceux qui souffrent» , et il a cité le discours du Pape au Congrès des états-Unis, le 24 septembre 2015 : « être au service du dialogue et de la paix signifie aussi être vraiment déterminés à réduire, et dans le long terme, à mettre un terme aux conflits armés dans le monde entier. Ici nous devons nous demander : pourquoi les armes mortelles sont-elles vendues à ceux qui planifient d infliger d indicibles souffrances aux individus et aux sociétés ? Malheureusement, la réponse, comme nous tous le savons, est simplement l argent : l argent qui est taché de sang, souvent de sang innocent. Devant ce silence coupable et honteux, notre devoir est d affronter le problème et d arrêter le commerce des armes.»

    Il a conclu avec cette dernière pensée du Pape : « On ne peut pas se donner la paix sans l humilité. Où il y a la superbe, il y a toujours la guerre, toujours la volonté de vaincre sur l autre, de se croire supérieur. Sans humilité il n y a pas de paix, et sans paix il n y a pas d unité.»

    Le soir du 30 janvier, réception à la Nonciature avec la présence des évêques, des représentants des prêtres, religieux, religieuses, des Autorités, des Corps diplomatiques.

    Le matin du 31 janvier, je suis rentré . Le Cardinal a conclu sa visite en se rendant le matin au Grand Séminaire de Faliarivo , et l  après-midi au centre AKAMASOA du Père Pedro. Le message de cette visite se gardera longtemps.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    05 février 2017

    Le Cardinal Pietro PAROLIN à Madagascar : 26 31 janvier 2016

    A l occasion du 50ème Anniversaire des relations diplomatiques entre la République de Madagascar et le Saint Siège, Son Eminence le Cardinal , Pietro PAROLIN, Secrétaire d Etat du Saint Siège, vient à Madagascar.

       

    Il vient célébrer cela avec nous, et non selon les points de vue de certains journaux de la Capitale.

    Pour cela il rencontrera certainement le Président de la République et le Premier Ministre, Chef du gouvernement. Il présidera la célébration eucharistique au stade municipal de la Capitale, à Mahamasina. Il donnera une conférence sur l  action diplomatique du Saint Siège dans le contexte actuel international.

    En tant que chrétiens, portons dans nos prières cette présence d Eglise dans notre monde actuel. La devise du Cardinal est justement : " Qui nous séparera de l  amour du Christ ".

    Mgr Vincent Rakotozafy

    24 janvier 2017

    Le Père CUESTA nous a quittés

    Le Père Cuesta s est éteint le 9 janvier 2017 à 1h 15 du matin à Ambovombe Androy. Il fait partie de la première équipe des Espagnols Lazaristes arrivés à Madagascar en 1965. Après l  initiation à la langue malgache à Ambositra , ils sont installés à Antanimora par Mgr FRESNEL Alphonse Marie, pour prendre en charge dans la suite tout l Androy. Le Père Cuesta en était le Directeur de mission. On a célébré le cinquantenaire de cette présence, les 27, 28, 29 mai 2016. A cette occasion le gouvernement lui a décerné la Médaille de Chevalier de l  Ordre National. José Luis CUESTA est né le 2 juillet 1932 à Santander, Espagne.

    Entré chez les Lazaristes il y a prononcé ses premiers vux le 8 décembre 1952. Il a été ordonné prêtre le 21 juin 1959 et n  a travaillé dans son pays que 6 ans. Il s est donné totalement à l Androy pendant 50 ans jusqu  à son dernier souffle. Il a encore célébré Nol dans son secteur de brousse. C est là qu  il a été très fatigué et ne s est plus remis.

    Je laisse parler les photos. L affluence de la foule traduit son attachement au Père, non pas à cause des longues années qu  il a passées dans l  Androy, mais à cause de sa grandeur d â me, du don total de sa vie pour servir ce peuple : « Evangelizare pauperibus misit me » . " Il m  a envoyé évangéliser les pauvres".

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    16 janvier 2017

    Rétrospectives de l"année 2016

    L  insécurité et la famine (kere) sont-elles maî trisées ?

    Voilà deux réalités qui ont fait beaucoup parler du sud de l  î le cette année 2016, et même avant.

    Pour l  insécurité, dans la Région Anosy, le capitaine Faneva est investi de la mission,( pour ne pas dire carte blanche) de rétablir l  ordre. Avec ses stratégies et pratiques des plus singulières, en coupant la tête ou en brûlant vif les bandits qu  il appréhende, ou autres exactions envers ceux qu  il juge faire obstruction à ses investigations, il est arrivé à accomplir sa mission. Plus personne n  évoque le respect du droit de l  homme et de la dignité humaine, nombreux sont ceux qui déclarent qu  au moins, ils peuvent vivre en paix, surtout en milieu rural où il a formé quelques milliers de bandits « convertis » en milice. D  ailleurs, on dirait qu  il a les trois pouvoirs en main : législatif, judiciaire, exécutif.

    Mais sa célébrité ne semble plus avoir de limite et il est même exploité par des autorités locales, le poussant à la dérive en empiétant parfois sur la juridiction d  autres institutions, pour procéder à des arrestations arbitraires totalement en dehors de la légalité.

    Lors du passage d  un paquebot qui a mouillé à Fort-Dauphin les 2 , 3, 4 janvier dernier , des membres de sa milice appelée " jado", ont été réquisitionnés et positionnés en faction de sécurité par groupe de deux, trois ou plus , entre la ville de Ranopiso et le village de Bevilany, sur la RN 13, pour veiller à la sécurité de convois de dizaine de cars et de voitures 4x4, loués pour acheminer plusieurs passagers dudit paquebot vers des lieux touristiques tels la réserve de Berenty ou le parc d  Andohahela.

    Le " kere ", famine, a fait des morts fin 2015 début 2016 dans l  Androy. A l  heure actuelle, des distributions de vivres, engageant des entités caritatives, confessionnelles ou non, le CRS (Catholic Relief Services), des organismes internationaux tels l  UNICEF, le PAM, la Banque Mondiale, pour ne citer que ceux là, sont à pied d  uvre pour mener à bien ces actions humanitaires. La dernière en date est la distribution d  un filet de sécurité sur fonds provenant de la Banque Mondiale, officiellement annoncée et déclenchée par le Président de la République, explicitée par la Ministre de la Population, à Ambovombe-Androy le 17 Décembre dernier, et sera réalisé sur 3 ans et 9 mois. Mais est-ce que le ciel a rappelé le fond du problème : l  eau. En effet, comme nous l  avons déjà signalé : une pluie diluvienne est tombée ce 17 décembre, et il continue à pleuvoir dans l  Androy. Est-ce La Nina qui répare le mauvais sort jeté par El Nino avec sa sècheresse inexorable qui a provoqué cette famine ?

    Le creusement de puits, vovo en malgache, n  a pas résolu le besoin en eau pour l  agriculture. Le chef de Région de l  Androy l  a encore rappelé lors du passage du Président de la République à Ambovombe ce 17 décembre. Il était question de charrier l  eau du fleuve de Mandrare et de la rivière d  Efaho. Jusqu  à aujourd  hui ce projet n  a jamais vu le jour : problème insurmontable ? Blocage à quel niveau ? Local ou national ?...Nous pensons que le projet " n  est pas tombé à l  eau ". Espérons que la Nouvelle Année 2017, après tant de vux souhaités, apporte du neuf.

    Mgr Vincent Rakotozafy

    08janvier 2017

    Bonne et heureuse Année 2017

    Si la vie a été mouvementée comme une mer houleuse, avan ç ons toujours allègrement, un nouveau matin souriant se lève pour nous. Bonne et heureuse Année 2017

       

    Mgr Vincent Rakotozafy

    30 décembre 2016